TRAS­TE­VERE À ROME

La Presse - - VOYAGE ITALIE -

GE­NE­VIÈVE DÉCARIE-LAN­DRY, COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE Avec ses ruelles étroites gar­nies de bal­cons fleu­ris, de ca­fés et de trat­to­rias et ses jo­lies places en­tou­rées de su­blimes édi­fices Re­nais­sance, le Tras­te­vere, dont le nom si­gni­fie « au-de­là du Tibre », de­meure l’un des plus au­then­tiques quar­tiers de Rome, fré­quen­té par les Ro­mains au­tant que par les tou­ristes. On peut y flâ­ner à son aise et goû­ter tout le charme de l’art de vivre à la ro­maine.

POUR UNE MISE EN BOUCHE Mar­ché du Tras­te­vere

Pour dé­cou­vrir un vé­ri­table mar­ché romain, c’est ici qu’il faut ve­nir. Du pe­tit ma­tin jus­qu’à 13 h 30, tous les jours de la se­maine, les mar­chands vendent fruits et lé­gumes de sai­son aux ré­si­dants du quar­tier qui y ont leurs fi­dèles ha­bi­tudes. Sur les éta­lages, les ar­ti­chauts cô­toient les cour­gettes, les to­mates et les pêches bien mûres. Au­tour de la jo­lie pla­cette où se tient le mar­ché, pois­son­nier, bou­cher et boulanger com­plètent ce ta­bleau haut en cou­leur. À pré­fé­rer au mar­ché de Cam­po dei Fio­ri, au centre de la ville, de­ve­nu très tou­ris­tique.

UNE CAVERNE D’ALI BABA GOURMANDE

Chez Fra­tel­li In­no­cen­zi ou sim­ple­ment In­no­cen­zi, comme l’ap­pellent les ha­bi­tués, les yeux ne sont pas as­sez grands pour tout voir. Huiles d’olive, vi­naigres, pâtes, tar­ti­nades, ca­fés, confi­se­ries, épices et cé­réales s’en­tassent dans cette bou­tique gourmande hors du commun. Con­trai­re­ment à d’autres lieux du genre à Rome, ici, de nom­breux pro­duits d’im­por­ta­tion cô­toient les spé­cia­li­tés ita­liennes. Pour trou­ver cette caverne aux mille tré­sors, il faut de­meu­rer alerte, car il n’y a pas d’en­seigne qui en an­nonce l’en­trée. Res­tez à l’af­fût, l’ar­rêt en vaut le coup !

POUR METTRE LA MAIN SUR UN FRO­MAGE L’An­ti­ca Ca­cia­ra Tras­te­ve­ri­na

Quel fro­mage uti­lise-t-on dans le tra­di­tion­nel spa­ghet­ti car­bo­na­ra ser­vi par­tout à Rome ? Le Pe­co­ri­no Ro­ma­no ! Dans cette ex­cel­lente char­cu­te­rie-fro­ma­ge­rie qu’est l’An­ti­ca Ca­cia­ra, vous trou­ve­rez des meules et des meules de ce dé­li­cieux fro­mage pro­duit à base de lait de bre­bis, mais aus­si de la ri­cot­ta fraîche re­çue chaque ma­tin et de l’ex­cellent par­mi­gia­no reg­gia­no, clas­sique in­dé­mo­dable

Piaz­za di San Co­si­ma­to Via Na­tale del Grande 31

arrivé di­rec­te­ment de la ré­gion d’Émi­lie-Ro­magne. N’ou­bliez pas de vous faire em­bal­ler sous vide un mor­ceau de votre fro­mage pré­fé­ré pour glis­ser dans votre va­lise. Un pré­cieux sou­ve­nir qui pro­lon­ge­ra votre voyage ! LA PLUS BELLE ÉGLISE DU QUAR­TIER San­ta Ma­ria in Tras­te­vere Une vi­site s’im­pose entre deux dé­cou­vertes gour­mandes : celle de l’église San­ta Ma­ria in Tras­te­vere (XIIe siècle), l’une des plus belles de Rome, qui fait face à la place cen­trale du quar­tier. Avec son ca­rac­tère mé­dié­val, sa mo­saïque ex­té­rieure d’in­fluence by­zan­tine, son splen­dide pla­fond de la nef à cais­sons ba­roque sculp­té par le Do­mi­ni­quin et ses sept mo­saïques si­gnées par le grand ar­tiste Pie­tro Ca­val­li­ni vers 1290, ce lieu pri­mi­tif de culte romain, le pre­mier dé­dié à la vé­né­ra­tion de la Vierge, éblouit tous les vi­si­teurs. POUR DES PRO­DUITS FERMIERS HY­PER FRAIS Chez Buff Au coeur du Tras­te­vere, on s’ar­rête pour se sus­ten­ter chez Buff, un sym­pa­thique res­to qui, du pe­tit­dé­jeu­ner jus­qu’au sou­per, pro­pose des pro­duits d’une grande fraî­cheur is­sus de la ferme fa­mi­liale des pro­prié­taires en Ca­labre, dont une sa­vou­reuse moz­za­rel­la di bu­fa­la. Ici, on ne trouve pas seule­ment les plats de pâtes clas­siques comme par­tout à Rome, mais on fait de belles dé­cou­vertes avec des sa­lades ori­gi­nales, des char­cu­te­ries in­usi­tées et de petits condi­ments qui sortent des sen­tiers bat­tus, comme cette mou­tarde à la figue ou cette dé­li­cieuse confi­ture de clé­men­tines. Ex­cellent rap­port qua­li­té-prix dans un dé­cor mo­derne et in­vi­tant. POUR UNE BALADE DIGESTIVE Gra­vir le Ja­ni­cule Pour di­gé­rer tous ces dé­lices, rien de tel que de gra­vir la col­line qui sur­plombe le Tibre et sé­pare le Tras­te­vere du Va­ti­can. En em­prun­tant la via Ga­ri­bal­di, on passe de­vant la ma­gni­fique Fon­ta­na dell’Ac­qua Pao­la, construite en 1605 sous les ordres du pape Paul V, pour fi­na­le­ment at­teindre la Piaz­za Ga­ri­bal­di, où une vue ma­gni­fique sur la ville se dé­ploie à 180 de­grés. Comme l’a dit Sten­dhal, «ce lieu est unique au monde ». En ef­fet, Rome s’y dé­voile dans toute sa splen­deur ain­si que la cam­pagne en­vi­ron­nante, par beau temps. On ter­mine la pro­me­nade en re­des­cen­dant par l’autre ver­sant et en al­lant, si le be­soin s’en fait sen­tir, ex­pier ses pé­chés gour­mands au Va­ti­can, ac­ces­sible en 20 mi­nutes de marche.

Via di San Fran­ces­co a Ri­pa 140A/B Piaz­za di San­ta Ma­ria in Tras­te­vere Via Fran­ces­co Ri­pa 141 il­buff.it

1

1 La col­line Ja­ni­cule sur­plombe le Tibre et sé­pare le Tras­te­vere du Va­ti­can. 2

4

Le res­tau­rant Buff pro­pose des pro­duits d’une grande fraî­cheur pro­ve­nant de la ferme fa­mi­liale en Ca­labre.

Pour dé­cou­vrir un vé­ri­table mar­ché romain, il faut al­ler au mar­ché du Tras­te­vere. 3 2

PHOTOS GE­NE­VIÈVE DÉCARIE-LAN­DRY, COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE

5 4

L’église San­ta Ma­ria, qui fait face à la place cen­trale du quar­tier, éblouit tous les vi­si­teurs. 5

À la fro­ma­ge­rie-char­cu­te­rie l’An­ti­ca Ca­cia­ra Tras­te­ve­ri­na, on trouve des meules et des meules de Pe­co­ri­no Ro­ma­no, ce dé­li­cieux fro­mage uti­li­sé dans le spa­ghet­ti car­bo­na­ra si po­pu­laire à Rome.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.