Un fes­ti­val «tri­co­té ser­ré»

La Petite-Nation - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POU­LIN louis-charles.pou­lin@tc.tc

FIBRE. Le Fes­ti­val de la fibre Twist a connu sa meilleure édi­tion à ce jour, du 19 au 20 août, à Saint-an­dré-avel­lin.

C’est ce qu’ont af­fir­mé les or­ga­ni­sa­teurs de l’évé­ne­ment qui se dé­rou­lait au­tant à l’in­té­rieur qu’à l’ex­té­rieur du Com­plexe Whis­sell. «On est dé­pas­sés par notre suc­cès. C’est notre plus grosse édi­tion en six ans. Il y a eu plus de monde qu’on l’es­pé­rait et on est très sa­tis­faits», lance la di­rec­trice ar­tis­tique du fes­ti­val, Ma­rieanne Adam. Heu­reu­se­ment que les or­ga­ni­sa­teurs avaient pris la dé­ci­sion de dou­bler la su­per­fi­cie du site dans le but d’ac­cueillir plus de 23 000 fes­ti­va­liers pour cette 6e édi­tion de Twist. Cette an­née, les vi­si­teurs pou­vaient as­sis­ter à des dé­mons­tra­tions de ras­sem­ble­ment d’un trou­peau de mou­tons par des chiens de ber­ger pour la pre­mière fois dans le cadre de l’évé­ne­ment. Cette ac­ti­vi­té a «vrai­ment pi­qué la cu­rio­si­té» des fes­ti­va­liers, tout comme plu­sieurs autres ate­liers sur place dont le brunch «ré­seaux so­ciaux» en com­pa­gnie de pod­cas­ters. Avant ses deux jour­nées prin­ci­pales, le Fes­ti­val Twist of­frait aus­si di­vers ate­liers, du­rant la se­maine, au­quels les par­ti­ci­pants de­vaient s’ins­crire à l’avance. Plus de 350 per­sonnes y ont pris part. «La ré­ponse a été au-de­là de nos at­tentes en­core», in­forme la di­rec­trice ar­tis­tique.

Sur place, en plus de voir du tricot un peu par­tout, dont sur la billet­te­rie et un trac­teur, on pou­vait y voir des pas­sion­nés pro­ve­nant de di­vers en­droits, entre autres, du Qué­bec, de l’on­ta­rio, de la Nou­velle-écosse, du Nou­veaub­runs­wick, des États-unis, de la France et de la Suisse. Se­lon les or­ga­ni­sa­teurs, les gens sont de plus en plus nom­breux à faire la route pour ve­nir au fes­ti­val afin de se pro­cu­rer des aguilles, des cro­chets, du fil de laine ou des pro­duits ar­ti­sa­naux à base de fibres. Ils viennent éga­le­ment afin «de tis­ser des liens et de tri­co­ter avec des mil­liers de pas­sion­nés», se­lon la fon­da­trice de Twist, Amé­lie Blan­chard, qui avait men­tion­né ce­la à quelques jours de l’évé­ne­ment. C’est éga­le­ment la rai­son qu’ont men­tion­né les par­ti­ci­pantes, et quelques par­ti­ci­pants, ren­con­trés sur place.

«Ce que j’aime du fes­ti­val c’est que je re­trouve toute ma tri­bu qui tra­vaille dans le même mi­lieu que moi. On prend des nou­velles de cha­cun, on par­tage nos passions et on so­li­di­fie et tisse des ami­tiés», confie la pro­prié­taire de La Mai­son Tri­co­tée, Cé­line Bar­beau. «Ici, on sent que c’est ce mo­ment-là où les femmes laissent leur mari à la mai­son et partent entre filles pour le week-end pour avoir un mo­ment à elles pour se faire plai­sir. C’est une sor­tie qui pro­voque un mo­ment très fort, puis­qu’il y a vrai­ment un plai­sir sen­suel à tou­cher et à voir les cou­leurs. C’est comme dans un rêve», ajoute celle qui par­ti­cipe au Fes­ti­val Twist de­puis le tout dé­but et qui n’avait que de bons mots à dire à son su­jet.

Mme Bar­beau ra­conte que des gens fai­saient la file pour se pro­cu­rer la laine fran­çaise «La Bien-ai­mée» à son kiosque quelques heures avant l’ou­ver­ture du fes­ti­val. La pro­prié­taire Mon­tréa­laise a réus­si à ob­te­nir 400 pe­lotes de cette laine tant convoi­tée ex­clu­si­ve­ment pour Twist. «C’est vrai­ment quelque chose qui est dif­fi­cile à se pro­cu­rer, puisque c’est pro­duit à Pa­ris par la tein­tu­rière Ai­mée qui a énor­mé­ment de ta­lent et qui tra­vaille avec des ma­ga­zines et des de­si­gners. Elle a un très grand sens de la fibre et elle uti­lise des cou­leurs très contem­po­raines», es­time Mme Bar­beau.

Il n’y a pas que son kiosque qui a at­ti­ré les ama­teurs d’art textile. Ce­lui de Ra­phael Ke­rem qui fa­brique des ba­lais à la main de­puis plus de 30 ans a été éga­le­ment po­pu­laire. «La plu­part des per­sonnes ici uti­lisent de la fibre d’ani­mal, dans le cas de mes ba­lais j’uti­lise de la fibre de plante. Je dois éga­le­ment faire du tis­sage pour réa­li­ser une par­tie de mes ba­lais», dit-il pour ex­pli­quer sa pré­sence au fes­ti­val, bien que son pro­duit se dif­fé­ren­cie du lot. Sa­vons et fro­mages à base de lait de chèvre, bou­tons de bois, ain­si que crème de laine fai­saient éga­le­ment par­tie des nom­breux autres pro­duits ori­gi­naux of­ferts sur place.

(Pho­to TC Me­dia – Louis-charles Pou­lin)

Le Fes­ti­val Twist a connu sa meilleure édi­tion jus­qu’à main­te­nant du 19 au 20 août 2017.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.