Shan­non, un nou­veau Wal­ker­ton?

La Nouvelle Union - - Environnement -

Ra­dio-Ca­na­da a dif­fu­sé, ré­cem­ment, un reportage por­tant sur la conta­mi­na­tion de l’eau du vil­lage de Shan­non par un puis­sant dé­grais­sant in­dus­triel, le tri­chlor­éthy­lène, (aus­si ap­pe­lé TCE). Ce TCE pro­vient de la base mi­li­taire de Val­car­tier et qui com­prend le Centre de re­cherches de l’Ar­mée ca­na­dienne ain­si que de l’usine de mu­ni­tions opé­rée par SNC-La­val­lin, jus­qu’à sa fer­me­ture en 1991.

Jus­qu’en l’an 2000, les ha­bi­tants de Shan­non, même ceux qui ha­bi­taient com­plè­te­ment col­lés sur la base mi­li­taire, bu­vaient l’eau ti­rée de leur puits.

Des études ré­centes me­nées par un toxi­co­logue ré­pu­té ont dé­mon­tré que les ré­si­dants du sec­teur proche de la base avaient un taux de cancer cinq fois plus éle­vé que ceux qui ré­si­daient dans un autre sec­teur, beau­coup plus éloi­gné. Le mé­de­cin du vil­lage, le Dr Claude Ju­neau, es­time, quant à lui, que les can­cers du cer­veau à Shan­non sont dix fois plus nom­breux qu’au sein d’une po­pu­la­tion «nor­male»!

Bien sûr, c’est le TCE qui se re­trouve au banc des ac­cu­sés. Mais le plus scan­da­leux c’est que les gens qui, au­jourd’hui, meurent de cancer, ont été te­nus dans l’igno­rance. Comme le dit si bien l’avo­cat en charge du dos­sier : «Est-ce qu’on n’a pas, en quelque sorte, lais­sé les gens s’em­poi­son­ner tout en le sa­chant?»

Vous pen­sez que j’y vais un peu fort? En 1991, SNC-La­val­lin af­fir­mait que «ça [le TCE] sor­tait pas de la pro­prié­té». Ra­dio Ca­na­da sou­tient pour­tant que «SNC est ar­ri­vée à cette conclu­sion sans ja­mais al­ler voir ce qui se pas­sait avec l’eau de son voi­sin». Pire, lors d’une réunion au som­met te­nue en 1999, des re­pré­sen­tants de la san­té pu­blique, des gou­ver­ne­ments fé­dé­ral et pro­vin­cial ont pris connais­sance d’un do­cu­ment qui in­dique clai­re­ment que la nappe [d’eau sou­ter­raine] ré­gio­nale est conta­mi­née. Per­sonne n’en in­for­me­ra ni les ci­toyens ni les au­to­ri­tés lo­cales. C’est par ha­sard, en l’an 2000, que la Mu­ni­ci­pa­li­té a ap­pris que les puits de ses ci­toyens étaient conta­mi­nés.

Toute cette af­faire sou­lève beau­coup d’émoi et illustre com­bien, en ma­tière d’en­vi­ron­ne­ment, la né­ces­si­té de faire res­pec­ter le droit à l’in­for­ma­tion des ci­toyens est pri­mor­diale.

Ste­ven Guil­beault

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.