La So­cié­té his­to­rique L-J. Pa­pi­neau ré­flé­chit à son ave­nir

La Petite-Nation - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POULIN louis-charles.poulin@tc.tc

PA­TRI­MOINE. La So­cié­té his­to­rique Louisjo­seph-pa­pi­neau cé­lé­brait ses 40 ans d’his­toire en 2017. Après cette an­née de cé­lé­bra­tion, le temps est ve­nu de se pen­cher sur l’ave­nir de l’or­ga­nisme pour as­su­rer la pé­ren­ni­té de sa mis­sion.

Le pré­sident de la So­cié­té his­to­rique, Pierre Ip­per­ciel, dresse un bi­lan po­si­tif de 2017 qui a été mar­qué par de nom­breuses ac­ti­vi­tés, dont des lan­ce­ments de livres, et l’aug­men­ta­tion des ins­crip­tions à l’or­ga­nisme qui compte au­jourd’hui plus de 80 membres. «Il y a une sé­rie de choses qui se sont faites pen­dant l’an­née et notre nombre de membres a at­teint des som­mets qu’on n’avait ja­mais at­teints dans le pas­sé», sou­ligne-t-il. «Ç’a été une bonne an­née pour nous et on est fiers de cette 40e an­née.»

À l’aube de sa 40e As­sem­blée gé­né­rale an­nuelle, qui se tien­dra le 12 no­vembre dès 14h à la salle De­nis-bou­cher de l’hô­tel de ville de Mon­te­bel­lo, la so­cié­té his­to­rique se ques­tionne à pro­pos des nom­breux dé­fis qui l’at­tendent. «La prio­ri­té pour l’an pro­chain, ce se­ra l’ave­nir de la so­cié­té. Il faut ré­flé­chir à sa­voir qu’est-ce qu’on va de­ve­nir dans les an­nées à ve­nir.», in­dique M.ip­per­ciel en spé­ci­fiant que «le fu­tur le pré­oc­cupe». Il in­forme que les bé­né­voles qui sont prêts à s’im­pli­quer au­près de son or­ga­nisme pour faire rayon­ner l’his­toire et le pa­tri­moine se font de plus en plus rares.

«Je me de­mande s’il ne se­rait pas temps qu’on com­mence une es­pèce de ré­gio­na­li­sa­tion des éner­gies en his­toire. Il y en a à Saint-an­dréa­vel­lin, à Plai­sance, à Pa­pi­neau­ville, à Ri­pon et ici [à Mon­te­bel­lo]. Je me de­mande s’il ne fau­drait pas com­men­cer à ré­flé­chir à com­ment on pour­rait se mettre en­semble pour mettre en va­leur la ri­chesse his­to­rique et pa­tri­mo­niale de la ré­gion», fait-il sa­voir en pré­ci­sant qu’il s’agit d’un tra­vail de ré­flexion et de longue ha­leine. «J’ai l’im­pres­sion qu’on est dans une pé­riode où les gens sont plus at­ti­rés vers d’autres choses. Ils s’in­té­ressent à l’his­toire, mais ils ne sont pas prêts à mettre du temps pour la mettre en va­leur», re­marque-t-il. Lors­qu’in­ter­ro­gé sur le su­jet, le pré­sident de la So­cié­té his­to­rique de Saint-an­dré-avel­lin, Ray­mond Whis­sell, in­dique qu’il se­rait dif­fi­cile de re­grou­per les ef­forts, puisque chaque so­cié­té concentre leurs re­cherches sur des as­pects his­to­riques dif­fé­rents. «Par exemple, eux, On est une ré­gion qui a un po­ten­tiel pa­tri­mo­nial et his­to­rique ex­tra­or­di­naire. Mon opinion per­son­nelle c’est qu’on ne l’ex­ploite pas as­sez, qu’on ne le met pas suf­fi­sam­ment en va­leur.»

- Pierre Ip­per­ciel ils pu­blient beau­coup sur la fa­mille Pa­pi­neau. Nous, on oriente plus nos re­cherches sur la fa­çon de vivre des gens aux 19e et 20e siècles.» Ce­pen­dant, il af­firme être bien d’ac­cord avec l’idée que les or­ga­nismes ayant à coeur l’his­toire se ren­contrent et s’en­traident en­core plus pour le bien-être de la ré­gion.

Se­lon M. Ip­per­ciel, l’his­toire et le pa­tri­moine ré­gio­nal de­vraient être da­van­tage

(Pho­to TC Me­dia – Ar­chives)

Le pré­sident de la So­cié­té his­to­rique Louisjo­seph-pa­pi­neau, Pierre Ip­per­ciel, sou­haite mettre en­core plus en va­leur le pa­tri­moine his­to­rique de la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.