La balle est dans le camp des joueurs, se­lon Mé­so­né­ro

La Nouvelle Union - - Sports - >Be­noît Pla­mon­don

Dans l’en­tou­rage des Tigres, per­sonne n’est in­dif­fé­rent quant aux in­suc­cès de l’équipe. Le per­son­nel d’en­traî­neurs ain­si que les joueurs ont évi­dem­ment hâte de re­nouer avec la vic­toire. Jé­rôme Mé­so­né­ro n’y fait pas ex­cep­tion.

À cette pé­riode-ci de la sai­son, ce­pen­dant, les op­tions sont peu nom­breuses pour le di­rec­teur gé­né­ral des fé­lins. Il ne peut plus pro­cé­der à des tran­sac­tions ni ré­cla­mer de joueurs au bal­lo­tage. Le pa­tron des Tigres est li­mi­té au rap­pel de joueurs af­fi­liés.

Mé­so­né­ro a néan­moins convain­cu Brad­ley MacDo­nald de ve­nir prê­ter main­forte aux siens jus­qu’à la fin de la sai­son. Le di­rec­teur gé­né­ral es­père que la ve­nue du jeune at­ta­quant ap­por­te­ra un vent de fraî­cheur à sa for­ma­tion. Il fait tou­te­fois preuve de pru­dence lors­qu’il parle des at­tentes de l’or­ga­ni­sa­tion à l’en­droit de MacDo­nald.

«Il n’a que 16 ans. Il tentera de faire sa place au sein de l’équipe. Son ar­ri­vée por­te­ra à 14 le nombre d’at­ta­quants ce qui crée­ra une com­pé­ti­tion à l’in­terne», a-t-il re­la­té.

Mé­so­né­ro re­con­naît que le mo­ral des troupes n’est pas à son meilleur. La perte de Ke­vin Pou­lin après qu’il ait ef­fec­tué un re­tour au jeu, au dé­but du mois de fé­vrier, a mi­né la confiance des troupes, se­lon lui. «Ça a af­fec­té le mo­ral des joueurs. Ce n’est tou­te­fois pas une ex­cuse», a-t-il dit.

L’homme de ho­ckey re­con­nait que son équipe livre de bonnes per­for­mances mal­gré cette sé­quence de dé­faites. Il sou­haite ce­pen­dant que ses pro­té­gés en donnent da­van­tage.

«Nous nous pré­sen­tons à tous les matchs. Nous au­rions d’ailleurs pu ob­te­nir quatre ou cinq vic­toires au cours des neuf der­nières sor­ties. Il faut ce­pen­dant que les joueurs passent à une autre étape. Ce sont eux qui pos­sèdent la so­lu­tion. Lors­qu’ils en au­ront as­sez de perdre, j’ima­gine que la si­tua­tion chan­ge­ra», a-t-il ajou­té.

La contri­bu­tion de tous

Mé­so­né­ro sou­tient que tous les joueurs de l’équipe doivent mettre la main à la pâte pour par­ve­nir à mettre un frein à cette sé­rie de dé­faites.

«Nous ne pou­vons pas ga­gner avec la contri­bu­tion d’un ou deux joueurs uni­que­ment. Pour ren­ver­ser la si­tua­tion, tout le monde doit y mettre du sien», a-t-il in­di­qué.

Le di­rec­teur gé­né­ral re­con­naît que les vé­té­rans, no­tam­ment, doivent prendre da­van­tage de res­pon­sa­bi­li­tés à cette pé­rio­de­ci de la sai­son.

«Les vé­té­rans doivent en faire plus. Nous avons pris la dé­ci­sion, au dé­but de l’an­née, de confier un rôle de pre­mier plan à Bran­don Hynes et An­drej Nes­tra­sil. Nous ap­pré­hen­dions qu’ils dé­montrent des signes d’es­souf­fle­ment à cette pé­riode-ci, puisque l’an der­nier, leur sai­son était presque ter­mi­née. C’est ce qui est ar­ri­vé. Ils doivent eux aus­si ten­ter de se re­lan­cer», a ex­pli­qué Mé­so­né­ro.

Hynes, après avoir ins­crit 26 points, dont 18 buts, au cours des 39 pre­miers matchs de la sai­son, n’a en­re­gis­tré que trois points du­rant les 14 der­niers af­fron­te­ments des fé­lins.

Nes­tra­sil, pour sa part, a ins­crit 46 points en 59 sor­ties. Il n’a pas trou­vé le fond du fi­let au cours des neuf der­niers af­fron­te­ments des siens.

Mé­so­né­ro sou­tient donc que la balle est dans le camp des joueurs.

«Ce n’est pas l’en­traî­neur ni les ad­joints qui sont sur la glace. Ce sont aux 20 joueurs de mettre un terme à cette si­tua­tion», a-t-il conclu.

Jé­rôme Mé­so­né­ro

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.