Le RDDA ap­porte des nuances

La Nouvelle Union - L'Avenir de l'Érable - - Actualités -

SAINT-FER­DI­NAND. Le Re­grou­pe­ment pour le développement du­rable des Ap­pa­laches (RDDA) dé­nonce le pro­mo­teur Éo­liennes de l’Érable pour le non-res­pect de deux de ses en­ga­ge­ments éco­no­miques ma­jeurs : soit la créa­tion de 25 em­plois per­ma­nents dans la MRC de L’Érable et la construction d’une struc­ture d’ac­cueil de plu­sieurs mil­lions de dol­lars (l’Étoile de l’Érable) qui doit gé­né­rer des re­ve­nus de taxa­tion an­nuels de 30 000 $ à la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Fer­di­nand.

Ces en­ga­ge­ments for­mels ont ser­vi d’ar­gu­ments ma­jeurs pour vendre le pro­jet à la po­pu­la­tion et aux élus. Ces deux en­ga­ge­ments sont ex­pli­ci­te­ment énon­cés dans l’étude d’im­pact dé­po­sée par le pro­mo­teur et font par­tie des condi­tions à res­pec­ter lors de l’au­to­ri­sa­tion du pro­jet éo­lien par voie de dé­cret. Le RDDA at­tend tou­jours la réa­li­sa­tion des en­ga­ge­ments du pro­mo­teur ou le ver­se­ment d’une com­pen­sa­tion équi­va­lente. «Les mu­ni­ci­pa­li­tés et la MRC ont res­pec­té toutes leurs en­tentes avec le pro­mo­teur, c’est au tour du pro­mo­teur main­te­nant de li­vrer la mar­chan­dise», a ré­su­mé Yvon Bourque, pré­sident du RDDA.

Par ailleurs, le RDDA constate, tout comme le BAPE, que le pro­jet éo­lien de L’Érable en­gendre des re­tom­bées éco­no­miques presque deux fois moins éle­vées que le pro­jet des Mou­lins dans la ré­gion de Thetford Mines. En ef­fet, pour 100 MW ins­tal­lés, le pro­jet de l’Érable gé­nère des re­de­vances de 290 000 $ contre 518 500 $ pour Des Mou­lins. Au sur­plus, Éo­liennes de l’Érable ob­tient d’Hy­dro-Qué­bec 3.08 cents/kWh de plus que le pro­mo­teur du parc des Mou­lins; pour une seule an­née, Éo­liennes de l’Érable en­grange des re­ve­nus sup­plé­men­taires de 10 mil­lions $.

Les maigres re­de­vances ver­sées aux pro­prié­taires n’ayant pas si­gné des contrats d’op­tion n’ont d’au­cune fa­çon réus­si à cal­mer la co­lère des ri­ve­rains du parc éo­lien de L’Érable. La Cour su­pé­rieure du dis­trict d’Ar­tha­bas­ka a ain­si au­to­ri­sé, en oc­tobre 2014, l’exer­cice d’un re­cours col­lec­tif contre Éo­liennes de l’Érable pour les troubles de voi­si­nage cau­sés par les tra­vaux re­liés à son parc éo­lien et par la pré­sence per­ma­nente des éo­liennes. «Sans nous consul­ter, on est ve­nu bou­le­ver­ser nos vies. Le bruit des éo­liennes non seule­ment dé­range, mais em­pêche des fa­milles de dor­mir et la dé­va­lua­tion mar­chande des pro­prié­tés est telle que cer­tains pro­prié­taires ri­ve­rains n’ar­rivent pas à vendre, se re­trou­vant pri­son­niers du parc. Les ri­ve­rains ré­coltent les pro­blèmes de ces cen­trales in­dus­trielles im­plan­tées de force dans le mi­lieu, pen­dant que le pro­mo­teur em­poche des mil­lions garantis par Hy­dro-Qué­bec. La ré­gion re­çoit quoi elle, 2% des re­ve­nus? Une vraie honte», a sou­li­gné M. Bourque.

Toutes les fa­milles du Qué­bec ont vu leurs fac­tures d’élec­tri­ci­té aug­men­ter de 10% au cours des trois der­nières an­nées pour épon­ger en ma­jeure par­tie les pertes gé­né­rées par les éo­liennes, un dé­fi­cit an­nuel de plu­sieurs cen­taines de mil­lions de dol­lars. Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec a jus­ti­fié l’au­to­ri­sa­tion des pro­jets éo­liens en in­vo­quant les re­tom­bées éco­no­miques dans les ré­gions. «Nous de­man­dons aux élus lo­caux, maires et dé­pu­tés, de contraindre Éo­liennes de l’Érable, par la voie ju­ri­dique s’il le faut, à res­pec­ter ses obli­ga­tions afin que toutes les re­tom­bées lo­cales ga­ran­ties at­ter­rissent vrai­ment dans la ré­gion», a conclu M. Bourque.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.