LES FEMMES S’AT­TAQUENT À LA CHASSE

Elles sont de plus en plus nom­breuses à tra­quer le gi­bier. Ren­contres.

La Presse - - CAHIER A -

Long­temps consi­dé­rée comme une ac­ti­vi­té ex­clu­si­ve­ment mas­cu­line, la chasse au pe­tit et gros gi­bier at­tire de plus en plus de femmes. Elles sont même de­ve­nues es­sen­tielles à la re­lève, tout au­tant que les jeunes.

«En 2001, j’étais à votre place», lance Ma­non Gou­dreau aux par­ti­ci­pantes ras­sem­blées dans le Club House de la Sei­gneu­rie du Tri­ton, une pour­voi­rie de la Mau­ri­cie. On ne voit pas beau­coup de femmes sur les pho­tos en noir et blanc qui ornent les murs de cet élé­gant pa­villon en bois rond da­tant de la fin du XIXe siècle. En ce dé­but de juillet, tou­te­fois, elles sont près de 40 à prendre part à Fau­ni­que­ment Femme, une fin de se­maine de dé­cou­verte or­ga­ni­sée par la Fé­dé­ra­tion qué­bé­coise des chas­seurs et pê­cheurs. Il n’y a pas de chasse en cette pé­riode de l’an­née, mais les par­ti­ci­pantes pour­ront s’ini­tier au ma­nie­ment sé­cu­ri­taire des armes et au tir à la cible avec ca­ra­bine, fu­sils et arc.

C’est cet ate­lier qui avait at­ti­ré Ma­non Gou­dreau à Fau­ni­que­ment Femme il y a une quin­zaine d’an­nées. Elle avait dé­jà ob­te­nu son cer­ti­fi­cat du chas­seur, mais n’était pas en­core al­lée sur le ter­rain. « J’étais ner­veuse, je vou­lais per­for­mer», se sou­vien­telle en évo­quant son conjoint d’alors, an­cien guide à An­ti­cos­ti et ex­cellent ti­reur, qu’elle pro­je­tait d’ac­com­pa­gner. Six mois plus tard, elle ra­me­nait son pre­mier ca­ri­bou de la Baie-James. L’an­née sui­vante, elle ré­col­tait son pre­mier che­vreuil, as­sise seule sur une souche dans la ré­serve fau­nique Pa­pi­neau-La­belle. Deux ans après, elle abat­tait son pre­mier ori­gnal, un im­po­sant mâle de 780 lb. Sur la pho­to prise à cô­té de la bête sus­pen­due, cette in­for­ma­ti­cienne de 4 pi 11 po pa­raît en­core plus me­nue.

En 2007, Ma­non est de­ve­nue l’une des deux mo­ni­trices à l’ate­lier de tir de Fau­ni­que­ment Femme, avec Gi­sèle Pé­trin-Bahl, qui en­seigne ré­gu­liè­re­ment le Cours ca­na­dien de sé­cu­ri­té dans le ma­nie­ment des armes à feu.

Beau­coup de par­ti­ci­pantes n’ont ja­mais ti­ré, cer­taines se de­mandent même si elles vont s’y aven­tu­rer. Pour­tant, cet été comme les pré­cé­dents, la plu­part tentent l’ex­pé­rience, constatent que la pe­tite ca­ra­bine de ca­libre .22 n’a pas du tout d’ef­fet de re­cul et, sur­tout, qu’elles sont par­fai­te­ment ca­pables d’at­teindre leur cible.

«Ça fe­rait bien sur une porte de chambre », blague Eri­ka Dur­niakOuel­let en ex­hi­bant sa feuille avan­ta­geu­se­ment cri­blée.

Le fait que cet ate­lier se dé­roule dans une at­mo­sphère sé­cu­ri­taire et exempte de ju­ge­ment, et soit en­sei­gné par des femmes, comme tous les autres ate­liers du week-end, y est pour beau­coup, ex­plique la porte-pa­role de la Fé­dé­ra­tion, Sté­pha­nie Vad­nais.

C’est tout l’es­prit de Fau­ni­que­ment Femme, une ac­ti­vi­té que la Fé­dé­ra­tion a mise sur pied il y a 18 ans pour en­cou­ra­ger la re­lève, mais aus­si pour ré­pondre à un be­soin. Les femmes sont en ef­fet de plus en plus nom­breuses dans les cours d’Ini­tia­tion à la chasse avec arme à feu. Après avoir long­temps été une ra­re­té dans les classes, elles forment main­te­nant près du tiers du contin­gent (28,6 % en 2016).

PHO­TO HUGO-SÉ­BAS­TIEN AU­BERT, LA PRESSE

PHO­TO HUGO-SÉ­BAS­TIEN AU­BERT, LA PRESSE

PHO­TO HUGO-SÉ­BAS­TIEN AU­BERT, LA PRESSE

An­nie-Paule Cron

PHO­TO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM D’EVA SHOCKEY

Eva Shockey jouit d’une po­pu­la­ri­té gran­dis­sante aux États-Unis.

ARIANE KROL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.