Diane Cos­sette : «Je suis dis­po­nible et j’ai fait mes preuves»

La Petite-Nation - - CHRONIQUE D’HUMEUR - LOUIS-CHARLES POU­LIN louis-charles.pou­lin@tc.tc

BOILEAU. Diane Cos­sette est l’une des trois can­di­dats à la mai­rie de Boileau. Grâce à son ex­pé­rience en ad­mi­nis­tra­tion, en ges­tion de dos­siers et en ré­so­lu­tion de pro­blèmes et sa dis­po­ni­bi­li­té, elle croit pos­sé­der les atouts né­ces­saires au poste de maire.

An­cienne conseillère mu­ni­ci­pale à Boileau de 2005 à 2009 et ad­mi­nis­tra­trice à la CSN du­rant 30 ans, Mme Cos­sette es­time avoir l’ex­pé­rience re­quise et aus­si être la can­di­date qui se­ra le plus dis­po­nible pour ré­pondre aux be­soins des ci­toyens. «Ce que j’ai à of­frir aux ci­toyens de Boileau ce ne sont pas des pro­messes élec­to­rales, mais plu­tôt tout mon temps et ma grande ex­pé­rience […] Les deux autres can­di­dats sont de très bonnes per­sonnes, mais mal­heu­reu­se­ment ils n’ont pas le temps», pense la re­trai­tée qui au cours de sa car­rière a été tré­so­rière sur la scène po­li­tique provinciale et agente of­fi­cielle d’un can­di­dat du NPD aux élec­tions de 2004 au fé­dé­ral. La can­di­date à la mai­rie dit dé­jà s’im­pli­quer de dif­fé­rentes fa­çons au bien-être de son mi­lieu, soit en sié­geant au Co­mi­té Consul­ta­tif en Ur­ba­nisme, par l’amé­na­ge­ment du bloc sa­ni­taire au parc mu­ni­ci­pal, en tant que res­pon­sable du site in­ter­net de Boileau et par la concep­tion du livre sou­ve­nir du 125e an­ni­ver­saire.

Si elle est élue le 5 no­vembre, elle s’en­gage à mettre au­tant de temps que son pré­dé­ces­seur pour développer Boileau. «Je pense que M. Ga­rié­py a fait une très bonne job pen­dant qu’il était là et je pense que ça prend un peu de conti­nui­té», af­firme celle qui croit, elle aus­si, pou­voir faire «une très bonne job». «La mu­ni­ci­pa­li­té de Boileau est sur la bonne pente en ce mo­ment», avance-t-elle en spé­ci­fiant que Boileau est de plus en plus consi­dé­ré au sein de la MRC de Pa­pi­neau. En plus de bien re­pré­sen­ter sa mu­ni­ci­pa­li­té au ni­veau ré­gio­nal, Mme Cos­sette s’en­gage à prendre soin des éten­dues d’eau, dont la Ri­vière Mas­ki­non­gé, comme elle l’avait fait lors­qu’elle était élue. «C’est notre at­trait tou­ris­tique l’eau dans Boileau», lance celle qui par­ti­cipe à l’or­ga­ni­sa­tion du col­loque sur la pro­tec­tion des lacs et bandes ri­ve­raines. Elle ajoute aus­si être pré­oc­cu­pée par la vi­tesse sur les lacs et la qua­li­té de l’eau po­table qui semble par­fois lais­ser à dé­si­rer.

«Nos che­mins sont beaux en ce mo­ment et je vais faire en sorte qu’ils res­tent beaux», as­sure-t-elle en ré­pé­tant qu’elle de­vra prendre conscience du bud­get dis­po­nible avant de faire des pro­messes aux ci­toyens. «Je vais mettre le temps né­ces­saire pour réa­li­ser les dos­siers qui sont dé­jà ou­verts», pro­met-elle par contre en spé­ci­fiant, entre autres, que le ter­rain de cam­ping au parc se doit d’être ter­mi­né bien­tôt. De plus, Mme Cos­sette fait sa­voir qu’il est pri­mor­dial d’élire un maire qui com­prend bien les pro­cé­dures, les lois et rè­gle­ments, dans le contexte ac­tuel, pour les lire et les mettre en ap­pli­ca­tion. «Le gou­ver­ne­ment nous donne de plus en plus de res­pon­sa­bi­li­tés, mais il ou­blie de don­ner le pou­voir de l’ar­gent aux mu­ni­ci­pa­li­tés […] Il faut être très in­ven­tif et très ou­vert d’es­prit pour être ca­pable de trou­ver les failles dans leurs nou­velles ré­gle­men­ta­tions pour pou­voir s’en sor­tir sans trop gra­fi­gner le compte de taxes de nos ci­toyens.»

(Pho­to gra­cieu­se­té)

La can­di­date à la mai­rie de Boileau, Diane Cos­sette, pro­met d’être dis­po­nible pour ré­pondre aux be­soins des ci­toyens.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.