Le com­bat d’une vie; ce­lui de Syl­vain Pois­sant

La Nouvelle Union - L'Avenir de l'Érable - - Actualités - MA­NON TOU­PIN ma­non.tou­pin@tc.tc

VIC­TO­RIA­VILLE. De simples gestes, comme d’ap­pli­quer de la crème so­laire avant d’al­ler à l’ex­té­rieur, ré­duit consi­dé­ra­ble­ment les risques d’être at­teint du can­cer de la peau. En fait, comme l’a men­tion­né Syl­vain Pois­sant, lui-même aux prises avec la ma­la­die, 90% des can­cers de la peau sont évi­tables.

C’est ce qu’il a ex­pli­qué aux élèves de se­con­daire 4 et 5 de l’école Sainte-Ma­rie de Prin­ce­ville, la se­maine der­nière, dans le cadre de sa tour­née de confé­rences.

Sur place, il a ren­con­tré An­gé­line Va­chon, une élève de se­con­daire 4 qui est en ré­mis­sion de­puis deux ans d’un can­cer de la mâ­choire. La jeune fille a ra­con­té qu’elle se­rait ca­pi­taine d’une équipe pour le Re­lais pour la vie qui se tien­dra à Ples­sis­ville le 20 juin. Elle a d’ailleurs in­vi­té ses col­lègues élèves à faire par­tie de l’équipe et à en­cou­ra­ger cette cause qui lui tient à coeur. En plus, l’école Sainte-Ma­rie or­ga­nise une équipe de­puis quatre ou cinq ans à cette ac­ti­vi­té.

De son cô­té, Syl­vain Pois­sant est aus­si très ac­tif à la So­cié­té ca­na­dienne du can­cer. Pour lui, c’est l’en­ga­ge­ment qui le mo­tive le plus.

Il faut dire que l’homme n’a pas un par­cours com­mun ni fa­cile et il l’ex­plique grâce à cette confé­rence in­ti­tu­lée Gé­rer le match de sa vie. Avec beau­coup d’hu­mour, il ra­conte son his­toire qui fait qu’au­jourd’hui, il sa­voure chaque mo­ment à son maxi­mum, ne sa­chant ja­mais ce qui l’at­tend le len­de­main.

À l’âge de 25 ans, on lui a diag­nos­ti­qué un can­cer de la peau. Ce­lui qui était sur­veillant-sau­ve­teur à l’ado­les­cence n’avait ja­mais pen­sé à uti­li­ser la crème so­laire. Syl­vain a aus­si ex­pli­qué que la ma­la­die avait com­men­cé avec un grain de beau­té sur son épaule. De­puis ce temps, il a ac­cu­mu­lé les ré­cidives (huit en tout, dont deux pos­si­ble­ment fa­tales comme il l’ex­plique lui-même).

Ces épreuves lui ont ap­pris, no­tam­ment, à gé­rer le chan­ge­ment et il a vou­lu don­ner des trucs aux élèves pour qu’ils puissent faire de même. «Mon ob­jec­tif est de faire di­mi­nuer le nombre de can­cers de la peau», a-t-il in­di­qué.

C’est en sept manches, comme une par­tie de ba­se­ball se­nior (un sport qu’il ap­pré­cie beau­coup), qu’il a ra­con­té son his­toire, les dif­fé­rents trai­te­ments re­çus, les opé­ra­tions su­bies, mais sur­tout cette fa­çon de voir la vie qui lui de­mande de mettre tous les ef­forts sur le pro­ces­sus plu­tôt que sur le ré­sul­tat.

Dé­pas­se­ment de soi, per­sé­vé­rance, lea­der­ship, l’im­por­tance de l’équipe, être pas­sion­né et sur­tout dé­ci­der de conti­nuer sont quelques va­leurs qu’il a sou­hai­té vé­hi­cu­ler dans son té­moi­gnage.

Il n’a pas man­qué non plus de mar­te­ler l’im­por­tance des ac­ti­vi­tés de fi­nan­ce­ment, dont celle du Re­lais pour la vie. «Il rapporte 13 M $ par an­née et seule­ment pour mon cas, il faut comp­ter 1,5 M $ pour la re­cherche», an­nonce-t-il.

Syl­vain a rap­pe­lé aux élèves qu’il était im­por­tant de mettre de la crème so­laire (de la 30 au moins à toutes les deux heures), de por­ter de longs vê­te­ments et un cha­peau, d’évi­ter de sor­tir entre 11 h et 16 h et de se te­nir à l’ombre.

Au­jourd’hui, Syl­vain doit en­core su­bir des trai­te­ments pour com­battre la ma­la­die. Tou­te­fois, chaque trai­te­ment lui per­met de ga­gner du temps sur le can­cer et lui donne la chance de réa­li­ser des rêves et de vivre au maxi­mum.

(Pho­to TC Me­dia - Ma­non Tou­pin)

Syl­vain Pois­sant, An­gé­line Va­chon et Serge Bar­thell (or­ga­ni­sa­teur du Re­lais pour la vie de Ples­sis­ville)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.