Une loupe verte sur les res­tos de Vic­to

Le recyclage plus fa­cile que le com­pos­tage

La Nouvelle Union - - Actualités - >Hé­lène Ruel

Après avoir son­dé 25 éta­blis­se­ments de la zone de Vic­to­riav i l le , le Co­mi­té Pen­sons vert, agis­sons vert se dit agréa­ble­ment sur­pris de la sen­si­bi­li­té des res­tau­ra­teurs à la ré­cu­pé­ra­tion.

Au cours de l’été der­nier, au té­lé­phone, par courrier ou à vé­lo, Ca­the­line Gau­mond et Fran­çois Fil­lion, can­di­dat vert aux der­nières élec­tions (fé­dé­rales et pro­vin­ciales) et pré­sident du Centre de re­cherche et d’édu­ca­tion à l’en­vi­ron­ne­ment ré­gio­nal ( CRÉER), ont ques­tion­né la moi­tié des res­tau­ra­teurs ins­crits au ré­per­toire de Tou­risme Bois-Francs, cu­rieux de re­cen­ser leurs ha­bi­tudes «vertes».

Si, dans l’en­semble, les ré­pon­dants disent avoir un in­té­rêt pour la ré­cu­pé­ra­tion, cet in­té­rêt se ma­ni­feste de di­verses fa­çons.

Le la­vage et le recyclage des conte­nants sont presque de­ve­nus la norme, dans 80% des cas ; tou­te­fois pour 90% des res­tau­ra­teurs son­dés, leurs mets pour ap­por­ter sont ser­vis dans des conte­nants de sty­ro­mousse.

Près de la moi­tié (45%) se sou­cient de la proxi­mi­té des achats ; par contre, 15% seule­ment achètent des pro­duits équi­tables. Un res­tau­ra­teur va jus­qu’à culti­ver les lé­gumes pour son éta­blis­se­ment!

Le com­pos­tage pa­raît plus com­pli­qué ; 20% seule­ment des res­tau­ra­teurs son­dés mettent des bacs à la dis­po­si­tion de leur per­son­nel pour les dé­chets verts.

Mme Gau­mond et M. Fil­lion lèvent leur cha­peau à ces res­tau­ra­teurs qui com­postent les dé­chets de cui­sine, cer­tains, même, les dé­chets de table de leurs clients. Le Co­mi­té se dé­sole que cette bonne ha­bi­tude doive s’in­ter­rompre l ’ h iver, puisque la Vi lle de Vic­to­ria­ville ne pro­cède pas à leur ra­mas­sage. Un res­tau­ra­teur a dû ces­ser cette pra­tique, son bac étant trop plein et nau­séa­bond. Ailleurs, ce sont les membres du per­son­nel qui trans­portent chez eux les ma­tières com­pos­tables.

Des pra­tiques éco­los pa­raissent plus à la por­tée des res­tau­ra­teurs, comme l’uti­li­sa­tion du pa­pier à main com­po­sable ; 70% des éta­blis­se­ments son­dés y ont re­cours. Le quart des ré­pon­dants ont des sèche-mains dans leur salle de toi­lettes et 20% des ro­bi­nets à cha­leur contrô­lée.

Re­grou­pées, les chaînes de res­tau­ra­tion ra­pide fe­raient de plus en plus d’ef­forts pour être éco­los, note le «tan­dem vert». Cer­tains d’entre eux uti­lisent des ser­viettes de table fa­bri­quées avec des ma­tières re­cy­clées, d’autres ré­duisent, à la source, l’uti­li­sa­tion de boîtes de car­ton et uti­lisent des ca­ba­rets de plas­tique réuti­li­sables.

Les fran­chi­sés ont tou­te­fois moins de li­ber­té quant à leurs achats de pro­duits, re­marquent les son­deurs. Les pro­prié­taires de res­tau­rants lo­caux ont da­van­tage la pos­si­bi­li­té de choi­sir des pro­duits lo­caux ou équi­tables.

Dans la cui­sine, 40% des ré­pon­dants au son­dage uti­lisent des fours mi­nu­tés à ar­rêt contrô­lé et des élec­tro­mé­na­gers à basse consom­ma­tion. La moi­tié des éta­blis­se­ments son­dés se sou­cie­raient de l’éco­no­mie d’éner­gie en gé­né­ral.

Le son­dage du Co­mi­té por­tait aus­si sur les moyens de trans­port uti­li­sés par le per­son­nel pour se rendre au tra­vail ; 45% des em­ployés uti­li­se­raient des moyens éco­los, le co­voi­tu­rage, la bi­cy­clette et le trans­port en com­mun. Des plantes na­tu­relles ornent les salles à man­ger de 45% des éta­blis­se­ments.

Mme Gau­mond et M. Fil­lion ont éga­le­ment ob­ser­vé qu’au­cun res­tau­ra­teur n’uti­lise des pro­duits éco­lo­giques pour l’en­tre­tien de leur amé­na­ge­ment ex­té­rieur.

Ce son­dage se vou­lait à la fois une fa­çon de tes­ter les ha­bi­tudes des res­tau­ra­teurs et, en même temps, de sti­mu­ler l’ac­crois­se­ment des pra­tiques éco­lo­giques.

Il sou­haite don­ner une plus grande por­tée aux ha­bi­tudes vertes des res­tau­ra­teurs du « ber­ceau du dé­ve­lop­pe­ment du­rable » , pré­voyant, éven­tuel­le­ment, pu­blier une bro­chure. Une ma­jo­ri­té de ré­pon­dants (65%) ap­pré­cie­raient être iden­ti­fiés d’une cote «éco­tou­ris­tique», dé­mon­trant leur sen­si­bi­li­té à l’en­vi­ron­ne­ment.

Ca­the­line Gau­mond et Fran­çois Fil­lion s’ex­cusent au­près des res­tau­ra­teurs qu’ils n’ont pu vi­si­ter, faute de temps, de moyens et de dis­po­ni­bi­li­té. Pour des idées, des sug­ges­tions, des ques­tions, on peut com­mu­ni­quer avec Ca­the­line Gau­mond (la­li­ber@boisf­rancs.qc.ca) ou en­core avec Fran­çois Fil­lion (cho­co@ivic.qc.ca).

La moi­tié des res­tau­ra­teurs du ber­ceau du dé­ve­lop­pe­ment du­rable ont eu à ré­pondre au ques­tion­naire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.