Singh, le sym­pa sikh

La Presse - - DEBATS - BOUCAR DIOUF

Humoriste, conteur, bio­lo­giste et ani­ma­teur, il col­la­bore ré­gu­liè­re­ment à la sec­tion Dé­bats.

Avez-vous vu la vi­déo de cette mi­li­tante d’ex­trême droite qui s’est dé­chaî­née sur Jag­meet Singh à Bramp­ton, en Ontario? Cette femme qui ne sa­vait faire la dif­fé­rence entre un sikh et un mu­sul­man a har­ce­lé Singh, qui a cal­me­ment com­bat­tu la vio­lence ver­bale de l’hys­té­rique avec des dé­cla­ra­tions d’amour.

L’his­toire au­rait pu s’ar­rê­ter là et en­no­blir Jag­meet Singh. Mais, le 12 sep­tembre, Singh se pointe à 24/60 avec la re­dou­table Anne-Ma­rie Dus­sault, dont la fa­çon unique de cui­si­ner force même les plus durs à cuire à se mettre à table. Après avoir par­lé de la vi­déo anec­do­tique, voi­là Anne-Ma­rie qui lui de­mande si la barbe et le tur­ban qu’il ar­bore peuvent lui nuire au Qué­bec. Il ré­pond qu’il par­tage les mêmes va­leurs que les Qué­bé­cois. Qu’il est un so­cial-dé­mo­crate, un pro­gres­siste, quel­qu’un qui va lut­ter pour le droit des femmes et des com­mu­nau­tés LGBTQ. Jusque-là, tout va bien. Mal­heu­reu­se­ment, une fois la sé­pa­ra­tion entre son tur­ban et ses va­leurs so­cié­tales bien pré­ci­sée, Singh tré­buche en ajou­tant: «Ce qui est un pro­blème, c’est quel­qu’un comme An­drew Scheer, qui ne porte pas de signe re­li­gieux, mais qui est contre les droits de la femme et contre aus­si les droits de la com­mu­nau­té LGBTQ. Il ne porte pas de signe re­li­gieux [An­drew Scheer], ajoute Singh, mais à cause de sa re­li­gion, il est contre les droits de la per­sonne.»

Ré­ca­pi­tu­lons. Dia­bo­li­sé par une mi­li­tante d’ex­trême droite qui s’était trom­pée de re­li­gion, voi­là donc Jag­meet Singh qui dia­bo­lise à son tour An­drew Scheer en poin­tant di­rec­te­ment et sans nuance les croyances re­li­gieuses de son ad­ver­saire comme étant res­pon­sables de sa fer­me­ture aux droits de la per­sonne. Pour quel­qu’un qui de­mande qu’on creuse un sillon entre son ap­pa­rence et son en­ga­ge­ment po­li­tique, s’abs­te­nir de tels rac­cour­cis et pré­somp­tions se­rait peut-être for­te­ment recommandé. À moins de vou­loir prou­ver que mon grand-père avait rai­son d’en­sei­gner que si la barbe était signe de sa­gesse, le bouc se­rait le roi de la pla­nète.

Bon, il faut aus­si sou­li­gner que même si l’at­taque est bien vi­cieuse, An­drew Scheer, qui est membre des Che­va­liers de Co­lomb, s’est dé­jà pro­non­cé contre le ma­riage gai et l’avor­te­ment. Il s’est même in­sur­gé en 2008 contre l’at­tri­bu­tion de l’Ordre du Ca­na­da au mé­de­cin et mi­li­tant pro-choix Hen­ry Mor­gen­ta­ler. Mais An­drew Scheer a dit aus­si clai­re­ment, avant de de­ve­nir chef, qu’il ne veut pas rou­vrir les dé­bats sur l’avor­te­ment et le ma­riage ho­mo­sexuel. Ce que Jag­meet Singh n’a pas pris le temps de pré­ci­ser pen­dant sa vi­cieuse at­taque.

Ce­la dit, le trio Tru­deau, Scheer et Singh risque d’être pal­pi­tant. De­puis son élec­tion, Tru­deau flotte sur un nuage et ré­pond très sou­vent aux ques­tions par: «Nous al­lons conti­nuer de...» Il passe son temps à conti­nuer des choses dont on ignore quand elles ont com­men­cé. Mais il se­ra bien­tôt sé­rieu­se­ment chal­len­gé . À sa droite, le nou­veau chef conser­va­teur semble bien plus sym­pa­thique que son pré­dé­ces­seur. D’ailleurs, les der­niers coups de sonde semblent mon­trer qu’il a dans sa poche un dis­sol­vant ca­pable de ter­nir le ver­nis mar­ke­ting de Jus­tin Tru­deau. À la gauche de Tru­deau se tien­dra pro­ba­ble­ment Jag­meet Singh, qui est na­tu­rel­le­ment co­ol et maî­trise le fran­çais bien plus que le pre­mier mi­nistre. Et n’en dé­plaise à ceux qui croient qu’il ne peut pas sé­duire le Qué­bec, il y a chez Singh un par­ty ani­mal qui som­meille, et on ne sait ja­mais ce qu’une per­for­mance à Tout le monde en parle sur un fond de dé­cla­ra­tion d’amour au Qué­bec peut pro­vo­quer.

Sou­ve­nons-nous de la fa­çon dont le sym­pa­thique Jack Lay­ton avait réus­si à rayer qua­si­ment le Bloc qué­bé­cois de la carte. En l’es­pace d’une émis­sion de Tout le Monde en parle ,le bon Jack, qui re­pré­sen­tait ce po­li­ti­cien amou­reux du Qué­bec ve­nu du reste du Ca­na­da (ROC), avait ré­son­né dans le coeur de la Belle Pro­vince. Les psy­cho­logues di­ront que lors­qu’une per­sonne adulte a man­qué d’af­fec­tion pen­dant son en­fance, il ar­rive qu’elle se jette beau­coup plus fa­ci­le­ment dans les bras de l’autre qui lui ma­ni­feste le moindre signe d’amour. Et de l’amour, une bonne frange de la po­pu­la­tion qué­bé­coise en a man­qué dans cette fé­dé­ra­tion. Bien­ve­nue dans l’uni­vers de ceux que j’ap­pelle les or­phe­lins du plé­bis­cite! Ces gens qui ne savent plus vrai­ment pour qui vo­ter aux élec­tions fé­dé­rales et peuvent en tout temps chan­ger de bord. Chan­gez de cô­té, vous vous êtes trom­pé! Ain­si di­ra la cal­leuse de la veillée élec­to­rale.

Pour cause, au­cun chef qui as­pire au poste su­prême dans ce pays ne di­ra à ces gens ce qu’ils veulent en­tendre pen­dant une cam­pagne élec­to­rale. Au contraire, vou­loir di­ri­ger le Ca­na­da né­ces­site presque de ju­rer à la ma­jo­ri­té an­glo­phone que vous ré­pon­drez sans com­pro­mis à toutes les demandes de spé­ci­fi­ci­tés iden­ti­taires et autres vel­léi­tés na­tio­na­listes des Qué­bé­cois par la bouche vos ca­nons. Et quand le pré­ten­dant au pou­voir est un Qué­bé­cois dit «de souche», il de­vra être plus in­trai­table sur la ques­tion iden­ti­taire et lin­guis­tique pour être ac­cla­mé dans le ROC. C’est pour ça que les pre­miers mi­nistres qui ont fait le plus de tort au com­bat iden­ti­taire qué­bé­cois sont ma­jo­ri­tai­re­ment des fran­co­phones qui ont fes­sé du­re­ment sur les leurs pour mieux dis­si­per les soup­çons de conni­vence au­près des vé­ri­tables pa­trons de la confé­dé­ra­tion. Tru­deau n’échappe à cette règle même s’il le fait avec le mi­nois d’un cha­ton dé­grif­fé.

Main­te­nant que Tru­deau risque d’être le plus vieux des chefs, tout est pos­sible, car le pre­mier mi­nistre ne pour­ra plus in­car­ner en so­li­taire ni la jeu­nesse ni le chan­ge­ment et en­core moins la co­oli­tude.

PHO­TO JUS­TIN TANG, LA PRESSE CA­NA­DIENNE

Jag­meet Singh est can­di­dat à la di­rec­tion du Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.