Ça clique avec le pu­blic

La Liberté - - CULTUREL -

Pour Jean-Mi­chel Blais, la re­la­tion avec le pu­blic est un élé­ment fon­da­men­tal. Lors de ses concerts, l’échange est cons­tant avec le pu­blic, mais aus­si après, en res­tant sur place pour dis­cu­ter. Cer­tains viennent pour des au­to­graphes. D’autres pour par­ler, se confier, pleu­rer. « C’est vrai­ment fou. Je ne sais pas vrai­ment pour­quoi ma musique a cet im­pact sur les gens. Ce n’est pas mon in­ten­tion. Je fais ma musique pour moi, ce qui me plait. Mes com­po­si­tions vé­hi­culent un mes­sage un peu uni­ver­sel, hu­main, sur mon pas­sé ou sur ce que j’ob­serve. Je pense que c’est ça qui parle aux gens. C’est comme si ces émo­tions étaient en­cap­su­lées dans la musique et en l’écou­tant on ouvre des portes, et ça ré­sonne chez cer­taines per­sonnes. Ma musique n’est pour­tant pas dé­pres­sive, mais elle joue peu­têtre avec la nos­tal­gie, avec des no­tions d’émo­ti­vi­té. Je ne suis pas dans le di­ver­tis­se­ment, mais plu­tôt dans l’in­tros­pec­tion, la confron­ta­tion. Et cette vo­lon­té d’écou­ter, d’ai­der, se re­joint beau­coup à mon pas­sé d’édu­ca­teur spé­cia­li­sé. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.