L’or­ga­ni­sa­tion et la com­plexi­té du monde, se­lon Diane T. Trem­blay

La Petite-Nation - - CULTURE - LOUIS-CHARLES POU­LIN lc­pou­lin@lexis­me­dia.ca

ART VI­SUEL. La Sa­gue­néenne Diane T. Trem­blay ex­pose ses oeuvres, au Centre d’ac­tion cultu­relle à Saint-an­dré-avel­lin, jus­qu’au 14 sep­tembre.

In­ti­tu­lée Tis­sage et mé­ca­nisme, son ex­po­si­tion pré­sente sept encres de chine noire sur pa­pier grand for­mat.

«Le ma­té­riau pa­pier in­ter­vient au­tant dans l’oeuvre que l’encre. C’est vrai­ment une ren­contre entre les deux. Je tra­vaille avec le pin­ceau et je gratte beau­coup le pa­pier. Je le dé­chire et je le coupe éga­le­ment. Je pro­cède par dif­fé­rentes couches pour avoir des ef­fets de trans­pa­rence et de tex­ture», dit-elle pour ex­pli­quer sa fa­çon de tra­vailler.

«Je passe beau­coup de temps sur mes oeuvres et j’aime ça. Je ne veux pas que ça se fasse fa­ci­le­ment, mais plu­tôt que ça se fasse avec du temps.»

L’ar­tiste s’af­faire au­tour de l’im­pres­sion don­née au pre­mier regard, mais au deuxième regard les couches se dis­tinguent et l’on constate la com­plexi­té du tout, «un trompe-l’oeil».

La re­pré­sen­ta­tion du fil est très pré­sente dans son tra­vail.

«J’ai beau­coup ma­ni­pu­lé le pa­pier à la ma­nière d’un fil», re­con­nait-elle.

Ce fil s’en­tre­croise, crée des mo­tifs, s’en­tre­mêle et écrit une forme de lan­gage, spé­ci­fie Mme Trem­blay. L’ar­tiste ex­plore la su­per­po­si­tion des formes dé­cou­pées et amo­vibles, les jeux d’équi­libre et les mé­ca­nismes.

Ce qui ap­pa­raît au pre­mier coup d’oeil n’est ja­mais ce dont il s’agit réel­le­ment. Ce qui est grand ne se me­sure pas à l’échelle. Tout est ques­tion de per­cep­tion, Le ma­té­riau pa­pier in­ter­vient au­tant dans l’oeuvre que l’encre. C’est vrai­ment une ren­contre entre les deux.»

- Diane T. Trem­blay pour Mme Trem­blay.

«Mon tra­vail est ins­pi­ré de la fa­çon dont on se struc­ture les êtres hu­mains et de la fa­çon dont le monde est struc­tu­ré. C’est plein d’émo­tions liées à l’or­ga­ni­sa­tion hu­maine et la com­plexi­té que ça re­pré­sente», in­forme celle qui a sur­tout l’ha­bi­tude d’ex­po­ser ses créa­tions à Mon­tréal.

Elle se dit très heu­reuse de pou­voir af­fi­cher ses oeuvres dans la ré­gion pen­dant deux mois.

«C’est im­por­tant pour moi de faire voir mon tra­vail. J’aime ex­po­ser mon tra­vail à Mon­tréal, mais j’aime aus­si faire voir mon tra­vail à l’ex­té­rieur. Il ne faut pas se li­mi­ter à ex­po­ser dans les grands centres. Je pense que les pe­tits centres, comme ici, ont un rôle im­por­tant à jouer pour dy­na­mi­ser et dif­fu­ser la créa­tion artistique», conclut-elle.

(Photo La Pe­tite-na­tion – Louis-charles Pou­lin)

L’ar­tiste Diane T. Trem­blay adore prendre son temps pour réa­li­ser ses créa­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.