WA­SHING­TON MUL­TI­PLIE PAR QUATRE LE PRIX

La Presse - - AFFAIRES -

Une di­zaine de jours après avoir im­po­sé des droits com­pen­sa­toires tem­po­raires de près de 220% à l’im­por­ta­tion d’avions de la C Se­ries aux États-Unis, le dé­par­te­ment amé­ri­cain du Com­merce vient d’ajou­ter des droits an­ti­dum­ping, tou­jours tem­po­raires, de 79,82%.

Au to­tal, un trans­por­teur aé­rien amé­ri­cain qui pren­drait li­vrai­son d’un ap­pa­reil de la C Se­ries dans les pro­chains jours de­vrait le payer quatre fois son prix, si l’on tient compte de la pé­na­li­té to­tale de 299,45%.

«Les États-Unis sont en­ga­gés en­vers un com­merce libre, juste et ré­ci­proque avec le Ca­na­da, mais ce­la ne cor­res­pond pas à notre vi­sion d’une re­la­tion com­mer­ciale fonc­tion­nelle», a dé­cla­ré le se­cré­taire amé­ri­cain au Com­merce, Wil­bur Ross, dans un com­mu­ni­qué, fai­sant al­lu­sion aux pra­tiques al­lé­guées de Bom­bar­dier.

Ces pé­na­li­tés sont tou­te­fois théo­riques pour l’ins­tant. Elles ne sont payables qu’au mo­ment de la li­vrai­son de l’ap­pa­reil. Or, la pre­mière li­vrai­son à un client amé­ri­cain, Del­ta Air Lines, n’est pas pré­vue avant avril 2018. D’ici là, la Com­mis­sion du com­merce in­ter­na­tio­nal (ITC), un autre or­ga­nisme amé­ri­cain, au­ra eu le temps de rendre un ver­dict fi­nal qui pour­rait re­voir ces pé­na­li­tés à la baisse, voire les an­nu­ler.

Con­trai­re­ment au dé­par­te­ment du Com­merce, l’ITC de­vra dé­ter­mi­ner si Boeing a su­bi des dom­mages lorsque Del­ta a pas­sé une com­mande pour 75 ap­pa­reils CS100 à Bom­bar­dier. Boeing n’offre au­cun ap­pa­reil de la même taille.

Le taux de 79,82% cor­res­pond à ce­lui exi­gé par Boeing dans sa plainte au­près des au­to­ri­tés amé­ri­caines.

L’en­tre­prise avait en­suite aug­men­té sa re­quête à 143,35%, ar­guant du re­fus de Bom­bar­dier de sou­mettre cer­taines in­for­ma­tions. Dans son com­mu­ni­qué, le dé­par­te­ment du Com­merce ne fait pas al­lu­sion à cette deuxième de­mande et ex­plique avoir choi­si la pre­mière puis­qu’il s’agis­sait du seul cal­cul dis­po­nible, en l’ab­sence d’une dé­fense de Bom­bar­dier sur ce point.

Se­lon Bom­bar­dier, il lui était im­pos­sible de four­nir des don­nées sur les coûts de pro­duc­tion des avions qui se­ront li­vrés à Del­ta, ceux-ci n’ayant pas en­core été pro­duits.

Coïn­ci­dence ou non, le to­tal des deux pé­na­li­tés cal­cu­lées par le dé­par­te­ment du Com­merce ra­mène les avions ven­dus à Del­ta de leur prix au ra­bais cal­cu­lé par Boeing (19,6 mil­lions US) à leur prix cou­rant af­fi­ché d’en­vi­ron 80 mil­lions US.

« Le dé­par­te­ment du Com­merce a sou­li­gné l’am­pleur avec la­quelle Bom­bar­dier s’est li­vrée au dum­ping en ven­dant ses avions de la C Se­ries aux États-Unis des mil­lions de dol­lars en de­çà de leur coût de pro­duc­tion, dans un ef­fort illé­gal pour s’em­pa­rer de parts de mar­ché dans le mar­ché amé­ri­cain des avions mo­no­cou­loirs», s’est ré­jouie Boeing par voie de com­mu­ni­qué.

Bom­bar­dier confiant

«Les pro­grammes d’avions com­mer­ciaux re­quièrent des mil­liards de dol­lars d’in­ves­tis­se­ment ini­tial et prennent des an­nées pour of­frir un ren­de­ment sur cet in­ves­tis­se­ment, a pour sa part ré­agi Bom­bar­dier. En li­mi­tant son en­quête an­ti­dum­ping à une courte pé­riode de 12 mois correspondant au tout dé­but du pro­gramme C Se­ries, l’ap­proche du dé­par­te­ment du Com­merce au­rait in­évi­ta­ble­ment pro­duit des ré­sul­tats com­plè­te­ment faus­sés.

«Nous de­meu­rons con­fiants qu’à la fin du pro­ces­sus, la Com­mis­sion du com­merce in­ter­na­tio­nal des États-Unis ti­re­ra les conclu­sions qui s’im­posent, c’est-à-dire que les avions C Se­ries contri­buent po­si­ti­ve­ment à l’in­dus­trie aé­ro­nau­tique amé­ri­caine et que Boeing n’a su­bi au­cun pré­ju­dice. Il y a un large consen­sus sur ce point au sein de l’in­dus­trie. »

Se­lon des don­nées pu­bliées jeu­di par l’agence Reuters, Bom­bar­dier au­rait dé­pen­sé 2,4 mil­liards US aux États-Unis l’an der­nier, fai­sant af­faire avec en­vi­ron 800 four­nis­seurs ré­par­tis dans tous les États sauf trois.

La dé­ci­sion n’a pas eu d’im­pact si­gni­fi­ca­tif sur l’ac­tion de Bom­bar­dier, qui a ter­mi­né la jour­née à 2,21$, en hausse de 0,91 %.

«Nous croyons que les droits com­pen­sa­toires an­non­cés le 26 sep­tembre avaient dé­jà re­mis en ques­tion la fai­sa­bi­li­té d’achats d’ap­pa­reils de la C Se­ries par des trans­por­teurs amé­ri­cains, dont Del­ta », a ex­pli­qué l’ana­lyste Wal­ter Spra­ck­lin, de RBC Mar­ché des ca­pi­taux, dans une note.

«Nous croyons en­core que la dé­ci­sion de l’ITC au dé­but de l’an­née pro­chaine, et son im­pact sur la dé­ci­sion de Del­ta d’in­cor­po­rer la C Se­ries à sa flotte, est l’élé­ment clé. Dans l’in­té­rim, nous nous at­ten­dons à ce qu’il y ait un nuage noir au-des­sus de l’ac­tion. »

PHO­TO CHRISTINNE MUSCHI, AR­CHIVES REUTERS

Les pé­na­li­tés im­po­sées à Bom­bar­dier sont théo­riques pour l’ins­tant. Elles ne sont payables qu’au mo­ment de la li­vrai­son d’ap­pa­reils C Se­ries. Or, la pre­mière li­vrai­son à un client amé­ri­cain, Del­ta Air Lines, n’est pas pré­vue avant avril 2018.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.