ELLE EST ICI, MAIS SONGE À PAR­TIR

La Presse - - LES ANGLO-QUÉBÉCOIS EN EXIL -

Ch­ris­ti­na Clark tra­vaille en pro­duc­tion au­dio­vi­suelle en fran­çais et en an­glais. Elle était re­cher­chiste pour le documentaire de John Wal­ker, Qué­bec My Coun­try Mon Pays. À 28 ans, elle a tout l’ave­nir de­vant elle. Mais il pour­rait bien se dé­rou­ler ailleurs qu’ici. Bien que sa fa­mille soit d’ici, qu’elle-même soit née ici, qu’elle maî­trise le fran­çais, qu’elle aime pas­sion­né­ment sa ville, elle est am­bi­va­lente au su­jet de son ave­nir. En res­tant au Qué­bec, elle craint de ne pas avoir les mêmes pers­pec­tives pro­fes­sion­nelles qu’ailleurs au pays. « Si, en tant qu’An­glo-Mont­réa­laise, je ne compte pas pour la so­cié­té qué­bé­coise, pourquoi res­te­rais-je ici ? Si mes taxes et im­pôts ne servent qu’à payer des ser­vices en fran­çais, pourquoi res­te­rais-je ici ? Ce sont des ques­tions que je me pose au­jourd’hui, à 28 ans. »

PHO­TO OLI­VIER JEAN, LA PRESSE

Ch­ris­ti­na Clark

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.