Jean-Pierre Lam­bert : dé­cès d’un mu­si­cien pas­sion­né

La Nouvelle Union - L'Avenir de l'Érable - - Culture - MA­NON TOUPIN ma­non.toupin@tc.tc

MU­SIQUE. Les hom­mages af­fluaient en dé­but de se­maine sur la page Facebook du mu­si­cien ori­gi­naire de Vic­to­ria­ville, JeanPierre Lam­bert. Ce­lui qui est dé­cé­dé le 22 jan­vier à la suite d’une pneu­mo­nie à l’hô­pi­tal Mai­son­neuve-Ro­se­mont (où il était hos­pi­ta­li­sé de­puis quelques se­maines) avait de nom­breux amis et ad­mi­ra­teurs.

Pas­sion­né de mu­sique, Jean-Pierre Lam­bert (59 ans) a par­ti­ci­pé à de nom­breux pro­jets mu­si­caux. Il s’est fait connaître à l’ex­té­rieur de la ré­gion en tant que pia­niste-ac­com­pa­gna­teur de Pierre Ver­ville et de Jean-Guy Mo­reau ain­si qu’aux émis­sions de Ra­dio-Ca­na­da «À la se­maine pro­chaine» et «L’au­berge du chien noir». À Vic­to­ria­ville, il a fon­dé et di­ri­gé le big band Sor­tie 210 et a tou­jours vou­lu par­ta­ger cet amour de la mu­sique que ce soit par l’in­te­pré­ta­tion ou l’en­sei­gne­ment. Il a éga­le­ment par­ti­ci­pé, de­puis les dé­buts, à l’aven­ture «az­na­vou­rienne» du Ples­sis­vil­lois Gil­bert Bé­lan­ger.

Ce­lui-ci, di­rec­te­ment de Flo­ride où il ré­side pen­dant l’hi­ver, a ex­pli­qué que l’an­nonce du dé­cès de son ami avait été «épou­van­table». Il a ra­con­té que leur ami­tié re­mon­tait à 1980 alors qu’ils avaient mon­té un spec­tacle de va­rié­tés «à la La­wrence Welk», ani­mé par Pierre Ver­ville.

Et de­puis les dé­buts du pro­jet des spec­tacles en hom­mage à Charles Az­na­vour, les deux avaient beau­coup col­la­bo­ré puisque si Gil­bert Bé­lan­ger chan­tait, c’est Jean-Pierre Lam­bert qui était di­rec­teur mu­si­cal et qui fai­sait les ar­ran­ge­ments. Avec émo­tion, Gil­bert a in­di­qué qu’il se sou­vien­dra de la bonne hu­meur et du sou­rire conta­gieux de son ami. «C’était un rê­veur qui s’est ren­du au bout de ce qu’il vou­lait en­tre­prendre du cô­té mu­si­cal. Il a tou­jours été de l’avant avec suc­cès et dé­faites. C’était un homme ta­len­tueux et pas­sion­né. Son dé­part lais­se­ra un grand vide», a-t-il in­di­qué.

Sa soeur, Isa­belle Lam­bert, a ex­pli­qué qu’il était trai­té et com­bat­tait une leucémie de­puis 27 ans. «C’était mon men­tor, mon idole, mon parrain et mon grand frère. Il m’a tou­jours pous­sé dans le der­rière pour que j’aille de l’avant», a-t-elle in­di­qué en ajou­tant qu’elle était bien tou­chée de voir tous les té­moi­gnages sur les ré­seaux so­ciaux. «Il a aussi pous­sé les autres à faire de même d’après ce que je peux voir.»

Jean-Pierre Lam­bert a re­çu, en oc­tobre 2015, le tout pre­mier prix re­con­nais­sance de la Fédération des har­mo­nies et or­chestres sym­pho­niques du Qué­bec (FHOSQ). On par­lait alors de sa car­rière ex­cep­tion­nelle qui est source d’ins­pi­ra­tion dans le mi­lieu et ailleurs au Qué­bec.

L’au­teur-com­po­si­teur et in­ter­prète Du­mas, qui était voi­sin de Jean-Pierre Lam­bert alors qu’ils ha­bi­taient Vic­to­ria­ville, re­tient de lui son ta­lent de mu­si­cien et son in­fluence sur la mu­sique dans la ré­gion.

Les fu­né­railles, même si les dé­tails ne sont pas en­core confir­més, au­ront lieu à Vic­to­ria­ville.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Jean-Pierre Lam­bert

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.