Une autre sor­tie pour les ar­giles d’Em­ma­nuelle Lessard

La Nouvelle Union - - Culture - MA­NON TOU­PIN Ma­non.tou­pin@tc.tc

SCULP­TURE. L’ar­tiste sculp­teure Em­ma­nuelle Lessard a res­sor­ti, lit­té­ra­le­ment, ses sculp­tures. Celles-ci sont en ef­fet ins­tal­lées à l’ex­té­rieur de la Mai­son Fleu­ry dans le cadre de son ex­po­si­tion i nti­tu­lée « Pré­sences éphé­mères ».

Jus­qu’au 31 oc­tobre, elle pro­pose ses per­son­nages à l’ex­té­rieur, lais­sant la tem­pé­ra­ture faire son oeuvre et ajou­ter sa touche à ses per­son­nages d’ar­gile. Parce qu’Em­ma­nuelle est dé­sor­mais re­con­nue pour cette fa­çon de lais­ser la na­ture mettre son grain de sel sur ses per­son­nages de terre crue. Elle cap­ture le tout en pho­to­gra­phies qui elles, sont bien à l’abri dans la Mai­son Fleu­ry et do­cu­mentent son che­mi­ne­ment de­puis quelques an­nées.

En ef­fet, en 2011, dans le cadre du 150e de Vic­to­ria­ville, elle avait dé­po­sé ses per­son­nages dans la rue de la Gare. Vic­times de van­da­lisme et du temps qui passe, les oeuvres avaient tou­te­fois tou­ché plu­sieurs pas­sants. Il y a même quel­qu’un qui avait dé­po­sé des fleurs près d’une sculp­ture abî­mée…

En­suite, en 2014, les per­son­nages de terre ont f ait la t our­née des gares du Centre-du-Qué­bec, tou­jours ex­po­sées aux in­tem­pé­ries. De nou­velles sculp­tures se sont ajou­tées et d’autres ont été ré­pa­rées. Par

Des oeuvres cuites Si les oeuvres éphé­mères ac­tuel­le­ment ex­po­sées à Vic­to­ria­ville ne sont pas cuites, Em­ma­nuelle en pré­pa­re­ra d’autres qu’elle pren­dra soin de cuire puis­qu’il s’agi­ra des tro­phées qui se­ront re­mis lors du pro­chain GalArt qui se tient cette an­née dans la MRC de L’Érable. Étant ré­si­dente de Ples­sis­ville, c’est elle qui a été choi­sie pour créer les prix qui se­ront re­mis aux ga­gnants de ce pro­chain ren­dez-vous qui met en lu­mière tout le ta­lent ar­tis­tique de la ré­gion du Centre-du-Qué­bec. Em­ma­nuelle ex­pose aus­si au Carrefour de l’Érable de Ples­sis­ville avec Anne Renard et Mo­nyc Émond. exemple, Em­ma­nuelle a créé une nou­velle li­seuse, ins­pi­rée de sa mère qui a tou­jours le nez dans un livre. Der­rière elle, une pe­tite fille cu­rieuse cherche à voir ce que contient ce livre qui semble si pré­cieux. Elles sont en­tou­rées, dans cet en­vi­ron­ne­ment agréable du Mu­sée Lau­rier, des voyageurs, du fu­meur de pipe et de la dame au man­teau. Des pré­sences éphé­mères en ces lieux his­to­riques.

« C’est moi qui fais la sculp­ture, mais c’est la na­ture qui la ter­mine », ex­plique l’ar­tiste. Et si le temps s’oc­cupe de mo­di­fier ses oeuvres, elle prend bien soin de do­cu­men­ter le tout avec des pho­to­gra­phies, tous les jours lorsque c’est pos­sible.

Em­ma­nuelle a ap­pris à lais­ser-al­ler son tra­vail et ap­pré­cie ce qu’il de­vient avec le temps. « C’est une ré­flexion sur notre propre his­toire. Avec la li­seuse (hom­mage à ma mère), on voit que c’est dans les livres qu’on ap­prend l’his­toire. Et j’ai ajou­té la fillette der­nière qui ob­serve et ap­prend. Ain­si l’his­toire est trans­mise aux gé­né­ra­tions fu­tures », sou­ligne-t-elle.

Avec cette ex­po­si­tion, elle sou­haite éga­le­ment sus­ci­ter une ré­flexion sur la per­pé­tuelle trans­for­ma­tion des gens ain­si que des choses et ses sculp­tures en sont un ex­cellent exemple.

( TC Me­dia)

Em­ma­nuelle Lessard et deux de ses per­son­nages, li­vrés aux ca­prices de Mère Na­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.