Une honte pour l’Ou­taouais

La Petite-Nation - - RÉTRO 2008 -

L’an­née 2009 se­ra une (autre!) an­née élec­to­rale. Cette fois, c’est au mu­ni­ci­pal que ce­la se pas­se­ra.

À Gatineau, nous avons un pro­blème ma­jeur qui semble lais­ser tout le monde in­dif­fé­rent : il ne reste que deux femmes pour dix-huit postes au con­seil mu­ni­ci­pal de Gatineau. Au Qué­bec, au­cune autre grande ville ne fait pire. Lon­gueuil : 10 sur 27 : 37 % La­val : 8 sur 22 : 36 % Trois-Rivières : 6 sur 17 : 35 % Qué­bec : 11 sur 38 : 29 % Sherbrooke : 5 sur 24 : 21 % Gatineau : 2 sur 18 : 11 % C’est une honte. Et les conseils des maires des MRC sont en­core plus faibles. MRC de Papineau : 2 mai­resses sur 24 mu­ni­ci­pa­li­tés : MRC Val­lée-de-la-Gatineau : 1 mai­resse sur 17 mu­ni­ci­pa­li­tés : MRC des Col­lines : 0 mai­resse sur 7 mu­ni­ci­pa­li­tés : MRC du Pon­tiac : 0 mai­resse sur 18 mu­ni­ci­pa­li­tés : 0%

Cette si­tua­tion est une honte pour trois rai­sons ma­jeures.

1-L’ef­fi­ca­ci­té. J’es­père que je ne vous ap­pren­drai rien en vous di­sant que les hommes et les femmes sont dif­fé­rents. Pour que les dé­ci­sions d’un con­seil soient les meilleures pos­sibles, elles doivent re­flé­ter les be­soins, les in­té­rêts, la fa­çon de voir, du plus de per­sonnes pos­sibles.

2-La dé­mo­cra­tie. Quand seule­ment 11 % d’un con­seil est consti­tué de femmes, on ne

8%

6%

0% peut pas dire qu’il soit re­pré­sen­ta­tif. Les consé­quences des dé­ci­sions po­li­tiques sont au coeur du quo­ti­dien des hommes et des femmes, c’est en­semble qu’ils de­vraient les prendre.

3-Le cercle vi­cieux. Les mo­dèles de femmes en po­li­tique consti­tuent l’ou­til par ex­cel­lence pour y at­ti­rer des femmes… alors que leur ab­sence contri­bue à pro­pa­ger l’idée que la po­li­tique est une af­faire d’hommes, ce qui nuit évi­dem­ment au re­cru­te­ment de femmes.

L’ab­sence des femmes en po­li­tique est un peu mys­té­rieuse. Elles sont pré­sentes en force par­mi les bé­né­voles, dans les or­ga­nismes com­mu­nau­taires, de plus en plus dans le monde des af­faires, dans la haute fonction pu­blique, etc… mais pas en po­li­tique mu­ni­ci­pale. Il y a d’im­menses ef­forts de re­cru­te­ment à faire, c’est pour­quoi il existe des pro­grammes pour ac­com­pa­gner les femmes qui vou­draient faire de la po­li­tique, mais qui hé­sitent. Les femmes in­té­res­sées peuvent ap­pe­ler l’or­ga­nisme AGIR au 819 770 0351 ou écrire au agir.femme@qc.ai­ra.com AGIR lan­ce­ra d’ailleurs la se­maine pro­chaine un ré­seau des femmes élues de l’Ou­taouais qui or­ga­ni­se­ra des for­ma­tions dans tout l’Ou­taouais en vue des pro­chaines élec­tions.

Si la re­pré­sen­ta­tion des femmes en po­li­tique vous in­té­resse, je vous in­vite à lire le livre 100 ques­tions sur les femmes et la po­li­tique, de Ma­non Trem­blay, une pro­fes­seure de l’Uni­ver­si­té d’Ottawa. La ques­tion est trai­tée sous presque tous les angles et le for­mat ques­tion-ré­ponse fa­ci­lite la re­cherche d’in­for­ma­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.