HOS­TILES AUX VAC­CINS

L’ef­fi­ca­ci­té des vac­cins ne fait scien­ti­fi­que­ment au­cun doute. Mais ici et ailleurs, des pa­rents les re­fusent à leurs en­fants. Au point de faire craindre le re­tour d’épi­dé­mies qu’on croyait ré­vo­lues.

La Presse - - CAHIER A - NOTRE EN­VOYÉ SPÉ­CIAL MARC THIBODEAU

AUSTIN — Pe­ter Ho­tez s’in­quiète de la pos­si­bi­li­té que le « mou­ve­ment an­ti­vac­cin » s’im­pose aux États-Unis. Et il pense que le Texas, où il ha­bite, paye­ra un lourd tri­but si rien n’est fait ra­pi­de­ment pour em­pê­cher le scé­na­rio de se réa­li­ser.

Ce pé­diatre et cher­cheur du Bay­lor Col­lege of Me­di­cine, à Hous­ton, note que le nombre de dé­ro­ga­tions «pour rai­sons de conscience » ac­cor­dées à des pa­rents qui ne veulent pas faire im­mu­ni­ser leurs en­fants aug­mente ra­pi­de­ment et com­plique l’at­teinte du seuil de vac­ci­na­tion de 95% re­com­man­dé pour as­su­rer une «im­mu­ni­té de groupe» et em­pê­cher le re­tour d’épi­dé­mies ma­jeures.

Presque 45 000 en­fants texans bé­né­fi­cient au­jourd’hui d’une dé­ro­ga­tion par­tielle ou com­plète, soit 20 fois plus qu’en 2003, et ils ont ten­dance à être concen­trés géo­gra­phi­que­ment, ce qui aug­mente les risques de trans­mis­sion. Dans cer­taines écoles, plus de 20% des élèves ne sont pas vac­ci­nés.

M. Ho­tez s’ir­rite de consta­ter qu’une étude dis­cré­di­tée pa­rue en 1998 dans la re­vue an­glaise

The Lan­cet sug­gé­rant un lien entre l’au­tisme et le vac­cin contre la rou­geole, la ru­béole et les oreillons conti­nue no­tam­ment d’ali­men­ter les peurs.

«À titre de spé­cia­liste des vac­cins et de pa­rent d’une en­fant adulte au­tiste, je suis bien pla­cé pour ten­ter de contrer les fo­lies qu’on en­tend à ce su­jet», re­lève en en­tre­vue M. Ho­tez.

Plu­sieurs études d’en­ver­gure ont été me­nées pour dé­mon­trer de ma­nière concluante l’ab­sence de lien entre vac­ci­na­tion et au­tisme, rap­pelle le cher­cheur, qui s’in­quiète de l’im­pact sur la po­pu­la­tion de thèses «pseu­dos­cien­ti­fiques» et de «théo­ries du com­plot» cir­cu­lant en ligne et ailleurs.

Pour évi­ter de voir les taux de vac­ci­na­tion s’éro­der trop «dan­ge­reu­se­ment», il presse les au­to­ri­tés texanes d’in­ter­dire les dé­ro­ga­tions pour des rai­sons non mé­di­cales, comme l’a fait ré­cem­ment la Ca­li­for­nie.

Li­ber­té in­di­vi­duelle c. san­té pu­blique

Cette sug­ges­tion est car­ré­ment in­ac­cep­table pour Ja­ckie Schle­gel, une ré­si­dante d’Austin qui cha­peaute un groupe d’ac­tion po­li­tique ap­pe­lé Texans for Vac­cine Choice.

Elle l’a créé il y a quelques an­nées après qu’un élu de la Chambre des re­pré­sen­tants de l’État eut avan­cé un pro­jet de loi vi­sant à res­treindre l’ac­cès sco­laire aux en­fants dis­po­sant de dé­ro­ga­tions non mé­di­cales. Deux de ses en­fants au­raient été tou­chés.

La pro­po­si­tion a été bat­tue et plu­sieurs autres pro­jets de loi vi­sant à res­treindre le «libre choix» des pa­rents en ma­tière de vac­ci­na­tion ont connu le même sort de­puis, se fé­li­cite Mme Schle­gel, qui fait pres­sion sur les élus ré­tifs à ses idées en évo­quant l’at­ta­che­ment des Texans à la li­ber­té in­di­vi­duelle.

Lors d’une ren­contre près du Ca­pi­tole, le siège po­li­tique de l’État, elle a d’ailleurs pro­fi­té du pas­sage d’une sé­na­trice pour fixer avec elle un ren­dez-vous.

«Nous sommes en guerre à l’heure ac­tuelle», lance la mi­li­tante, qui re­fuse en en­tre­vue de dire si elle est contre toute vac­ci­na­tion.

La page Fa­ce­book de l’or­ga­ni­sa­tion re­laie ré­gu­liè­re­ment des textes re­met­tant en ques­tion la sé­cu­ri­té des vac­cins, mais il ne faut pas y voir une ma­ni­fes­ta­tion de la po­si­tion glo­bale de ses membres, re­lève Mme Schle­gel. «Plu­sieurs sont pro­vac­cins », re­lève-t-elle.

Sa­rah Da­vis, une élue ré­pu­bli­caine qui a eu maille à par­tir à plu­sieurs re­prises avec l’or­ga­ni­sa­tion de Mme Schle­gel après avoir ten­té de faire adop­ter des ré­formes fa­vo­ri­sant la vac­ci­na­tion, pense que les membres de Texans for Vac­cine Choice sont «100% an­ti­vac­ci­na­tion ».

L’évo­ca­tion de l’at­ta­che­ment des Texans aux li­ber­tés in­di­vi­duelles est un stra­ta­gème pour faire avan­cer leur cause, re­lève la po­li­ti­cienne.

Beau­coup d’élus, dit Mme Da­vis, ne veulent pas abor­der la ques­tion des dé­ro­ga­tions par crainte d’être pris pour cible. «Ils n’en­tendent que ce groupe très en­ga­gé, très bruyant qui cherche à noyer la voix de la science et de la mé­de­cine», re­lève Mme Da­vis.

Com­plot phar­ma­ceu­tique

Rhon­da McMa­hon, une ré­si­dante d’Austin qui a par­ti­ci­pé à plu­sieurs re­prises aux ac­tions de Texans for Vac­cine Choice, est convain­cue que ses deux fils au­raient eu moins de pro­blèmes de san­té s’ils n’avaient pas été vac­ci­nés du­rant l’en­fance.

Elle pense que son gar­çon le plus vieux, au­jourd’hui âgé de 16 ans, souffre d’au­tisme parce qu’il a été sou­mis à des ad­ju­vants uti­li­sés dans les vac­cins, en par­ti­cu­lier l’alu­mi­nium, qui se sont ré­vé­lés «toxiques» pour lui. «Ça l’a pla­cé sur une tra­jec­toire qu’il n’était pas des­ti­né à suivre », re­lève-t-elle.

Le Centre pour le contrôle et la pré­ven­tion des ma­la­dies amé­ri­cain (CDC), qui contrôle la sé­cu­ri­té des vac­cins aux États-Unis, re­jette tout lien de ce type, mais Mme McMa­hon en fait peu de cas dans la me­sure où elle se dit convain­cue que l’or­ga­ni­sa­tion ma­ni­pule les don­nées pour ser­vir les in­té­rêts des com­pa­gnies phar­ma­ceu­tiques.

Car­rie El­sass, une autre mi­li­tante de Texans for Vac­cine Choice qui ha­bite à Geor­ge­town, une pai­sible et confor­table ban­lieue d’Austin, est aus­si convain­cue qu’un de ses fils a dé­ve­lop­pé des symp­tômes d’au­tisme en bas âge après avoir été vac­ci­né. Elle aus­si re­jette les conclu­sions de la CDC à ce su­jet et re­met en ques­tion la pro­bi­té de l’or­ga­ni­sa­tion en évo­quant les cri­tiques éma­nant d’an­ciens cher­cheurs.

Cette mère de fa­mille pense que le corps de son en­fant était in­ca­pable de com­po­ser avec les vac­cins et les ad­ju­vants qu’ils conte­naient. Après avoir fait des re­cherches, elle a stop­pé toute vac­ci­na­tion et re­vu son ali­men­ta­tion avec l’aide d’un pé­diatre ayant une ap­proche plus « ho­lis­tique ».

«Il n’a pas re­çu d’an­ti­bio­tiques et n’a pas dé­ve­lop­pé d’in­fec­tions de­puis l’âge de 3 ans », a-t-elle in­di­qué à La Presse.

«Je ne pense pas que j’ai be­soin de vac­cins. Je pense que je me sen­ti­rais moins en forme que main­te­nant», dit son fils.

Tant Mme McMa­hon que Mme El­sass ac­cusent les mé­dias d’igno­rer les études qui dé­rogent à la po­si­tion des grandes or­ga­ni­sa­tions sa­ni­taires comme la CDC et l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té en ma­tière de vac­ci­na­tion. «Il ne faut pas qu’il y ait de vache sa­crée », dit-elle.

Le pé­diatre Pe­ter Ho­tez es­time que nombre d’études ci­tées par les cri­tiques des vac­cins pour étayer leurs po­si­tions sont de pe­tite taille et donc peu si­gni­fi­ca­tives ou ne sont tout sim­ple­ment pas per­ti­nentes à la dis­cus­sion. Elles ne four­nissent pas glo­ba­le­ment, dit-il, une ex­pli­ca­tion cré­dible des risques qu’elles pré­tendent dé­mon­trer.

Les peurs des cri­tiques des vac­cins contri­buent quoi qu’il en soit aux de­mandes de dé­ro­ga­tions au Texas et ailleurs et font di­mi­nuer le taux de cou­ver­ture glo­bal, ce qui re­pré­sente une source d’an­goisse, dit M. Ho­tez, pour les pa­rents de jeunes en­fants qui n’ont pas re­çu tous leurs vac­cins.

«Une mère qui se rend dans un centre com­mer­cial avec son bé­bé doit se de­man­der si elle va l’ex­po­ser à un vi­rus dan­ge­reux», re­lève le cher­cheur, qui presse la classe po­li­tique texane d’agir pour cor­ri­ger la si­tua­tion.

«Je pense que les choses ne chan­ge­ront que si nous fai­sons face à une épi­dé­mie meur­trière », dé­plore la dé­pu­tée Sa­rah Da­vis.

PHO­TO DOU­GLAS MAGNO, AGENCE FRANCE-PRESSE

PHO­TO DOU­GLAS MAGNO, AR­CHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Au Texas, les dé­ro­ga­tions « pour rai­sons de conscience » ac­cor­dées aux pa­rents d’en­fants de­vant se faire vac­ci­ner se mul­ti­plient, ce qui fait craindre le pire. Dans cer­taines écoles de l’État, moins de 80 % des en­fants sont vac­ci­nés alors qu’un seuil de vac­ci­na­tion de 95 % est re­com­man­dé pour as­su­rer une « im­mu­ni­té de groupe ».

PHO­TO FOUR­NIE PAR LE BAY­LOR COL­LEGE OF ME­DI­CINE

Le pé­diatre Pe­ter Ho­tez dé­plore que les peurs conti­nuent d’être ali­men­tées par une étude pa­rue en 1998 – mais au­jourd’hui dis­cré­di­tée – sug­gé­rant un lien entre l’au­tisme et le vac­cin contre la rou­geole, la ru­béole et les oreillons.

PHO­TO AR­CHIVES AS­SO­CIA­TED PRESS

L’élue ré­pu­bli­caine texane Sa­rah Da­vis a ten­té de faire adop­ter des ré­formes fa­vo­ri­sant la vac­ci­na­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.