Un «gain» pour les contri­buables de la MRC d’Ar­tha­bas­ka

Ges­ter­ra per­çoit ain­si son en­tente avec la MRC de Drum­mond

La Nouvelle Union - - Actualités - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

EN­VI­RON­NE­MENT. Que la MRC de Drum­mond de­vienne une cliente de Ges­ter­ra pour la ges­tion de ses ma­tières ré­si­duelles consti­tue une « ex­cel­lente nou­velle », se­lon Charles Le­mieux, di­rec­teur gé­né­ral de la so­cié­té Ges­ter­ra. « C’est un gain ma­jeur au plan éco­no­mique, en­vi­ron­ne­men­tal et so­cial », sou­ligne-t-il.

Ain­si, à comp­ter de jan­vier 2019, la MRC de Drum­mond ache­mi­ne­ra les ma­tières ré­si­duelles des ré­si­dences de son ter­ri­toire vers le centre de tri de Ges­ter­ra à Vic­to­ria­ville (pour la ré­cu­pé­ra­tion) et Saint-Ro­saire (pour le com­pos­tage et les or­dures).

C’est parce que la so­cié­té Ges­ter­ra, pro­prié­té à 51 % des mu­ni­ci­pa­li­tés de la MRC d’Ar­tha­bas­ka et à 49 % de Gau­dreau En­vi­ron­ne­ment, dé­croche de tels contrats qu’elle a pu main­te­nir au même taux le prix pour l’en­fouis­se­ment au cours des dix der­nières an­nées, ex­plique M. Le­mieux.

« De­puis dix ans, les contri­buables des mu­ni­ci­pa­li­tés so­cié­taires de Ges­ter­ra paient le même prix – un prix plus bas que ce­lui de ses clientes - pour l’en­fouis­se­ment de leurs dé­chets. »

Plus en­core, pour­suit le di­rec­teur gé­né­ral, Ges­ter­ra a pu gé­né­rer suf­fi­sam­ment de re­ve­nus pour, sans taxer da­van­tage l es ci­toyens, ré­pondre aux exi­gences du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment. C’est 18 mil­lions $ que Ges­ter­ra in­ves­ti­ra à Saint-Ro­saire au cours des pro­chains mois, pré­cise-t-il.

M. Le­mieux évoque les obli­ga­tions d’ins­tal­ler une tor­chère pour brû­ler les bio­gaz – elle est en ro­dage ac­tuel­le­ment – et de construire, tou­jours sur le site de Saint-Ro­saire, une usine de trai­te­ment des eaux (lixi­viat) s’écou­lant du site d’en­fouis­se­ment. « De les trai­ter sur place nous évi­te­ra de de­voir les trans­por­ter en ca­mion vers l’usine d’as­sai­nis­se­ment de Vic­to­ria­ville, cinq j ours par se­maine », sou­ligne le di­rec­teur gé­né­ral.

Il ajoute que les in­ves­tis­se­ments de 18 mil­lions $ ser­vi­ront aus­si à amé­lio­rer les pla­te­formes de com­pos­tage au site de Saint-Ro­saire.

DES RÉ­AC­TIONS

La nou­velle de ce « par­te­na­riat » entre Ges­ter­ra et la MRC de Drum­mond a fait ré­agir sur les mé­dias so­ciaux. Cer­tains es­timent que ce­la n’a rien d’une bonne nou­velle pour la MRC d’Ar­tha­bas­ka, et Saint-Ro­saire en par­ti­cu­lier, que d’ac­cueillir les dé­chets d’ailleurs.

Tout en pré­ci­sant « qu’on ne re­çoit pas que des or­dures », l’ob­jec­tif de la so­cié­té d’éco­no­mie mixte vise jus­te­ment à ré­duire le plus pos­sible de ma­tières de l ’en­fouis­se­ment, M. Le­mieux sou­tient que le si te de Saint-Ro­saire est suf­fi­sam­ment vaste, dé­tient toutes les au­to­ri­sa­tions né­ces­saires et fait l’ob­jet d’ac­cep­ta­bi­li­té so­ciale.

« Ac­tuel­le­ment, on en­fouit 70 000 tonnes par an, alors qu’on au­rait l’au­to­ri­sa­tion d’al­ler jus­qu’à 150 000. Si on en­fouis­sait de fa­çon op­ti­male, on en au­rait en­core pour 40 ans. »

Les pro­prié­taires ré­si­den­tiels de la MRC de Drum­mond gé­né­re­raient entre 20 000 et 25 000 tonnes d’or­dures par an, es­time M. Le­mieux.

Il ré­pond aus­si à ceux qui s’in­quiètent des in­ci­dences sur l’en­vi­ron­ne­ment du trans­port des ma­tières ré­si­duelles en pro­ve­nance de la MRC voi­sine. « On construi­ra un centre de trans­bor­de­ment quelque part sur le ter­ri­toire de la MRC de Drum­mond afin de ré­duire le trans­port, un in­ves­tis­se­ment de 5 mil­lions $. Et on com­pen­se­ra aus­si l’émis­sion des gaz à ef­fet de serre par des plan­ta­tions d’arbres. »

Le DG de Ges­ter­ra ajoute que tout bien consi­dé­ré, il est pré­fé­rable, au plan en­vi­ron­ne­men­tal, de trans­por­ter les ma­tières or­ga­niques et de les va­lo­ri­ser que de les lais­ser pour­rir dans un site d’en­fouis­se­ment. La col­lecte des ma­tières com­pos­tables est tout à fait nou­velle du cô­té de Drum­mond, note-t-il.

Le contrat que confie la MRC de Drum­mond à Ges­ter­ra donne à cette der­nière de « nou­veaux le­viers », dit en­core M. Le­mieux. Des le­viers fi­nan­ciers et une oc­ca­sion de dé­ve­lop­per son ex­per­tise en ma­tière de ges­tion des ma­tières ré­si­duelles.

Ges­ter­ra crée­ra une di­zaine de nou­veaux em­plois pour « ac­com­pa­gner » et « me­ner des pro­jets » sur le ter­ri­toire de la MRC de Drum­mond. « Elle sou­hai­tait une ges­tion in­té­grée de ses dé­chets… et cette vi­sion cor­res­pond tout à fait à notre mis­sion. » Charles Le­mieux rap­pelle que cette vi­sion d’une « ges­tion in­té­grée » a fait d’une consul­ta­tion pu­blique et de re­com­man­da­tions du cô­té de Drum­mond.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Le lieu d’en­fouis­se­ment de Saint-Ro­saire pour­rait ac­cueillir, an­nuel­le­ment, jus­qu’à 150 000 tonnes d’or­dures par an­née.

(Pho­to TC Me­dia - Ar­chives)

Charles Le­mieux, di­rec­teur gé­né­ral de Ges­ter­ra

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.