La STO en mode «ques­tion­ne­ment»

La Revue - - ACTUALITÉS - YAN­NICK BOUR­SIER yan­nick.bour­sier@tc.tc

L’an­née 2016 n’au­ra pas été fa­cile pour la So­cié­té de trans­port de l’Ou­taouais (STO) au point de vue ad­mi­nis­tra­tif, mais le pré­sident Gilles Car­pen­tier se dit confiant que les chan­ge­ments ap­por­tés au­ront un im­pact po­si­tif dans le fu­tur.

En 2016, la STO a re­çu le rap­port sur la ges­tion du Ra­pi­bus, a fait face à une en­quête du mi­nis­tère des Af­faires mu­ni­ci­pales et a été la cible du rap­port du vé­ri­fi­ca­teur gé­né­ral de Ga­ti­neau, entre autres.

Ces si­tua­tions au­ront me­né à des chan­ge­ments or­ga­ni­sa­tion­nels an­non­cés en cours d’an­née, rap­pelle M. Car­pen­tier. « L’or­ga­ni­sa­tion a été cou­ra­geuse. Elle a fait preuve de beau­coup de lea­der­ship en ac­cep­tant de tout ques­tion­ner.»

Ce ques­tion­ne­ment était plus que né­ces­saire se­lon M. Car­pen­tier. «Toute en­tre­prise qui se res­pecte et qui a un bon plan stra­té­gique, au mo­ment où la courbe d’es­sor des­cend, doit faire une in­ter­ven­tion pour lan­cer une autre courbe. À la STO, le pi­vot du ques­tion­ne­ment a été le diag­nos­tic or­ga­ni­sa­tion­nel. Ça a me­né à un plan d’ac­tion sur trois ans où tout a été ques­tion­né. Ça a me­né à une ré­or­ga­ni­sa­tion en pro­fon­deur.»

Et le tra­vail n’est pas fi­ni, in­dique le pré­sident de la STO. «Tous nos pro­ces­sus d’af­faires sont sous ana­lyses pour éli­mi­ner ce qu’on fait qui n’est pas ef­fi­cace, éli­mi­ner la re­don­dance et maxi­mi­ser l’in­ter­opé­ra­bi­li­té des pro­ces­sus d’af­faires. C’est un exer­cice qui va me­ner à un chan­ge­ment de culture opé­ra­tion­nel, qui est dé­jà amor­cé.»

«L’or­ga­ni­sa­tion est en train de se bâ­tir une nou­velle ma­tu­ri­té or­ga­ni­sa­tion­nelle, ajoute-t-il. Ça vient avec une me­sure de ques­tion­ne­ment conti­nue, d’amé­lio­ra­tion conti­nue. On vient de créer un nou­veau poste qui est un poste qui va dé­dier 100% de son temps à du ques­tion­ne­ment d’amé­lio­ra­tion conti­nue de mur-àmur dans l’or­ga­ni­sa­tion en com­men­çant là où on va avoir le plus d’im­pact sur nos clients c’est-à- dire l’ex­ploi­ta­tion et l’en­tre­tien.»

SANG NEUF

Un des élé­ments né­ces­saires pour chan­ger l’or­ga­ni­sa­tion, c’est d’être en me­sure d’y in­suf­fler du sang neuf, sou­ligne Gilles Car­pen­tier. «C’est tout à fait louable pour une or­ga­ni­sa­tion de per­mettre de s’épa­nouir, sauf qu’il y a un ef­fet per­vers. On n’amène pas du ques­tion­ne­ment de l’ex­terne, de la créa­ti­vi­té et de l’in­no­va­tion de gens qui ont connu autre chose que la STO.»

C’est pour­quoi il a sou­hai­té que cer­tains nou­veaux postes soient pour­vus, à com­pé­tences égales, à l’ex­terne. « On avait un ob­jec­tif: ren­flouer l’or­ga­ni­gramme avec des gens qui nous ame­nait une pers­pec­tive dif­fé­rente.»

(Pho­to TC Me­dia –Ar­chives)

Gilles Car­pen­tier es­time que la STO est en pro­ces­sus de chan­ge­ment or­ga­ni­sa­tion­nel qui se­ra

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.