700000$ à réunir… pour une grande mis­sion

La Nouvelle Union - - La Une - HÉ­LÈNE RUEL he­lene.ruel@tc.tc

PAS­TO­RALE. Sept cent mille dol­lars ! C’est, à pre­mière vue, beau­coup d’ar­gent, re­con­naissent les nou­veau cu­rés Da­vid Vincent et Pierre Proulx des pa­roisses Sainte-Vic­toire, et Saint-Chris­tophe-d’Ar­tha­bas­ka. Mais c’est peu lorsque, avec les présidents des trois fa­briques, les prêtres énu­mèrent ce que cette somme per­met de fi­nan­cer.

Les cu­rés Vincent et Proulx en com­pa­gnie de Clé­ment Ber­nier, Luc- An­dré Ver­ville et De­nis-Marc Le­clerc, les présidents des fa­briques Sainte-Vic­toire, Saint-Chris­tophe-d’Ar­tha­bas­ka et Saint-Paul ont lan­cé l’an­nuelle cam­pagne de fi­nan­ce­ment de l’uni­té pas­to­rale de Vic­to­ria­ville.

Quelque 250 bé­né­voles sont à dis­tri­buer, dans 30 000 boîtes aux lettres, une de­mande de contri­bu­tion vo­lon­taire an­nuelle (CVA) et un feuillet ex­pli­ca­tif des ser­vices que l’ar­gent per­met d’of­frir dans les com­mu­nau­tés de l’uni­té pas­to­rale.

Ces 700 000 $ qu’on es­père re­pré­sentent en­vi­ron les trois quarts du bud­get né­ces­saire à payer les prêtres, les agents et agentes de pas­to­rale, les ac­ti­vi­tés d’ani­ma­tion les frais d’en­tre­tien des cinq églises et des quatre pres­by­tères, des bâ­ti­ments du pa­tri­moine re­li­gieux au de­meu­rant sou­ligne Jo­ce­lyne St-Cyr, du co­mi­té des com­mu­ni­ca­tions. « Juste de chauf­fer l’église Sainte-Vic­toire coûte 100 000 $ par an­née », sou­tient M. Ber­nier.

Lit­té­ra­le­ment « on vit de la cha­ri­té chré­tienne ! », lance Da­vid Vincent, le plus jeune prêtre du dio­cèse de Ni­co­let, lui à qui l’évêque Mgr Ga­zaille, a confié la cure de la pa­roisse Sainte-Vic­toire.

Or­don­né il y a douze ans, le prêtre de 40 ans en­tre­prend sa deuxième cure après avoir as­su­ré celle de Saint-Chris­tophe- d’Ar­tha­bas­ka au cours des quatre der­nières an­nées. Une pro­mo­tion ? Il rit, ré­fute, en pré­ci­sant que cette cure né­ces­si­te­ra un plus grand lea­der­ship, mais qu’il se sent bien ap­puyé, étant un « gars d’équipe ».

La « no­mi­na­tion » du cu­ré Vincent à Sainte-Vic­toire a en­traî­né le re­tour de Pierre Proulx à la cure de Saint-Chris­tophe-d’Ar­tha­bas­ka et comme ad­mi­nis­tra­teur pa­rois­sial à Ches­ter­ville. Le prêtre de 59 ans connaît bien ces mi­lieux pour avoir été cu­ré à Ches­ter­ville et vi­caire à Saint-Chris­tophe-d’Ar­tha­bas­ka en 1999.

Les deux pas­teurs – vi­vant sous le même toit au pres­by­tère de Sainte-Vic­toire – s’en­thou­siasment lors­qu’ils parlent de leur mis­sion. Les mots « ac­com­pa­gne­ment » et « pré­sence » émaillent leur lan­gage, fai­sant écho à ce­lui du pape Fran­çois. « C’est à moi comme prêtre à m’adap­ter, à faire du sens pour les gens que j’ac­com­pagne, ceux qui vivent un deuil, ceux qui se ma­rient », dit le cu­ré Vincent. Le cu­ré Proulx ren­ché­rit en di­sant que les prêtres, les agents et les agentes de pas­to­rale, ac­com­pagnent « tous les âges de la vie », pour faire dé­cou­vrir, connaître et cé­lé­brer la pré­sence de Dieu au­près des ma­lades, des en­deuillés, des aî­nés, des jeunes.

D’ailleurs, l’uni­té pas­to­rale de Vic­to­ria­ville (re­grou­pant les trois pa­roisses de Vic­to­ria­ville, Saint-Chris­tophe et Ches­ter­ville) au­rait dé­ve­lop­pé une ini­tia­tive tout à fait ori­gi­nale au Qué­bec. Par le GPS (Groupe Pè­le­rins So­li­daires), 500 jeunes et leur fa­mille se sont ins­crits, par le Web (www.la­ganggps.ca/vic­to), à des ac­ti­vi­tés leur per­met­tant de dé­ve­lop­per leur lien avec Dieu et avec les autres, à se pré­pa­rer no­tam­ment aux sa­cre­ments.

Le cu­ré Vincent sa­lue le « beau mi­lieu » que re­pré­sente Vic­to­ria­ville, dont le cli­mat s’ap­pa­rente à ce­lui d’un « gros vil­lage » par les liens qui se tissent fa­ci­le­ment avec le com­mu­nau­taire, par la so­li­da­ri­té et l’en­ga­ge­ment so­cial dont les gens font preuve. Les prêtres donnent les exemples de ces col­la­bo­ra­tions avec des groupes comme So­li­da­ri­té jeu­nesse, le res­tau­rant po­pu­laire, etc.

Les cu­rés et les présidents de fa­brique savent qu’il fau­dra trou­ver d’autres moyens de fi­nan­cer la mis­sion pas­to­rale que par la CVA. On a d’ailleurs ré­in­tro­duit la quête aux cé­ré­mo­nies re­li­gieuses. « Il y a des gens qui pré­fèrent ce­la, un peu comme si, parce qu’ils se trouvent à l’église, ils se r econ­naissent comme des « uti­li­sa­teurs-payeurs » », note le cu­ré Proulx.

Les dons en ligne consti­tuent éga­le­ment une pos­si­bi­li­té (www.pa­rois­ses­bois­francs.org).

(Pho­to TC Me­dia – Hé­lène Ruel)

De gauche à droite, la mar­guillière Ra­chel Cro­teau (com­mu­nau­té Sainte-Fa­mille), le nou­veau pré­sident de la fa­brique Saint-Chris­tophe-d’Ar­tha­bas­ka, Luc-An­dré Ver­ville, les cu­rés Pierre Proulx et Da­vid Vincent, le pré­sident de la fa­brique Saint-Paul de­puis trois ans, De­nis-Marc Le­clerc et le pré­sident de la fa­brique Sainte-Vic­toire de­puis sept ans, Clé­ment Ber­nier. On a ain­si lan­cé la cam­pagne de fi­nan­ce­ment de la CVA avec un dé­pliant gra­cieu­se­té de la firme Ab­so­lu.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.