UNE TRISTE TRAQUE

Une mère est morte as­sas­si­née. Mais son fils a été re­trou­vé sain et sauf après son en­lè­ve­ment. Ch­ro­no­lo­gie d’un drame qui a te­nu hier le Qué­bec en ha­leine.

La Presse - - CAHIER A - FANNY LÉ­VESQUE REN­FREW, ON­TA­RIO VINCENT LA­ROUCHE LA­CHUTE Ugo Fre­dette au­rait tué son ex-femme, Vé­ro­nique Barbe, dans la ré­si­dence de celle-ci, à Saint-Eus­tache, avant de s’en­fuir avec le pe­tit Lou­ka à bord d’une ca­mion­nette.

Le pe­tit Lou­ka, 6 ans, est sor­ti sain et sauf de la plus longue alerte AMBER de l’his­toire du Qué­bec. C’est la Po­lice pro­vin­ciale de l’On­ta­rio qui au­ra fi­na­le­ment mis la main au col­let du père de l’en­fant, Ugo Fre­dette, qui avait pris la fuite avec son fils après avoir poi­gnar­dé à mort son ex­con­jointe, jeu­di. Ré­cit d’une ca­vale sans pré­cé­dent de 24 heures sur 1700 km.

Ugo Fre­dette, connu pour avoir par­ti­ci­pé à la réa­li­sa­tion de do­cu­men­taires sur des crimes non ré­so­lus, dont un sur la dis­pa­ri­tion de Cé­dri­ka Pro­ven­cher, au­rait tué son ex­femme, Vé­ro­nique Barbe, dans la ré­si­dence de celle-ci, sur le bou­le­vard An­toine-Sé­guin à Saint-Eus­tache, avant de s’en­fuir avec l’en­fant du couple à bord d’une ca­mion­nette blanche de marque Ford.

Au mo­ment de pu­blier, un homme de 71 ans, Yvon La­casse, dont le vé­hi­cule au­rait pu être uti­li­sé par Fre­dette, man­quait tou­jours à l’ap­pel.

C’est vers 17 h 35, après avoir re­çu un ap­pel d’un voi­sin, se­lon nos in­for­ma­tions, que les au­to­ri­tés ont dé­cou­vert le corps in­ani­mé de la vic­time. L’alerte AMBER a été dé­clen­chée sur-le-champ, plon­geant tout le Qué­bec à la re­cherche du sus­pect et de l’en­fant. Tou­jours se­lon nos sources, la pour­suite a mo­bi­li­sé le plus gros dé­ploie­ment po­li­cier à ce jour pour re­trou­ver un en­fant. Les au­to­ri­tés ont eu re­cours à toutes les res­sources dont elles dis­po­saient, dont une cin­quan­taine d’en­quê­teurs.

Re­la­tion de couple dif­fi­cile

Des voi­sins et des proches de Mme Barbe, qui pos­sé­dait une gar­de­rie, et de Fre­dette ont fait état d’une re­la­tion de couple dif­fi­cile et d’une ré­cente rup­ture. Cer­tains ont aus­si aper­çu la ca­mion­nette blanche fi­ler à toute al­lure en quit­tant le sec­teur où a été per­pé­tré le meurtre. Ce n’est que dans la nuit de ven­dre­di, vers 2 h du ma­tin, que le vé­hi­cule aban­don­né a été re­trou­vé dans une halte de La­chute, sans au­cune trace de l’en­fant ni du sus­pect.

Une opération de re­cherche s’est dé­ployée dans le sec­teur, en vain. C’est vrai­sem­bla­ble­ment dans les en­vi­rons de La­chute que le sus­pect au­rait vo­lé le vé­hi­cule d’Yvon La­casse. La Sû­re­té du Qué­bec (SQ) confirme que l’homme de 71 ans, dont on est sans nou­velle, se­rait « re­lié au vé­hi­cule qui a été uti­li­sé par le sus­pect de l’en­lè­ve­ment ».

On ap­pren­dra plus tard que Fre­dette au­rait pas­sé quelques heures dans un hô­tel de Rouyn, en Abi­ti­bi. La po­lice a été aler­tée de sa pré­sence, mais il avait dé­jà re­pris la fuite.

C’est à ce mo­ment qu’il n’y a plus eu de doutes pour les au­to­ri­tés : Ugo Fre­dette s’était lan­cé dans une ca­vale de plu­sieurs cen­taines de ki­lo­mètres en cher­chant à ca­mou­fler ses traces. Rien n’in­di­quait alors qu’il dé­te­nait tou­jours son fils cap­tif. Un « té­moin cré­dible » a en­suite af­fir­mé avoir aper­çu le sus­pect à Ma­ni­wa­ki, à 400 km de Rouyn, sur la rue Prin­ci­pale.

Qu’a-t-il fait là-bas ou à Rouyn ? Dif­fi­cile de le dire, mais se­lon nos in­for­ma­tions, il n’au­rait pas tar­dé dans les deux cas à re­prendre la fuite. Les re­cherches se sont donc di­ri­gées vers Ma­ni­wa­ki et un bar­rage rou­tier a été éri­gé en di­rec­tion de l’On­ta­rio. Une pré­sence po­li­cière était aus­si bien vi­sible à toutes les en­trées don­nant ac­cès à la mu­ni­ci­pa­li­té où l’homme au­rait été vu à quelques re­prises, a-t-on ap­pris, no­tam­ment au su­per­mar­ché Maxi. Des em­ployés ren­con­trés avaient re­çu le mot d’ordre de ne for­mu­ler au­cun com­men­taire.

Un peu avant 15 h, une nou­velle in­for­ma­tion « très per­ti­nente et cré­dible » re­çue par les au­to­ri­tés vou­lait que le fu­gi­tif rou­lait à bord d’un vé­hi­cule uti­li­taire sport Hon­da CR-V gris char­bon dans le sec­teur de Na­pa­nee, en On­ta­rio. L’iti­né­raire du père re­tra­cé par les en­quê­teurs s’éche­lon­nait main­te­nant sur plus de 1500 ki­lo­mètres.

Deux heures et de­mie plus tard, il était lo­ca­li­sé par la Po­lice pro­vin­ciale de l’On­ta­rio (PPO), qui a été aler­tée par la Sû­re­té du Qué­bec de la pré­sence du fu­gi­tif. Les choses ont évo­lué ra­pi­de­ment en­suite. Les au­to­ri­tés on­ta­riennes ont pu re­pé­rer le vé­hi­cule qui fi­lait sur la 401. Ils au­raient per­du sa trace à un mo­ment, mais l’au­raient vite re­trou­vée, se­lon nos in­for­ma­tions.

Ar­res­ta­tion en On­ta­rio

La SQ et la PPO ont mo­bi­li­sé leur hé­li­co­ptère. Un ta­pis à clous a fait perdre le contrôle au fuyard dans la fou­lée de la pour­suite po­li­cière sur la route 41 à Grif­fith. Fre­dette se­rait alors sor­ti de son vé­hi­cule pour s’en­fuir en cou­rant. Il au­rait ti­ré l’en­fant par la main, se­lon un té­moin de la scène. Les au­to­ri­tés au­raient usé d’un pis­to­let élec­trique Ta­ser pour maîtriser l’homme.

Hier, sur le coup de 21 h, Fre­dette était tou­jours dé­te­nu au poste de po­lice du com­té de Ren­frew où il est ren­con­tré par les en­quê­teurs, a confir­mé Ca­rolle Dionne, ser­gente de l’état-ma­jor de la PPO. La po­lice n’a pas confir­mé où avait été ame­né l’en­fant, mais, se­lon toute vrai­sem­blance, il pour­rait aus­si se trou­ver au poste puis­qu’un groupe d’en­quê­teurs ac­com­pa­gnés d’un chien por­tant un dos­sard « chien de sou­tien » ont été vus y en­trant.

Il était tou­jours dif­fi­cile de sa­voir où et quand l’homme pour­rait com­pa­raître de­vant la justice. Se­lon nos in­for­ma­tions, il pour­rait avoir à com­pa­raître de­vant un juge en On­ta­rio avant de pou­voir être ra­me­né au Qué­bec. Mme Dionne confirme d’ailleurs que les pro­cé­dures ju­di­ciaires au­ront bel et bien lieu au Qué­bec.

PHO­TO PA­TRICK SANFAÇON, LA PRESSE

PHO­TO PA­TRICK SANFAÇON, LA PRESSE

La traque d’Ugo Fre­dette a mo­bi­li­sé le plus gros dé­ploie­ment po­li­cier à ce jour pour re­trou­ver un en­fant. Les au­to­ri­tés ont eu re­cours à toutes les res­sources dont elles dis­po­saient, dont une cin­quan­taine d’en­quê­teurs.

PHO­TO LA PRESSE CA­NA­DIENNE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.