«C’est comme si on n’exis­tait pas»

La Petite-Nation - - ACTUALITÉS - PAS­CAL LA­PLANTE pas­cal.la­plante@tc.tc

PE­TITE-NA­TION. La di­rec­trice de la Banque ali­men­taire de la Pe­tite-na­tion ac­cueille avec cer­taines ré­serves les conclu­sions du rap­port sur la carte com­mu­nau­taire de la faim de la Table ré­gio­nale.

«Quand on re­garde l’étude, c’est comme si on n’exis­tait pas, in­dique la di­rec­trice gé­né­rale Chan­tal Ther­rien. Pour­tant, on des­sert 21 mu­ni­ci­pa­li­tés et ça ne tient pas compte de la pré­sence de la Banque.»

On cible par­ti­cu­liè­re­ment Ri­pon sur la carte comme étant une zone de dé­sert ali­men­taire. La Banque ali­men­taire de la Pe­tite-na­tion est jus­te­ment si­tuée dans cette mu­ni­ci­pa­li­té de­puis plu­sieurs an­nées.

Mme Ther­rien croit que le rap­port sou­lève de bons points, no­tam­ment pour ce qui est de la ques­tion du trans­port: «Il y a des la­cunes. C’est cer­tain qu’il y a un pro­blème de trans­port. On a une co­opé­ra­tive, le trans­port adap­té… mais de notre cô­té, on livre aux fa­milles.»

La di­rec­trice de la Banque ali­men­taire de la Pe­tite-na­tion abonde dans le même sens que la Table quand vient le temps d’iden­ti­fier que les gens qui ont re­cours aux ser­vices des banques ali­men­taires sont fra­gi­li­sés.

«Oui, ils sont des bons points qu’il faut tra­vailler sur les bud­gets, ai­der les gens à s’en sortir. On tra­vaille fort à ne pas créer de be­soins. Les gens doivent s’ai­der.»

UNE SI­TUA­TION ÉVI­TABLE

Chan­tal Ther­rien sou­ligne que la pro­blé­ma­tique de pau­vre­té ré­side, dans plu­sieurs cas, à des gens qui quittent le mi­lieu ur­bain pour payer moins cher leur lo­ge­ment. Ce­la vient ce­pen­dant avec une at­trape.

«Les gens dé­mé­nagent ici et ne réa­lisent pas, mais c’est sou­vent des vieilles mai­sons, tu chauffes de­hors, le coût d’élec­tri­ci­té est énorme. Les gens s’ins­tallent et veulent avoir des bons prix. On sait qu’en ré­gion, le petit mar­ché ne peut pas faire des bons prix comme en ville. Les gens ne sont pas conscients et se re­trouvent coin­cés ici.»

Et la di­rec­trice gé­né­rale de la Banque ali­men­taire de la Pe­tite-na­tion ajoute que les gens doivent ap­prendre à mieux gé­rer leur bud­get. L’édu­ca­tion a une part im­por­tante de la fra­gi­li­sa­tion de cer­taines fa­milles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.