Le conseiller Mo­rin joue le tout pour le tout

Il vise la mai­rie de Mad­ding­ton Falls

La Nouvelle Union - - Actualités - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

ÉLEC­TION. Le conseiller mu­ni­ci­pal Pa­trice Mo­rin a dé­ci­dé de jouer le tout pour le tout. Il a dé­po­sé son bul­le­tin de can­di­da­ture à la mai­rie de Mad­ding­ton Falls. S’il de­vait perdre aux mains du maire sor­tant, Ghis­lain Brû­lé, il de­vrait quit­ter dé­fi­ni­ti­ve­ment la table du conseil mu­ni­ci­pal.

Ce choix n’avait rien d’épi­neux pour le conseiller qui dit vou­loir ten­ter, d’une autre ma­nière, de frei­ner le rythme des dé­penses mu­ni­ci­pales. Il sou­tient que, de son siège de conseiller en poste de­puis 2013, il a vou­lu ra­len­tir le rythme des pro­jets, es­ti­mant que ces der­nières an­nées, le maire Brû­lé se lance dans de trop grosses dé­penses pour une pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té comme Mad­ding­ton, abri­tant 413 per­sonnes, dont 239 contri­buables. « Il en a pour 1 mil­lion $ en pro­jets sur la table ! »

M. Mo­rin ad­met qu’il était d’ac­cord avec l’achat du ter­rain d’Hy­dro-Qué­bec sur le bord de la Bé­can­cour. Tou­te­fois, il sou­tient que, de­puis, les dé­penses s’ac­cu­mulent sans que de nou­veaux re­ve­nus s’ajoutent au bud­get mu­ni­ci­pal. Il s’in­quiète de voir les sur­plus fondre dan­ge­reu­se­ment. La construc­tion d’une nou­velle salle com­mu­nau­taire a contri­bué à vider les coffres ain­si que l’ajout de per­son­nel au centre ad­mi­nis­tra­tif. Il avance l’idée d’une « re­struc­tu­ra­tion sé­vère » à la Mu­ni­ci­pa­li­té afin d’évi­ter une trop forte hausse de taxes. Il sou­met aus­si le pro­jet que la Mu­ni­ci­pa­li­té puisse pro­fi­ter de re­ve­nus de lo­ca­tion de l’éra­blière sise sur son nou­veau ter­rain. « Ça nous fe­rait des li­qui­di­tés », dit-il.

Et il sou­hai­te­rait que les dis­cus­sions sur la fibre op­tique oc­cupent plus de trente mi­nutes au conseil mu­ni­ci­pal, le pro­jet im­pli­quant des dé­penses de 25 000 $ par an­née pen­dant sept ans, es­time-t-il. Ori­gi­naire de Drum­mond­ville, Pa­trice Mo­rin était tout jeune lorsque sa fa­mille s’est ins­tal­lée à Da­ve­luy­ville. Il y est res­té pen­dant 30 ans avant de s’ins­tal­ler à Mad­ding­ton il y a 25 ans. Bar­bier de­puis 37 ans, il s’est en­ga­gé de mul­tiples fa­çons tant au ho­ckey mi­neur que comme pom­pier. Ques­tion­né par le www.la­nou­velle.net sur sa po­si­tion quant à une éven­tuelle fu­sion avec Da­ve­luy­ville, l ’as­pi­rant à la mai­rie se dit ou­vert à né­go­cier des en­tentes avec la voi­sine. « Mais c’est la po­pu­la­tion qui, par ré­fé­ren­dum, au­rait le der­nier mot sur un pro­jet de re­grou­pe­ment. » C’est aus­si la po­pu­la­tion, sou­ligne l e can­di­dat de 56 ans, qui, le 5 no­vembre, au­ra à dé­ci­der si, oui ou non, il de­meure au conseil mu­ni­ci­pal.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Pa­trice Mo­rin, conseiller sor­tant du siège nu­mé­ro 5, vise la mai­rie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.