PLA­TEAU HULL / AYL­MER Une pa­ti­noire «maison» à l’école des Ca­va­liers

La Revue - - SPORTS - LAU­RENCE GA­GNON lau­rence.ga­gnon@tc.tc

En ar­ri­vant à l’école des Ca­va­liers, on peut dis­tin­guer au loin un homme en train d’ar­ro­ser la pa­ti­noire de l’école d’Ayl­mer. Cet homme, c’est Mar­tin Mon­treuil, pré­sident du conseil d’éta­blis­se­ment de l’école des Ca­va­liers, qui s’oc­cupe bé­né­vo­le­ment de l’ins­tal­la­tion qui se­ra fonc­tion­nelle dès lun­di.

«C’est le ré­sul­tat d’une as­so­cia­tion entre l’As­so­cia­tion de ré­si­dents de Ri­ver­mead et celle de Con­naught, ex­plique-t-il, boyau d’ar­ro­sage à la main. L’école nous prête le ter­rain. La com­mu­nau­té em­barque vrai­ment dans le pro­jet!»

Dé­jà à sa deuxième an­née d’exis­tence, la pa­ti­noire per­met aux étu­diants de l’école pri­maire de pa­ti­ner du­rant l’hi­ver lors de leur cours d’édu­ca­tion phy­sique. En­tre­te­nue dans le jour par des membres du per­son­nel et le soir par des ré­si­dents bé­né­voles du quar­tier, la pa­ti­noire mo­bi­lise vrai­ment toute la com­mu­nau­té. L’an der­nier, un pa­rent a même pas­sé plus de trois heures de sa soi­rée à dé­blayer l’ins­tal­la­tion grâce à sa souf­fleuse.

« Les pa­rents par­ti­cipent bien. C’est un cercle : les pa­rents sont contents, ils s’in­ves­tissent dans l’école, l’école est contente, ça se res­sent sur les étu­diants qui mo­tivent leurs pa­rents, etc.»

Si tout est bé­né­vole, la Ville de Ga­ti­neau a tou­te­fois four­ni 3500 $ et l’équi­pe­ment d’en­tre­tien de la pa­ti­noire, soit un boyau d’ar­ro­sage et des pelles. Pour ce qui est de l’équi­pe­ment pour pa­ti­ner, l’école four­nit des pa­tins aux en­fants qui n’en ont pas. D’ailleurs, cer­tains pa­rents ont fait des dons per­son­nels de pa­tins ache­tés de leur poche.

«Il y a des jeunes qui n’ont ja­mais pa­ti­né, soit parce qu’ils n’en ont ja­mais fait ou parce que ce n’est pas dans leur culture. Quand ils en font, ils ca­potent, ils veulent tout le temps en faire !»

Une chose est sûre, Mar­tin est très fier du pro­jet que lui, ses col­lègues et ses voi­sins se sont don­nés par eux-mêmes.

«Même mon fils Au­guste m’aide à pel­le­ter le soir. Je veux lui mon­trer qu’en s’in­ves­tis­sant et en étant un ci­toyen en­ga­gé, on a des ré­sul­tats.»

PRO­JET DANS LA MIRE

Si l’on se fie au pré­sident du conseil d’éta­blis­se­ment, des beaux pro­jets spor­tifs sont dans la mire de l’école des Ca­va­liers.

«On sou­hai­te­rait pou­voir ex­ploi­ter le boi­sé der­rière l’école. On veut être ca­pable de faire des sen­tiers, pas en cou­pant du bois, mais juste en fai­sant quelques ajus­te­ments. Ça va ser­vir à l’école pour la raquette, le ski de fond et même du vé­lo de mon­tagne.»

Plu­sieurs ren­contres ont dé­jà eu lieu avec la Ville, qui se­rait très en­thou­siaste et prê­te­rait le ter­rain, se­lon les dires de Mar­tin Mon­treuil. Le pro­jet, qui pour­rait voir le jour en sep­tembre 2017, se­ra éga­le­ment dis­po­nible pour la com­mu­nau­té du quar­tier.

Cer­tains dé­tails doivent en­core être éva­lués avant la nais­sance of­fi­cielle du pro­jet.

(Pho­to TC Me­dia – Lau­rence Ga­gnon)

Mar­tin Mon­treuil ar­rose la pa­ti­noire de l’école des Ca­va­liers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.