Un amé­na­ge­ment fau­nique au ré­ser­voir?

La Nouvelle Union - - Actualités - >Hé­lène Ruel ruelh@trans­con­ti­nen­tal.ca

Vic­to­ria­ville vient de conclure un ac­cord avec l’or­ga­nisme Ca­nards Il­li­mi­tés Ca­na­da, le­quel mè­ne­ra une étude en vue de créer un amé­na­ge­ment fau­nique pour ces bêtes et ces oi­seaux qui, de­puis long­temps, se ré­fu­gient au ré­ser­voir Beau­det.

Lors de la séance ex­tra­or­di­naire de mar­di, le con­seil mu­ni­ci­pal a ain­si ré­so­lu de payer une somme de 14 800 $ pour les deux phases de cette étude de fai­sa­bi­li­té.

Ca­nards Il­li­mi­tés pro­cé­de­ra à des re­le­vés de ter­rain dans cette par­tie du «lac» si­tué du cô­té du bou­le­vard In­dus­triel, non loin de ce banc d’où l’on peut no­tam­ment ad­mi­rer le spec­tacle des oi­seaux au prin­temps et à l’au­tomne.

Les tra­vaux que l’or­ga­nisme mè­ne­ra au cours des deux pro­chaines an­nées pour­raient consti­tuer le pré­am­bule à un pro­jet d’amé­na­ge­ment fau­nique (sta­bi­li­sa­tion de berges, digues, etc.).

Chez les Frères

La Ville de Vic­to­ria­ville a éga­le­ment confié à la firme CI­MA + - un contrat de 9 000 $ - le man­dat d’éva­luer le po­ten­tiel d’amé­na­ge­ment d’un mi­lieu hu­mide sur le vaste do­maine des Frères du Sa­cré-Coeur, main­te­nant pro­prié­té mu­ni­ci­pale.

Pour faire de ce do­maine un parc na­tu­rel, en­core faut-il cir­cons­crire exac­te­ment la zone inon­dable et le taux d’hu­mi­di­té du ter­rain, a briè­ve­ment ex­pli­qué le maire Ro­ger Ri­chard.

«Ça sent l’été!»

«Ça sent l’été!», a dit le maire lorsque le con­seil a at­tri­bué à Serres Lam­bert le contrat de four­ni­ture, de plan­ta­tion et d’en­tre­tien des plantes an­nuelles pour la belle sai­son.

L’en­tre­prise vic­to­ria­villoise a pro­po­sé la plus basse des trois pro­po­si­tions, à 58 514 $.

Res­tau­ra­tion de bâ­ti­ments pa­tri­mo­niaux

En­fin, la Ville s’ap­prête à né­go­cier avec le mi­nis­tère de la Culture et des Com­mu­ni­ca­tions ayant à l’es­prit l’ob­jec­tif bien avoué d’ob­te­nir un bud­get de 100 000 $, ce qui por­te­rait à 200 000 $ les fonds dis­po­nibles pour sou­te­nir les pro­jets de ré­fec­tion des pro­prié­taires de bâ­ti­ments pa­tri­mo­niaux.

Peut-on s’at­tendre à ce que la Ville puisse dis­pen­ser l’aide fi­nan­cière pour des tra­vaux de l’été pro­chain? Le maire se­rait bien em­bê­té de ré­pondre. «Tout dé­pend de la vi­tesse à la­quelle le mi­nis­tère va ré­agir!»

Une chose est sûre, a-t-il dit, la Ville doit ab­so­lu­ment at­tendre la ré­ponse de Qué­bec avant de fixer les mo­da­li­tés de distribution de son nou­veau pro­gramme d’aide fi­nan­cière. Le mon­tant dis­po­nible fait toute la dif­fé­rence.

Lors de la séance ex­tra­or­di­naire de mar­di

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.