Tous les Vic­to­ria­villois ap­pe­lés aux urnes le 5 no­vembre

Pour élire le maire et sept conseillers et conseillères

La Nouvelle Union - - La Une - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

ÉLECTION. Seuls la conseillère Ca­ro­line Pi­lon et les conseillers Alexandre Cô­té et Mi­chael Pro­ven­cher ont été élus sans op­po­si­tion à l’is­sue de la période des dé­cla­ra­tions de can­di­da­ture qui pre­nait fin ven­dre­di à 16h30.

Tous trois pour­ront retrouver le siège qu’ils oc­cu­paient dé­jà à la table du con­seil mu­ni­ci­pal de Vic­to­ria­ville après les élec­tions mu­ni­ci­pales du 5 no­vembre. Ca­ro­line Pi­lon en­tre­pren­dra un troi­sième man­dat dans le dis­trict nu­mé­ro 1 (Parc-de-l’Ami­tié), alors qu’Alexandre Cô­té en amor­ce­ra un qua­trième dans son dis­trict nu­mé­ro 4 (Sainte-Fa­mille). Quant à Mi­chael Pro­ven­cher, il en­ta­me­ra un man­dat com­plet de quatre ans, lui qui avait été élu à l’oc­ca­sion de l’élection par­tielle d’avril 2016 dans le dis­trict nu­mé­ro 9 (Ar­tha­bas­ka-Ouest).

UNE PRE­MIÈRE

C’est la pre­mière fois pour Mme Pi­lon et pour MM. Cô­té et Pro­ven­cher qu’ils sont élus sans op­po­si­tion. « Un beau ca­deau ! », s’est ex­cla­mée Mme Pi­lon. Bien sûr, a-t-elle dit, elle était prête à battre cam­pagne si un ad­ver­saire s’était poin­té.

À 36 ans, Alexandre Cô­té de­vien­dra le « doyen » des membres du con­seil, ac­cueillant, comme une marque de confiance, le fait qu’il ait été ré­élu sans op­po­si­tion. Il avait dé­jà i ns­tal­lé des af­fiches et com­men­cé son porte-à-porte. Comme Mme Pi­lon, il dit qu’il conti­nue­ra d’al­ler à la ren­contre des ci­toyens de son dis­trict ne se­rait-ce que pour les in­vi­ter à vo­ter à la mai­rie.

Éga­le­ment élu avec une forte ma­jo­ri­té lors de l’élection par­tielle d’avril 2016, Mi­chael Pro­ven­cher s’est ré­joui de sa ré­élec­tion, lui qui a dé­jà me­né quelques cam­pagnes mu­ni­ci­pale et fé­dé­rale (en 1993). Un man­dat de quatre ans l’at­tend pour mettre la main à des dos­siers dé­jà amor­cés. Il prend en compte le fait qu’il y au­ra plu­sieurs nou­veaux vi­sages au­tour de la table du con­seil (au moins quatre) et, ayant ac­quis une « cer­taine connais­sance », il fe­ra par­tie de ceux et celles qui assurent une cer­taine conti­nui­té.

TOUS LES VIC­TO­RIA­VILLOIS AUX URNES

Ain­si, même si ces trois conseillers ont été élus sans op­po­si­tion, tous les Vic­to­ria­villois, in­cluant ceux des dis­tricts où il n’y a pas de course à l’« éche­vi­nage », se­ront tout de même ap­pe­lés aux urnes le di­manche 5 no­vembre. Ce­la parce que le maire sor­tant, An­dré Bel­la­vance, a un « ad­ver­saire » en la per­sonne de Jean Roy.

M. Bel­la­vance sol­li­cite un man­dat de quatre ans, lui qui avait été élu à l’oc­ca­sion de l’élection par­tielle de fé­vrier 2016, à la suite de la dé­ci­sion de l’ex-maire Alain Rayes de quit­ter le pa­lier mu­ni­ci­pal pour se lan­cer en po­li­tique fé­dé­rale.

Quant à Jean Roy, dit « le ca­va­lier ur­bain », il a aus­si dé­po­sé son bul­le­tin de can­di­da­ture si­gné par un peu plus des 50 élec­teurs. Sa can­di­da­ture a dé­jà at­ti­ré l’at­ten­tion d’Infoman, Jean-Re­né Du­fort se fai­sant tou­jours un ma­lin plai­sir de dé­ni­cher des can­di­dats mar­gi­naux.

TROIS SORTANTS ONT UN AD­VER­SAIRE

Trois autres élus sortants doivent aus­si faire cam­pagne pour conser­ver leurs fonc­tions au con­seil mu­ni­ci­pal. C’est le cas de Be­noît Gau­thier dans le dis­trict nu­mé­ro 2 (Parc-de-L’Île) qui sou­haite un deuxième man­dat. Ce qui ne consti­tue pas une sur­prise puisque Si­mon Roux avait an­non­cé il y a quelques mois qu’il bri­gue­rait ce siège de conseiller. M. Roux avait été l’un des quatre can­di­dats à la mai­rie lors de l’élection par­tielle de fé­vrier 2016.

Pa­trick Pau­lin qui, lui aus­si, ré­clame un deuxième man­dat dans son dis­trict nu­mé­ro 3 (Charles-Édouard-Mail­hot), a un ad­ver­saire en la per­sonne de Luc Ri­chard. Ce der­nier a at­ten­du la période des dé­cla­ra­tions de can­di­da­ture pour faire connaître ses in­ten­tions. On l’a vu à quelques re­prises s’avan­cer au mi­cro des ci­toyens pour po­ser des ques­tions lors de séances du con­seil mu­ni­ci­pal.

Le conseiller Marc Mo­rin doit aus­si faire cam­pagne pour dé­cro­cher un troi­sième man­dat. Dans son dis­trict nu­mé­ro 6 (Parc Vic­to­ria), il lutte contre deux op­po­sants, Mi­chel Pa­try et Hen­ri Dus­seault.

D’AUTRES LUTTES À TROIS, MÊME QUATRE

C’est une lutte à quatre dans le dis­trict nu­mé­ro 5 (Parc Terre- des-Jeunes) que la conseillère France Au­ger re­pré­sen­tait de­puis 2005. Quatre fi­gures pro­ve­nant de mi­lieux fort dif­fé­rents s’af­frontent dans le dis­trict Terre-desJeunes : Ma­ri­lyn Ber­ge­ron, Ro­bert Ju­tras, Ca­ro­line Mo­reau et Yanick Pois­son. Mme Ber­ge­ron, la seule ré­si­dente du dis­trict, a at­ten­du au der­nier mo­ment pour of­fi­cia­li­ser sa can­di­da­ture elle qui avait pu­bli­que­ment an­non­cé son in­ten­tion au prin­temps.

Lutte à trois dans le dis­trict nu­mé­ro 10 ( Ar t ha­bask a - Est ) qu’a r epré­sen­té le « doyen » du con­seil mu­ni­ci­pal Ch­ris­tian Lettre ; M. Lettre sié­geait au con­seil mu­ni­ci­pal au temps d’Ar­tha­bas­ka en 1991 pour pour­suivre s on en­ga­ge­ment j us­qu’à au­jourd’hui à la suite du re­grou­pe­ment avec Vic­to­ria­ville en 1993.

Dans ce dis­trict, s’étaient dé­jà an­non­cés il y a quelques mois les can­di­dats So­phie Lambert et Guy Houle, aux­quels s’est ajou­té Roch Si­mard au cours de la période des dé­cla­ra­tions de can­di­da­ture.

Autre lutte à trois dans le dis­trict nu­mé­ro 7 (Sainte-Vic­toire) où Claude Brulotte ne sol­li­cite pas un nou­veau man­dat. Yves Ber­nier ma­ni­feste de­puis long­temps son dé­sir de s’as­seoir à l a table mu­ni­ci­pale. Fran­çois Hé­bert, que Jean Roy avait pré­sen­té comme étant son « conseiller ur­bain », a aus­si dé­po­sé son bul­le­tin de can­di­da­ture dans ce dis­trict. Et au der­nier jour de la période des dé­cla­ra­tions de can­di­da­ture, Yan­nick Fréchette a dé­ci­dé de bri­guer aus­si le siège nu­mé­ro 7.

DEUX CAN­DI­DATES

En­fin, deux can­di­dates se dis­putent la place qu’a oc­cu­pée De­nis Mo­rin dans le dis­trict nu­mé­ro 8 (Ar­tha­bas­ka-Nord) au cours des douze der­nières an­nées. So­phie Har­vey avait de­puis long­temps an­non­cé son in­ten­tion de bri­guer les suf­frages ; on a aus­si vu Mme Har­vey po­ser des ques­tions lors de séances pu­bliques. Chan­tal Mo­reau convoite aus­si ce siège. In­cluant la conseillère et les conseillers qui viennent d’être élus sans op­po­si­tion, le pay­sage élec­to­ral mu­ni­ci­pal se com­pose de 18 hommes et de 6 femmes.

(Pho­to TC Me­dia – Hé­lène Ruel)

Alexandre Cô­té, Ca­ro­line Pi­lon et Mi­chael Pro­ven­cher ont été élus sans op­po­si­tion. Ils per­çoivent ce­la comme une « marque de confiance ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.