Neuf ans de pé­ni­ten­cier pour avoir ten­té de gros­sir les rangs de l’EI

La Presse - - ACTUALITÉS - GABRIELLE DUCHAÎNE

Le Qué­bé­cois Is­maël Ha­bib est condam­né à neuf ans de pé­ni­ten­cier pour avoir ten­té de gros­sir les rangs du groupe ar­mé État is­la­mique (EI) et pour avoir fait une fausse dé­cla­ra­tion re­la­tive à un pas­se­port.

La dé­ci­sion vient d’être ren­due par le juge Serge De­lisle de la Cour du Qué­bec, au pa­lais de jus­tice de Mon­tréal. Ha­bib, barbe four­nie et che­veux noués sur la nuque, a écou­té la lec­ture du ju­ge­ment sans ré­agir, le men­ton ap­puyé sur les mains. Il a en­suite quit­té la salle d’au­dience, chaînes aux che­villes et aux poi­gnets.

«Son adhé­sion à l’idéo­lo­gie de l’EI est to­tale. Il était prêt à tout pour ai­der l’EI à at­teindre ses ob­jec­tifs », a dit le juge.

Le ma­gis­trat a in­di­qué que seule l’ab­sence d’an­té­cé­dents ju­di­ciaires consti­tuait un fac­teur at­té­nuant pour Is­maël Ha­bib.

Le juge De­lisle a ex­pli­qué ne pas pou­voir éva­luer les chances de réhabilitation du condam­né, no­tam­ment parce que ce­lui-ci n’a pas té­moi­gné à l’étape des ob­ser­va­tions sur la peine à im­po­ser, l’été der­nier. Ha­bib, qui au­ra 30 ans en no­vembre, a été trou­vé cou­pable en juin au terme de plu­sieurs se­maines de pro­cès. La Cou­ronne de­man­dait neuf ans der­rière les bar­reaux, huit pour ten­ta­tive de quit­ter le Ca­na­da dans le but de par­ti­ci­per à une ac­ti­vi­té ter­ro­riste et un pour fausse dé­cla­ra­tion de pas­se­port. C’est exac­te­ment ce que le juge a im­po­sé. La dé­fense sug­gé­rait six ans et de­mi.

« C’est un mes­sage de dissuasion et de ré­pres­sion qui est en­voyé par la cour », a dé­cla­ré le pro­cu­reur de la Cou­ronne fé­dé­rale Me Fran­çois Blan­chette.

Ha­bib est le pre­mier adulte ca­na­dien à être condam­né au terme d’un pro­cès en ver­tu de l’ar­ticle 83.181 du Code cri­mi­nel. Le dos­sier consti­tuait un test im­por­tant pour le sys­tème ju­di­ciaire et pour les mé­thodes d’en­quête des corps po­li­ciers. La dé­ci­sion du juge De­lisle fe­ra ju­ris­pru­dence.

«N’eût été l’in­ter­ven­tion de la GRC, Is­maël Ha­bib au­rait in­té­gré “l’un des groupes ter­ro­ristes les plus fa­na­tiques de la pla­nète” [...] Le fait que les au­to­ri­tés ont dé­joué les plans du dé­lin­quant ne di­mi­nue en rien la gra­vi­té de l’in­frac­tion », a tran­ché le ma­gis­trat.

Ha­bib est der­rière les bar­reaux de­puis le 4 mars 2016. Ses jour­nées de dé­ten­tion comp­tant cha­cune pour une jour­née et de­mie, il a dé­jà pur­gé 861 jours de sa peine.

Re­tour sur les faits

Is­maël Ha­bib est al­lé en Sy­rie en 2013, où il au­rait pas­sé du temps avec des groupes dji­ha­distes qui ne fi­gurent pas sur la liste des en­ti­tés consi­dé­rées comme ter­ro­ristes par le Ca­na­da.

De re­tour au Qué­bec, M. Ha­bib a fait plu­sieurs ten­ta­tives pour ob­te­nir un faux pas­se­port, se fai­sant no­tam­ment pas­ser pour son frère ju­meau.

De­puis 2014, M. Ha­bib a fait bon nombre de re­cherches sur l’in­ter­net à pro­pos de l’EI, des armes, des cartes mi­li­taires de la Sy­rie et des moyens de quit­ter le Ca­na­da illé­ga­le­ment.

La femme et les deux en­fants de M. Ha­bib se trou­ve­raient quelque part dans le ter­ri­toire oc­cu­pé par l’EI.

Après le dé­part de sa femme, M. Ha­bib a en­tre­pris une re­la­tion avec une Ga­ti­noise qui a por­té plainte pour vio­lence conju­gale l’an der­nier. M. Ha­bib s’est fait prendre dans une opé­ra­tion d’in­fil­tra­tion de la Gen­dar­me­rie royale du Ca­na­da (GRC). Il croyait trai­ter avec une or­ga­ni­sa­tion cri­mi­nelle de pas­seurs et de faux pas­se­ports. Il a avoué à un agent in­fil­tré son dé­sir de se joindre à l’EI.

Plus tôt cette se­maine, il a été condam­né à neuf mois de pri­son par une juge de Cour du Qué­bec de Ga­ti­neau pour le dos­sier de vio­lence conju­gale. Il y a eu un pro­cès dis­tinct dans cette af­faire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.