Vic­to aime la Mi­jo­teuse de Co­lo­miers

Et Co­lo­miers en­vie la « gaie­té » du plein em­ploi à Vic­to

La Nouvelle Union - - La Une - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

CO­OPÉ­RA­TION. Ayant dé­jà tis­sé des liens avec la com­mune fran­çaise de Co­lo­miers, la Ville de Vic­to­ria­ville vient de si­gner avec elle un « ac­cord » de co­opé­ra­tion. Cet ac­cord d’une du­rée de deux ans de­vrait fa­vo­ri­ser un plus grand rap­pro­che­ment entre les deux com­mu­nau­tés et, in­ci­dem­ment, la réa­li­sa­tion de pro­jets concrets.

La si­gna­ture de l’ac­cord a eu lieu jeu­di der­nier par le maire de Vic­to­ria­ville, An­dré Bel­la­vance et l’ad­jointe au maire de Co­lo­miers dé­lé­guée aux so­li­da­ri­tés, aux se­niors et aux ci­toyens en si­tua­tion de han­di­cap, Thé­rèse Moi­zan. Mme Moi­zan re­pré­sen­tait ma­dame le maire Ka­rine Tra­val-Mi­che­let qui n’a pu se joindre à la dé­lé­ga­tion des onze per­sonnes (huit de la com­mune et trois en­tre­pre­neurs) ayant sé­jour­né à Vic­to­ria­ville du 3 au 6 oc­tobre. Par le tru­che­ment de la vi­déo, Mme Tra­val-Mi­che­let a tou­te­fois pu adres­ser son mes­sage à la com­mu­nau­té vic­to­ria­villoise.

Vic­to­ria­ville et Co­lo­miers ont beau­coup en com­mun, a ex­pli­qué le maire An­dré Bel­la­vance, comme ce sou­ci pour le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et l’éco­no­mie so­ciale. Elles aus­si adop­té le même style de ges­tion mu­ni­ci­pale. L’ac­cord qui vient de se si­gner ajou­te­ra de la « chair au­tour de l’os », a sou­li­gné le maire An­dré Bel­la­vance, rap­pe­lant que les deux villes se « fré­quentent » de­puis deux ans. Une pre­mière dé­lé­ga­tion co­lu­mé­rine avait sé­jour­né à Vic­to­ria­ville et le maire s’était aus­si ren­du à Co­lo­miers quelques se­maines après son élection. Des échanges étu­diants ont éga­le­ment lieu de­puis deux ans l’été.

UNE MI­JO­TEUSE À VIC­TO ?

Le maire Bel­la­vance sou­haite que l’ac­cord de co­opé­ra­tion per­mette d’autres ju­me­lages, alors que Mme Moi­zan a dit qu’il ou­vrait le champ du pos­sible. Il semble que le mou­ve­ment Hop la ville et que la pla­te­forme de consul­ta­tion pu­blique (mo­ni­dee.ca) de Vic­to­ria­ville sé­duisent Co­lo­miers.

De son cô­té, la Ville de Vic­to­ria­ville lorgne avec in­té­rêt La Mi­jo­teuse de Co­lo­miers, une sorte d’in­cu­ba­teur pour les en­tre­pre­neurs, por­teurs de pro­jets ou as­so­cia­tions ayant be­soin de lo­caux et d’ac­com­pa­gne­ment afin de concré­ti­ser leurs pro­jets, peu im­porte leur do­maine, in­dus­triel ou so­cial.

Et si les deux com­mu­nau­tés se pré­oc­cupent de la par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne, à Co­lo­miers, on a créé des co­mi­tés de quar­tiers et ins­ti­tué un con­seil mu­ni­ci­pal jeu­nesse, des idées que Vic­to­ria­ville pour­rait im­por­ter. Les deux villes se res­semblent, mais dif­fèrent aus­si sous plu­sieurs as­pects. Il faut sa­voir que Co­lo­miers compte près de 40 000 ha­bi­tants et que son ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale fait tra­vailler 1200 per­sonnes (com­pa­ra­ti­ve­ment à 400 au plus fort de l’an­née à Vic­to­ria­ville). L’ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale de Co­lo­miers dé­tient une plus vaste ju­ri­dic­tion, 120 corps de mé­tiers étant re­pré­sen­tés. La Mu­ni­ci­pa­li­té a la res­pon­sa­bi­li­té de la res­tau­ra­tion, même d’af­faires sco­laires.

Éton­nam­ment, se­lon le di­rec­teur gé­né­ral de la Ville de Vic­to­ria­ville, il lui fal­lait tra­ver­ser l’océan pour réa­li­ser qu’à Co­lo­miers aus­si, on avait adop­té les mêmes pra­tiques de ges­tion mu­ni­ci­pale, de co­dé­ve­lop­pe­ment. « Où les cadres ac­com­pagnent les em­ployés pour le dé­ve­lop­pe­ment de leurs com­pé­tences. »

« MO­RO­SI­TÉ » À CO­LO­MIERS, « GAIE­TÉ » À VIC­TO

Et jus­te­ment parce que, sous cer­tains pans, les deux villes ne se res­semblent pas, l’ac­cord pour­rait être bé­né­fique pour l’une et l’autre. C’est Bru­no Ter­rin­ha du Club d’en­tre­prises de l’Ouest tou­lou­sain (l’équi­valent d’une Chambre de com­merce) qui a dit que le presque plein-em­ploi à Vic­to­ria­ville créait une am­biance de « gaie­té ».

« Un baume au coeur des en­tre­pre­neurs », s’est-il ex­cla­mé, évo­quant la « mo­ro­si­té » qui règne à Co­lo­miers en ce do­maine. La vi­site du CFER, de l’École du meuble ont don­né des idées à l’en­tre­pre­neur fran­çais qui es­quisse le pro­jet de créa­tion d’en­tre­prises de ré­cu­pé­ra­tion ain­si que des ate­liers ou des stages pour des étu­diants co­lu­mé­rins en quête d’une pre­mière ex­pé­rience de tra­vail. Et de son cô­té, le maire Bel­la­vance dit que des en­tre­prises de Vic­to­ria­ville, en manque de main-d’oeuvre, pour­raient s’at­ti­rer des em­ployés co­lu­mé­rins.

(Pho­to TC Me­dia – Hé­lène Ruel)

De l’avant à l’ar­rière-plan, le di­rec­teur gé­né­ral de la Ville, Mar­tin Lessard, le maire An­dré Bel­la­vance, l’ad­jointe au Maire, Thé­rèse Moi­zan et la di­rec­trice gé­né­rale des ser­vices ad­jointe, Mu­riel Izard Ruiz. Mme Moi­zan a re­mar­qué qu’au Qué­bec, on « mar­chait » beau­coup, après avoir vi­si­té le nou­veau centre-ville de Vic­to­ria­ville et le Vieux-Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.