L’échange de biens, une bonne chose pour l’en­vi­ron­ne­ment

La Revue - - ACTUALITÉS - PAS­CAL LAPLANTE pas­cal.laplante@tc.tc

Pas­ser par les sites d’échanges d’ob­jets, une bonne chose pour l’en­vi­ron­ne­ment? C’est l’opi­nion de la po­pu­la­tion, mais aus­si d’or­ga­nismes comme le Con­seil ré­gio­nal de l’en­vi­ron­ne­ment et du dé­ve­lop­pe­ment du­rable de l’Ou­taouais (CREDDO).

L’étude de l’Ob­ser­va­toire de la consom­ma­tion res­pon­sable de l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal (UQÀM) rap­porte que la deuxième rai­son pour pro­cé­der à l’achat de biens de se­conde main est pour des rai­sons en­vi­ron­ne­men­tales. Cette rai­son est aus­si en troi­sième po­si­tion pour les gens qui dé­laissent des biens.

Der­rière les rai­sons éco­no­miques, l’étude dé­montre que les gens qui achètent le font pour ai­der à re­cy­cler les ar­ticles non dé­si­rés d’au­trui, (58 %), pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment (55 %) ou ré­duire les dé­chets (55 %).

Quant aux ré­pon­dants qui vendent des biens, la fa­ci­li­té de se dé­par­tir de leurs ob­jets et l’al­truisme pré­cèdent les rai­sons en­vi­ron­ne­men­tales. Pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment en évi­tant le gas­pillage/les dé­chets (53 %), pro­lon­ger la du­rée de vie des pro­duits (53 %) ou pour ai­der la planète (50 %) ob­tiennent de bons poin­tages dans cette étude.

Le di­rec­teur gé­né­ral du CREDDO, Be­noît De­lage, qua­li­fie l’étude «d’in­té­res­sante» en ce qui a trait aux ha­bi­tudes de vie que les gens semblent vou­loir adop­ter. Est- ce que ce­la si­gni­fie que la per­cep­tion re­joint la réa­li­té?

«Les gens, à cause des mou­ve­ments en­vi­ron­ne­men­taux qui disent que je­ter ce n’est pas bien. Le poids de l’ac­cu­mu­la­tion est as­sez éle­vé. Par exemple, on re­trouve plus d’es­paces d’en­tre­po­sage aux États-Unis que de Wen­dy’s et de McDo.»

En contre­par­tie, la réuti­li­sa­tion d’ob­jets que l’on croit ne plus avoir de va­leur est très po­si­tive: «Il y a des choses que l’on ac­cu­mule chez soi que l’on croit sans va­leur, mais quelque part, une per­sonne va y trou­ver sa va­leur et ral­lon­ger la vie de cet ob­jet.»

Les rai­sons éco­no­miques pro­fitent tou­te­fois à l’en­vi­ron­ne­ment, par la bande. Plu­tôt que d’en­voyer son di­van aux re­buts, le vendre à faible coût à une per­sonne qui l’uti­li­se­ra pen­dant 5-10 ou 15 ans aide à ré­duire la sur­con­som­ma­tion.

« En fait, même si les chiffres sont im­pres­sion­nants (29 mil­liards sont es­ti­més être de l’éco­no­mie de se­conde main), l’ar­gent qui est sau­vé va être dé­pen­sée en quelque part d’autres, donc ça n’a pas un im­pact né­ga­tif, loin de là.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.