La CSCV rem­bourse sa dette cu­mu­lée

La Petite-Nation - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POULIN louis-charles.poulin@tc.tc

ÉTATS FI­NAN­CIERS. La Com­mis­sion sco­laire au Coeur-des-val­lées (CSCV) a ter­mi­né l’an­née sco­laire 2016-2017 avec un sur­plus d’exer­cice de 471 912 $, soit 0,61% de son bud­get glo­bal de 77 649 381 $.

C’est ce qu’a an­non­cé la CSCV, lors du Con­seil des com­mis­saires du 1er no­vembre, au cours de la pré­sen­ta­tion de ses états fi­nan­ciers. Ce sur­plus d’exer­cice au 30 juin 2017 a été affecté au sur­plus cu­mu­lé de la CSCV qui est main­te­nant dans le po­si­tif et qui se chiffre à 227 662 $. À pa­reille date l’an­née der­nière, le sur­plus ac­cu­mu­lé dis­po­nible était plu­tôt un dé­fi­cit de 244 249 $. Les élus sco­laires se ré­jouissent de voir que la CSCV n’est main­te­nant plus en­det­tée. Ils ont men­tion­né que ce­la n’était pas ar­ri­vé de­puis quelques an­nées en rai­son de com­pres­sions bud­gé­taires im­po­sées par le mi­nis­tère de l’édu­ca­tion. Rap­pe­lons qu’en 2013, le sur­plus cu­mu­lé dis­po­nible de la CSCV se tra­dui­sait en dé­fi­cit de 939 107 $, en 2014 en un dé­fi­cit de 158 252 $ et en un dé­fi­cit de 448 172 $ en 2015.

«On a fait face à des com­pres­sions de l’ordre de 3,5 mil­lions $, si je me sou­viens bien, au cours des cinq der­nières an­nées ou à peu près», rap­pelle le pré­sident de la CSCV, Éric An­toine. «Avec une saine ges­tion des fi­nances, Na­tha­lie A. Char­rette et son équipe en sont ve­nues à bout même si ça n’a pas été fa­cile. Le ser­vice aux élèves n’a ja­mais été tou­ché et ça, c’est une fier­té pour nous. Il y a eu des places où on a op­ti­mi­sé nos res­sources qui ont fait en sorte qu’on est dans le po­si­tif et qu’on paie notre dette cu­mu­lée», sou­ligne-t-il en spé­ci­fiant qu’il est im­por­tant de res­ter aux aguets. «Je ne di­rais ja­mais qu’on a la tête sortie de l’eau. Il faut tou­jours être pru­dents dans nos dé­penses.» Son col­lègue, le com­mis­saire Sté­phane Mon­geon, a plu­tôt dit que la CSCV, dans la si­tua­tion ac­tuelle, ve­nait de sor­tir son «tou­pet de l’eau». M. Mon­geon se dit bien heu­reux de voir que «la carte de cré­dit» de la CSCV est main­te­nant dans le po­si­tif. «Je lève mon cha­peau en­core une fois à l’en­semble des ges­tion­naires et à toutes les écoles», lance-t-il.

La ma­jo­ri­té du sur­plus ac­cu­mu­lé dis­po­nible se­ra in­jec­tée dans les écoles pour des pro­grammes spé­ci­fiques ou des postes bud­gé­taires pré­cis, in­dique la CSCV. «Le gou­ver­ne­ment et le mi­nis­tère de l’édu­ca­tion, au prin­temps der­nier, de­vant l’état des fi­nances po­si­tives du Qué­bec ont dé­ci­dé de ré­in­ves­tir. Ils sont ar­ri­vés avec de nou­velles en­ve­loppes bud­gé­taires, dont cer­taines im­pli­quaient d’en­ga­ger du nou­veau per­son­nel», ex­plique le di­rec­teur gé­né­ral de la CSCV, Ray­nald Gou­dreau, qui spé­ci­fie qu’une pé­nu­rie de main-d’oeuvre dans le mi­lieu de l’en­sei­gne­ment em­pêche pré­sen­te­ment de faire des em­bauches à la gran­deur de la pro­vince, même si l’ar­gent est dis­po­nible. «C’est une chose de dire qu’il va y avoir 1500 nou­velles res­sources au sein de la pro­vince, mais c’est une autre chose de trou­ver ce per­son­nel-là», ajoute M. An­toine en di­sant que toutes les com­mis­sions sco­laires sont confron­tées à ce même dé­fi.

Pour fi­nir, le con­seil des com­mis­saires pré­cise que le fait que la CSCV ait un sur­plus ac­cu­mu­lé po­si­tif n’a au­cune cor­ré­la­tion avec l’aug­men­ta­tion des taxes sco­laires et que ce­la ne si­gni­fie pas une baisse du taux à ve­nir. D’ailleurs, le pré­sident de la CSCV a ré­ité­ré le fait qu’il at­tend une so­lu­tion ra­pi­de­ment de la part du gou­ver­ne­ment pour ré­gler la pro­blé­ma­tique re­liée au taux de la taxa­tion sco­laire.

(Pho­to TC Me­dia – Louis-charles Poulin)

Le con­seil des com­mis­saires se ré­jouit de voir que la CSCV ter­mine l’an­née sco­laire 2017 avec un sur­plus ac­cu­mu­lé po­si­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.