Rou­ler jus­qu’à ce que les pneus éclatent

La Petite-Nation - - ACTUALITÉS -

AC­TI­VI­TÉS. Da­niel Du­puis in­vite en­core les gens chez lui à Mont­pel­lier, pour une 27e an­née, pour faire brû­ler des pneus.

Sur les traces du mé­choui se tien­dra du 28 au 30 juillet di­rec­te­ment sur son ter­rain. Le ven­dre­di soir, un dj se­ra sur place alors que le sa­me­di, la mu­sique se­ra plus rock n’ roll. Le sa­me­di un hé­li­co­ptère se­ra sur place.

Le di­manche, les voi­tures fe­ront leur show de bou­cane sur une «slab» de ci­ment spé­cia­le­ment amé­na­gée pour l’oc­ca­sion. Ta­toueur et can­tine se­ront éga­le­ment pré­sents.

La sé­cu­ri­té est om­ni­pré­sente toute la fin de se­maine afin que tout se passe bien. «Les en­fants ne sont pas in­vi­tés en soi­rée, après 19h, parce que je ne veux pas qu’ils se re­trouvent dans la fu­mée, ce n’est pas bon pour eux», men­tionne M. Du­puis.

De plus, seule­ment les voi­tures ayant plus de 200 forces de mo­teur peuvent faire brû­ler leurs pneus. «Si­non, ça prend des gens pour les te­nir et c’est trop dan­ge­reux», ex­plique l’or­ga­ni­sa­teur.

Se­lon M. Du­puis, son évé­ne­ment est in­té­res­sant à cause de la proxi­mi­té des voi­tures. «Quand tu vas en drag, tu ne vois rien. Le char ne fait que pas­ser. Chez nous, sur place, tu vois le mo­teur ru­gir et ré­vo­lu­tion­ner. Il n’y a pas un char qui a le même son», men­tionne-t-il.

Les gens sont in­vi­tés à cam­per gra­tui­te­ment sur le ter­rain et à ob­ser­ver les an­ti­qui­tés de 1890 à au­jourd’hui que pos­sède M. Du­puis.

L’or­ga­ni­sa­teur de­mande aux fes­ti­va­liers d’ame­ner des den­rées pé­ris­sables qu’il pour­ra re­mettre aux gens plus dé­mu­nis. «Avant, je les don­nais à la Banque ali­men­taire de la Pe­ti­te­na­tion, ra­conte-t-il. Mais, je connais des gens qui ont été re­fu­sés à cause de rai­sons in­croyables, alors j’ai dé­ci­dé de dis­tri­buer moi­même les cannes aux gens que je connais dans le be­soin»

Pour M. Du­puis, cet évé­ne­ment est im­por­tant, car ça amène plu­sieurs re­tom­bées éco­no­miques pour les com­merces. «Si tu vas au dé­pan­neur le di­manche, il n’y a plus rien dans les ta­blettes», af­firme-t-il. Pour plus d’in­for­ma­tions, il est pos­sible de té­lé­pho­ner au 819 664-1911 ou de vi­si­ter la page Fa­ce­book Sur les traces du mé­choui.

(Photo gracieuseté)

Les amateurs de show de bou­cane y trou­ve­ront leur compte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.