La CSBF ex­prime son «pro­fond désac­cord»

Sur le pro­jet d’une nou­velle gou­ver­nance sco­laire

La Nouvelle Union - - Actualités - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

ÉDU­CA­TION. Dé­mo­cra­tie, équi­té, réus­site des élèves. Trois no­tions que les au­to­ri­tés de la Com­mis­sion sco­laire des BoisF­rancs (CSBF) ont sou­li­gnées, mer­cre­di mi­di, de­vant le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, Sé­bas­tien Proulx.

La pré­si­dente Pau­lette Si­mard Ran­court et le di­rec­teur gé­né­ral Da­niel Si­cotte ont pré­sen­té un mé­moire en ré­ac­tion au pro­jet de loi nu­mé­ro 86 de­vant mo­di­fier l’or­ga­ni­sa­tion et la gou­ver­nance des com­mis­saires sco­laires. Ils y op­posent un «pro­fond désac­cord».

La CSBF fai­sait par­tie de la quin­zaine de com­mis­sions sco­laires du Qué­bec à se pré­sen­ter de­vant la Com­mis­sion de la cul­ture et de l’édu­ca­tion.

«Le vé­cu d’une ré­gion d’une com­mis­sion sco­laire en ré­gion dif­fère par exemple de ce­lui d’une com­mis­sion mont­réa­laise», a in­di­qué Mme Si­mard Ran­court, jus­ti­fiant la vo­lon­té de l’ins­ti­tu­tion des Bois-Francs de pré­sen­ter son avis.

SEPT RE­COM­MAN­DA­TIONS

Le mé­moire d’une ving­taine de pages de la CSBF com­porte sept re­com­man­da­tions dont la fi­nale ré­clame des «états gé­né­raux» de l’édu­ca­tion, un «dé­bat de so­cié­té» où l’on fe­rait consen­sus sur la meilleure ma­nière de sti­mu­ler la réus­site des élèves.

Là-des­sus, Da­niel Si­cotte se de­mande en quoi les pro­po­si­tions gou­ver­ne­men­tales fa­vo­risent la réus­site des élèves. «Et en quoi la gou­ver­nance ac­tuelle ne l’a pas fa­vo­ri­sée? On ne nous l’a ja­mais dé­mon­tré.»

Il dit d’ailleurs que tout ce tra­vail sur les struc­tures risque de frei­ner l’élan pris à la suite de la si­gna­ture des con­ven­tions de par­te­na­riat fixant des ob­jec­tifs de réus­site. Les élèves de la CSBF sont en bonne voie d’at­teindre les ré­sul­tats qui avaient alors été conve­nus pour 2020, fait-il re­mar­quer. «Il ne fau­drait pas perdre le fo­cus.»

LA DÉ­MO­CRA­TIE

La CSBF mi­lite pour que soit main­te­nue une «ins­tance dé­ci­sion­nelle» ex­clu­si­ve­ment vouée à la mis­sion édu­ca­tive, un «gou­ver­ne­ment de proxi­mi­té» dont une par­tie des membres est élue au suf­frage uni­ver­sel.

Tel que li­bel­lé, le pro­jet «vient son­ner le glas de tout un pan de dé­mo­cra­tie en évin­çant une pré­si­dence et des com­mis­saires élus par la po­pu­la­tion en no­vembre 2014», peut-on lire dans le mé­moire.

La gou­ver­nance sco­laire, telle que la conçoit le pro­jet de loi, fait perdre sa re­pré­sen­ta­ti­vi­té à la po­pu­la­tion. «Quel gou­ver­ne­ment peut se per­mettre de congé­dier des gens élus? Ce geste nous ap­pa­raît ex­trê­me­ment an­ti­dé­mo­cra­tique. En fait, l’ex­clu­sion de tous les membres élus du con­seil à l’avan­tage des seuls membres pa­rents ap­pa­raît comme un geste sé­lec­tif, voire dis­cri­mi­na­toire.»

Le scru­tin sco­laire doit être main­te­nu, sou­tient la CSBF, non seule­ment pour don­ner une voix aux contri­buables, mais aus­si pour as­su­rer la re­pré­sen­ta­ti­vi­té de la po­pu­la­tion et l’équi­té des ser­vices et des res­sources.

L’équi­té, mot fé­tiche à la CSBF sou­ligne la pré­si­dente, se­rait mieux ser­vie par une ins­tance qui garde une vue d’en­semble du bud­get des écoles et centres de for­ma­tion. Il se­rait ris­qué, sou­li­gnet-elle, qu’avec un con­seil sco­laire tel que le pro­pose le pro­jet de loi, le bud­get d’une école plus Six pré­oc­cu­pa­tions de la CSBF La sup­pres­sion d’un pa­lier dé­mo­cra­tique La nou­velle gou­ver­nance et sa re­pré­sen­ta­ti­vi­té aléa­toire Le nou­vel axe dé­ci­sion­nel qui fra­gi­lise le prin­cipe d’équi­té L’in­com­pré­hen­sible aban­don des con­ven­tions de par­te­na­riat et des ob­jec­tifs de réus­site L’adé­qua­tion for­ma­tion-em­ploi et son risque de contre­sens Les mo­di­fi­ca­tions ter­ri­to­riales et l’obli­ga­toire pro­ces­sus de consul­ta­tion

po­pu­leuse lui per­mette de se dé­ve­lop­per alors que la pe­tite école n’a plus les moyens.

«La CSBF croit fer­me­ment que la for­mule ac­tuelle, no­tam­ment avec le co­mi­té consul­ta­tif de ges­tion pré­si­dé par la di­rec­tion gé­né­rale, force une saine vue d’en­semble des be­soins ré­par­tis sur tout le ter­ri­toire.»

ÉLEC­TIONS SCO­LAIRES ET MU­NI­CI­PALES

La CSBF ra­mène cette pro­po­si­tion de te­nir si­mul­ta­né­ment élec­tions sco­laires et mu­ni­ci­pales, quitte à écour­ter d’un an le man­dat des com­mis­saires puisque le pro­chain scru­tin mu­ni­ci­pal a lieu en no­vembre 2017.

L’ac­tuelle consul­ta­tion me­née sur le pro­jet de loi 86 n’est pas l’exer­cice de ré­flexion sur l’édu­ca­tion que sou­hai­te­rait Pau­lette Si­mard Ran­court, «les gens y sont tel­le­ment sé­lec­tion­nés» et «tout est tel­le­ment pen­sé par en haut!», com­mente-t-elle.

Une des re­com­man­da­tions de la CSBF s’at­tache d’ailleurs à de­man­der au mi­nistre de sou­mettre à la consul­ta­tion pu­blique un éven­tuel pro­jet vi­sant à mo­di­fier le ter­ri­toire d’une com­mis­sion sco­laire. «Parce que le mi­nistre pour­rait, par exemple, for­cer les re­grou­pe­ments», sou­tient Mme Si­mard Ran­court.

(Pho­to TC Me­dia – Hé­lène Ruel)

Da­niel Si­cotte et Pau­lette Si­mard Ran­court

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.