Fon­taine de vie vend sa mai­son au CIUSSS

Pour 500 000 $

La Nouvelle Union - - Actualités - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

IM­MO­BI­LIER. Dès que le mi­nis­tère lui au­ra don­né son aval, le Centre in­té­gré uni­ver­si­taire de san­té et de ser­vices so­ciaux (CIUSSS) de la Mau­ri­cie et du Centre-du-Qué­bec achè­te­ra la Mai­son Re­naud-Pa­ris des mains de l’or­ga­nisme Fon­taine de vie si­tuée au 80, rue Saint-Paul à Vic­to­ria­ville.

Dans les faits et entre les murs, rien n’y chan­ge­ra puisque ce qui était le Centre In­ter­Val (in­té­gré au CIUSSS l’an der­nier) conti­nue­ra d’y of­frir ses ser­vices de ré­adap­ta­tion pour les en­fants et les adultes han­di­ca­pés.

Quelque 400 en­fants et une cen­taine d’adultes la fré­quentent an­nuel­le­ment.

Le CIUSSS se por­te­ra ac­qué­reur, pour une somme de 500 000 $, de la Mai­son Re­naud-Pa­ris construite en 1989, ce qui re­pré­sente un peu moins du tiers de la va­leur de l’im­meuble (1,8 mil­lion $), note De­nis Lu­neau, fi­dèle pré­sident de l’or­ga­nisme Fon­taine de vie de­puis 1990.

Cette tran­sac­tion avait été en quelque sorte amor­cée en 2009 alors que l’or­ga­nisme avait an­non­cé qu’il ven­dait son édi­fice à In­terV­val pour la somme no­mi­nale de 1 $. «On n’avait pas par­lé, à l’époque, de cette en­tente par la­quelle In­ter­Val au­rait ver­sé une sorte de loyer à Fon­taine de vie», ra­conte M. Lu­neau, au bout du fil.

Les pre­mières pro­cé­dures de vente n’ont ja­mais abou­ti et, en 2012, n’ayant pas l’as­su­rance qu’In­ter­Val agran­di­rait les lo­caux pour ac­cueillir une plus grande clien­tèle, M. Lu­neau dé­ci­dait d’y mettre fin.

À ce mo­ment, c’est l’or­ga­nisme à but non lu­cra­tif, tou­jours pro­prié­taire de l’édi­fice, qui a in­ves­ti au­tour de 450 000 $ afin d’agran­dir le bâ­ti­ment et le do­ter d’un as­cen­seur. «Les ser­vices d’In­ter­Val oc­cupent, de­puis, tous les es­paces», sou­ligne M. Lu­neau, rap­pe­lant que le centre de sti­mu­la­tion L’En­vol y a dé­jà été lo­ca­taire.

À 80 ans, De­nis Lu­neau s’ap­prête à lan­cer un ou­vrage où il ra­conte l’his­toire de l’or­ga­nisme Fon­taine de vie né en 1987 et qui, sti­mu­lé par la mi­nistre de la San­té de l’époque, Thé­rèse La­voieRoux, avait construit le 80, rue Saint-Paul. Re­naud Pa­ris avait or­ches­tré une grande cam­pagne de fi­nan­ce­ment afin que, dis­po­sant d’un toit com­mu­nau­taire dans les Bois-Francs, les ser­vices de ré­adap­ta­tion se dé­cen­tra­lisent, In­ter­Val étant jusque-là con­cen­tré à Trois-Ri­vières. C’est la vente en­fin conclue qui per­met­tra à M. Lu­neau d’écrire les der­nières lignes de son livre.

Les 500 000 $ ne se­ront pas ver­sés d’une traite, sou­ligne M. Lu­neau. L’en­tente pré­voit des ver­se­ments sur sept ans.

«En se dé­par­tant de la pro­prié­té de la Mai­son, on pour­ra se concen­trer sur la mis­sion pre­mière de Fon­taine de vie», ajoute-t-il.

Et sa mis­sion pre­mière vise à of­frir des équi­pe­ments spé­cia­li­sés aux per­sonnes han­di­ca­pées - «le gou­ver­ne­ment ne payant que l’es­sen­tiel», sou­ligne M. Lu­neau – fi­nance des camps d’été et des camps de jour pour des jeunes ayant un han­di­cap phy­sique ou in­tel­lec­tuel.

Des ser­vices tech­niques du CIUSSS, Ma­rio Lessard dit que l’en­tente est pro­fi­table aux deux par­ties. L’éta­blis­se­ment y main­tien­dra les ser­vices de ré­adap­ta­tion, a-t-il in­di­qué et éco­no­mi­se­ra un loyer an­nuel de 35 000 $.

Et non, a-t-il ré­pon­du à un ad­mi­nis­tra­teur, il ne s’agit pas d’un «ca­deau de grec», l’édi­fice n’étant pas en mau­vais état.

(Pho­to TC Me­dia – Ar­chives)

La Mai­son Re­naud-Pa­ris, pro­prié­té de l’or­ga­nisme Fon­taine de vie, pas­se­ra aux mains du CIUSSS.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.