Eau Eve­rest in­ves­tit 2 mil­lions $ à Saint-Fer­di­nand

La Nouvelle Union - L'Avenir de l'Érable - - Actualités - CA­ROL ISA­BEL ca­rol.isa­bel@tc.tc

SAINT-FER­DI­NAND. L’en­tre­prise de dis­tri­bu­tion d’eau de source, Eau Eve­rest de Vic­to­ria­ville, in­ves­tit 2 mil­lions $ à SaintFer­di­nand dans l’acquisition d’une source d’eau et la construction d’une toute nou­velle usine d’em­bou­teillage au­to­ma­ti­sée. Elle y dé­mé­na­ge­ra éga­le­ment son siège so­cial à la fin de l’été.

Quand Louis-Pierre Thi­beau et son as­so­cié Pierre Gagnon ont re­pris, en 2013, les ac­tifs de la so­cié­té vic­to­ria­villoise fon­dée par Jean Thi­beau, le père de Louis-Pierre, il y a près de 30 ans, ils avaient de grands pro­jets sur la table de des­sin pour po­si­tion­ner l’en­tre­prise comme un lea­der dans le sec­teur.

La com­pa­gnie Al­laire O de Luc Al­laire, qui dé­te­nait la source d’eau du rang 6 de SaintFer­di­nand, ain­si que la com­pa­gnie de dis­tri­bu­tion Olu­ma de Ples­sis­ville de­viennent la pro­prié­té de l’en­tre­prise vic­to­ria­villoise. Cette der­nière construit sur le site une usine mo­derne d’em­bou­teillage connexe à la bâ­tisse exis­tante qui ex­ploite la res­source d’eau.

L’en­tre­prise de dis­tri­bu­tion vic­to­ria­villoise, qui était jusque-là ali­men­tée par Rad­nor de Saint-Mau­rice qui ex­ploite une source d’eau dans le com­té de Cham­plain, de­vient donc au­to­suf­fi­sante. «Nous res­tons dis­tri­bu­teur et de­ve­nons em­bou­teilleur», a in­di­qué M. Thi­beau ex­pli­quant qu’il se gref­fe­ra de trois à quatre nou­veaux em­plois à court terme aux huit em­plois ac­tuels.

La nou­velle bâ­tisse de 15 000 pieds car­rés, éri­gée par Construction Per­reault de Vic­to­ria­ville, abri­te­ra l’usine d’em­bou­teillage (3000 pieds car­rés) et ser­vi­ra d’en­tre­pôt pour la ba­lance.

UN GRAND PAS EN AVANT

Eau Eve­rest est le plus im­por­tant dis­tri­bu­teur d’eau de source dans la ré­gion, de Drum­mond­ville jus­qu’à Thetford Mines en pas­sant par Vic­to­ria­ville, Prin­ce­ville et Ples­sis­ville, dé­te­nant jus­qu’à 80% du mar­ché. L’achat d’Olu­ma lui per­met­tra d’ajou­ter des vo­lumes de vente.

«Éco­no­mi­que­ment, c’est plus ren­table pour notre en­tre­prise d’être pro­prié­taire de sa source d’eau et la proxi­mi­té de notre ma­tière pre­mière, qui se trouve en plein centre du ter­ri­toire que nous des­ser­vons, nous per­met­tra éga­le­ment de sau­ver d’énormes frais de trans­port», de faire sa­voir M. Thi­beau lais­sant en­tendre que l’en­tre­prise s’ap­pro­vi­sion­nait à rai­son de trois se­mi­re­morques par se­maine chez Rad­nor.

L’usine d’em­bou­teillage, qui se­ra do­tée d’équi­pe­ments à la fine pointe de la tech­no­lo­gie, pour­ra pro­duire tous les for­mats de bou­teille, du 500 ml à la bou­teille de 18 litres et de grandes quan­ti­tés par se­maine. Les bou­teilles de plas­tique ache­tées en éprou­vette se­ront souf­flées et pré­for­mées à l’usine avant leur rem­plis­sage qui s’ef­fec­tue­ra en une frac­tion de se­conde. «Nous ne sommes que deux ou trois en­tre­prises au Qué­bec à dis­po­ser d’une telle tech­no­lo­gie», a

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.