POUR CONTRE

La Presse - - ARTS -

Les disques de Noël

« At­ten­tion : je suis pour à condi­tion que ça mette en lu­mière le sens réel de la fête. Je n’aime pas les pères Noël et les pe­tits rennes au nez rouge. Je ne veux pas faire de peine aux en­fants en di­sant ça, mais moi, j’aime ce qui est sa­cré, ce qui met en lu­mière l’avè­ne­ment de Jé­sus et tout le sens re­li­gieux de la fête. Tout le cô­té païen, je n’em­barque pas. »

En­tre­prendre des pro­jets

« Je suis un en­tre­pre­neur-né. J’ai tou­jours car­bu­ré au ta­lent des autres. C’est pour ça que je suis de­ve­nu un pro­duc­teur, un en­tre­pre­neur et que j’ai lan­cé mon en­tre­prise de vi­gnoble, qui est sur le point de sor­tir ses pre­mières bou­teilles ! J’ai une im­mense ad­mi­ra­tion pour les gens qui sont par­tis de rien et qui ont bâ­ti quelque chose, qui font rou­ler l’éco­no­mie, qui font tra­vailler du monde. »

Les imi­ta­tions

« Quand c’est bien fait, oui. Il y en a plein qui m’imitent et ça me fait rire au boutte ! Do­mi­nic Pa­quet à l’émis­sion À la se­maine pro­chaine, il m’imite tout le temps... Il me garde po­pu­laire, c’est par­fait ! Lui, c’est sur le ton de l’hu­mour, mais des gars comme Jean-Fran­çois Breau et Ch­ris­tian Marc Gen­dron, quand ils m’imitent, c’est à s’y mé­prendre tel­le­ment c’est pa­reil. Je trouve ça flat­teur. Ce sont les voix qu’on re­con­naît par­mi plu­sieurs, et qui se dé­marquent, qui se font imi­ter. »

La fa­çon d’at­tri­buer des prix à l’ADISQ

[Le pro­duc­teur a dé­non­cé sur Fa­ce­book que ses pou­lains, 2Frères, n’aient pas ga­gné le Fé­lix du duo ou groupe de l’an­née.] « Pour les votes po­pu­laires, le peuple de­vrait pou­voir vo­ter à par­tir du jour 1 par­mi tous les pro­jets dans l’an­née. Les disques qui ont fait le top 20, qui ont été im­por­tants, mé­ritent d’avoir leur place dans la liste des al­bums pour qui le pu­blic va pou­voir vo­ter. Quand on fait un vote po­pu­laire et que ça passe d’abord par l’Aca­dé­mie, qui en­lève ceux qu’elle ne veut pas avoir là pour mettre ses pou­lains de l’avant, je n’ai ja­mais com­pris ça et je ne com­pren­drai ja­mais. »

Ar­rê­ter d’en­re­gis­trer des al­bums

« Je sais, j’avais an­non­cé que je ne fe­rais plus de disques et j’ai chan­gé mon fu­sil d’épaule. J’ai fait

Un homme qui vous res­semble, qui a quand même bien ven­du. Puis un hom­mage à Bé­caud, qui a at­teint 50 000 ventes. Tout de suite après, j’ai eu en­vie de faire plai­sir à mes pa­rents vieillis­sants, alors j’ai en­re­gis­tré Agnus Dei, qui a trô­né en haut du pal­ma­rès des ventes tout l’été. C’est pour ça que j’ai en­chaî­né avec un al­bum de Noël. Je me suis lais­sé prendre à mon propre jeu. Tous les ar­tistes ont en­vie de chan­ter toute leur vie. Tant que le pu­blic en vou­dra, je le fe­rai. »

Le strea­ming

« Je crois au strea­ming, mais je se­rai contre tant que ceux qui créent le conte­nu ne se­ront pas ré­mu­né­rés équi­ta­ble­ment. Je sais que le disque phy­sique est voué à une mort cer­taine. Mais en ce mo­ment, au­cun des al­bums que je pro­duis n’est dis­po­nible sur ces pla­te­formes. J’y étais au dé­but, mais ça me coû­tait tel­le­ment cher en honoraires de comp­table, pour comp­ter chaque de­mi-cenne qui re­ve­nait aux ar­tistes, qu’à la fin, il ne res­tait plus rien. Quand il y au­ra une loi, des taxes, une ré­mu­né­ra­tion équi­table, on ira. Pas avant. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.