Des avan­cées im­por­tantes

La Revue - - COMMUNAUTAIRE - PAS­CAL LA­PLANTE pas­cal.la­plante@tc.tc

Il existe des pos­si­bi­li­tés de conte­nir la ma­la­die du Par­kin­son grâce à des opé­ra­tions. Mais pour ce faire, les gens de l’Ou­taouais doivent al­ler su­bir la chirurgie à Qué­bec ou Mon­tréal.

Claire Ro­bert a ac­com­pa­gné son ma­ri Ma­rio, âgé de 61 ans, à une opé­ra­tion à Mon­tréal pour lui per­mettre de ne plus avoir de trem­ble­ments. Une chirurgie au cer­veau qui a été réa­li­sée avec suc­cès, et qui donne au couple une meilleure qua­li­té de vie.

« Mon conjoint a été opé­ré et a les élec­trodes au cer­veau. On est ca­pable de vivre mieux avec la ma­la­die au­jourd’hui. Les trem­ble­ments ont dis­pa­ru, mais rien n’est to­ta­le­ment ré­glé car il y a des mo­ments où son corps est «off » (ne bouge plus).»

Mal­heu­reu­se­ment, les per­sonnes at­teintes de la ma­la­die ne peuvent pas être trai­tés en Ou­taouais. Pour les gens de l’autre cô­té de la ri­vière, le ser­vice est dis­po­nible. Si­non, il faut s’exi­ler dans l’un des deux centres ur­bains de la pro­vince, soit Qué­bec ou Mon­tréal.

«C’est cer­tain que pour l’ac­cès aux neu­ro­logues et aux mé­de­cins, il faut al­ler à l’ex­té­rieur de la ré­gion.

Outre cette chirurgie, il existe aus­si une opé­ra­tion per­met­tant de mieux sou­la­ger les gens at­teints de Par­kin­son: «Il y a des ef­forts qui sont faits pour com­ment re­mé­dier. Il y a la chirurgie où on in­sère une pompe pour que le mé­di­ca­ment soit en­voyé à l’in­tes­tin et l’es­to­mac pour qu’il y ait un flot conti­nu.»

La ma­la­die évo­lue et les trai­te­ments aus­si. Ma­rio Ro­bert doit com­po­ser avec le Par­kin­son de­puis main­te­nant 14 ans et sa qua­li­té de vie s’est gran­de­ment amé­lio­rée: « Ils ont réus­si. Avant il avait beau­coup de mou­ve­ments in­vo­lon­taires. Ces mou­ve­ments sont par­tis. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.