Deux ga­ti­nois fi­na­listes du Concours de pein­tures ca­na­diennes

La Revue - - ACTUALITÉS - MA­RIE PIER LÉ­CUYER ma­rie­pier.le­cuyer@tc.tc

cette an­née au­ra été la bonne. « C’est une belle op­por­tu­ni­té d’avoir de la vi­si­bi­li­té » , note- t- il.

La toile « Sun and a Tide pool » , réa­li­sée à l’acry­lique, au pas­tel à l’huile et à la pein­ture à l’huile en bâ­ton sur pan­neau, a été tra­vaillée de fa­çon à créer l’illu­sion d’une sur­face on­du­lante et illu­mi­née. « Ma contri­bu­tion à la pein­ture contem­po­raine se trouve à la fron­tière entre un for­ma­lisme axé sur le pro­ces­sus et un trompe- l’oeil am­bi­gu » , dé­taille- t- il.

Le fi­na­liste ter­mine pré­sen­te­ment sa maî­trise en beaux- arts à l’Uni­ver­si­té d’Ot­ta­wa, pour la­quelle il a d’ailleurs re­çu une sub­ven­tion du Conseil de re­cherches en sciences hu­maines du Ca­na­da.

Quant à la suite des choses, il ne sait pas en­core ce qui ar­ri­ve­ra. « Je ne sais pas vrai­ment ce que se­ra la suite, mais je vais conti­nuer de peindre. »

DA­VID KAARSEMAKER

L’ar­tiste Da­vid Kaarsemaker a été un ga­ti­nois d’adop­tion pour quelques an­nées, le temps qu’il fasse sa maî­trise en beaux- arts de l’Uni­ver­si­té d’Ot­ta­wa. Ori­gi­naire de la Co­lom­bie- Bri­tan­nique, il a aus­si ha­bi­tué à Mon­tréal où il a fait son bac­ca­lau­réat à l’Uni­ver­si­té Con­car­dia.

Ga­ti­nois jus­qu’à ré­cem­ment, il vient tout juste de dé­mé­na­ger à To­ron­to. Mais c’est lors de son pas­sage à Terre- Neuve que l’homme qui a tou­jours fait de la pein­ture et des des­sins a vu sa car­rière prendre plus son en­vol et qu’il a trou­vé sa fa­çon de peindre et une ma­nière de contri­buer à la conver­sa­tion de la pein­ture.

Ce n’était pas la pre­mière fois qu’il ten­tait de se glis­ser par­mi les quinze fi­na­listes du Concours de pein­tures ca­na­diennes. « C’est comme lan­cer un sou dans la fon­taine » , image- t- il.

Mais cette fois- ci au­ra été la bonne. Et ce­la lui au­ra d’abord per­mis de confir­mer que ce qu’il fai­sait fonc­tion­nait bien. « Au pre­mier ni­veau, faire de l’art, tu es­saie des choses, des thèmes, des ma­nières de tra­vailler in­té­res­sante. »

La toile « Por­tage 1 » , a été réa­li­sée à l’huile et à l’acry­lique sur toile. Les images dé­for­mées peintes par l’ar­tiste sont voi­lées par une sé­rie d’in­ter­ven­tions sur l’oeuvre. « Mes pein­tures ex­plorent la di­cho­to­mie entre la pro­fon­deur illu­soire et la sur­face de la ma­tière et montrent des ma­quettes créées à par­tir de pho­to­gra­phies en guise de ré­fé­rences à l’idéa­lisme en ar­chi­tec­ture. Je peins des images dé­for­mées et ren­dues moins ac­ces­sibles par une sé­rie d’in­ter­ven­tions qui en voilent la sur­face. »

Il se ré­jouit que cette par­ti­ci­pa­tion au concours et l’ex­po­si­tion de son oeuvre aux cô­tés des autres au Mu­sée des beaux- arts du Ca­na­da lui per­mettent de faire voir son tra­vail. « Ça ouvre une fe­nêtre sur cer­taines per­sonnes dans le Ca­na­da qui vont re­gar­der mon tra­vail. C’est dif­fi­cile d’avoir cette at­ten­tion. »

Sans trop sa­voir ce que l’ave­nir lui ré­serve, il rêve de pos­si­ble­ment en­sei­gner dans le monde des arts.

Photo: Gracieuseté)

La toile de Ki­zi Spiel­man Rose(

(Photo: Gracieuseté)

La toile de Da­vid Kaarsemaker

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.