Le ca­chet par­ti­cu­lier du Vieux-Bob

La Revue - - SPORTS - AN­TO­NY DA SIL­VA-CA­SI­MI­RO an­to­ny.da­sil­va­ca­si­mi­ro@tc.tc

Quelques heures avant son pre­mier match ju­nior ma­jeur au centre Ro­bert-Guer­tin, Be­noît-Olivier Groulx s’est re­mé­mo­ré plu­sieurs sou­ve­nirs.

Même s’il s’agit de son pre­mier match dans l’aré­na qui ja­dis a été le théâtre de nom­breuses vic­toires de son père Be­noît, l’at­ta­quant des Moo­se­heads de Ha­li­fax de­puis l’an der­nier, a souvent pa­ti­né dans le vieil am­phi­théâtre de la rue Ca­rillon. C’est là qu’il a évo­lué au ni­veau mi­neur.

Mais le Vieux-Bob a un ca­chet bien spé­cial pour le centre de 17 ans. Car con­trai­re­ment aux autres ados, Groulx connaît les re­coins du do­mi­cile des Olym­piques de Ga­ti­neau.

Son père a ga­gné trois Coupes du Pré­sident avec la for­ma­tion ou­taouaise. Même s’il n’avait que trois ans, Groulx se sou­vient de la conquête de 2003. Il était pré­sent c e t te soi­rée - l à , em­bar­quant sur la glace pour po­ser avec l’équipe aux cô­tés du ca­pi­taine Maxim Tal­bot, son idole de jeu­nesse. Ça l’a ins­pi­ré à un jour jouer dans ce cir­cuit.

La sai­son der­nière, il s’était ima­gi­né jouer contre le club de son pa­te­lin, mais une in­vi­ta­tion au Dé­fi mon­dial M17 a re­pous­sé cette ex­pé­rience d’un an.

Grâce à son pa­ter­nel, il a eu le droit à des ac­cès pri­vi­lé­giés dès un jeune âge. Il sau­tait sur la glace, traî­nait dans le ves­tiaire. Dé­jà là, on pou­vait sen­tir un amour pour son sport. Il a même eu la chance de par­ler à Serge Ha­ché, le pré­po­sé à l’équi­pe­ment des Olym­piques qu’il connait fort bien. « Serge de­vait sû­re­ment me trou­ver fa­ti­guant. Quand j’étais dans la chambre des joueurs, je jouais et cou­rais par­tout. Je pre­nais les bâ­tons de tout le monde. Mais je l’ai aus­si ai­dé quelques fois», a in­di­qué en riant le centre de 6’1 et 190 lbs.

Ar­ri­vé en sol ou­taouais, Groulx n’était pas dé­pay­sé et ne s’est ni trom­pé de ves­tiaire. «Je sa­vais où al­ler. Quand j’étais jeune, j’étais dans le même ves­tiaire que les vi­si­teurs sont. Et en plus, j’ai même choi­si la même place que j’avais quand j’étais plus jeune.»

Pre­mier choix du re­pê­chage de la LHJMQ en 2016, Groulx n’a pas mar­qué, mais a ré­col­té un point. La foule a même été bruyante. Et pour cause: en­vi­ron une cen­taine de per­sonnes s’était dé­pla­cé pour le voir à l’oeuvre et l’en­cou­ra­ger.

« Serge de­vait sû­re­ment me trou­ver fa­ti­guant. Quand j'étais dans la chambre des joueurs, je jouais et je jouais par­tout.»

Be­noit-Olivier Groulx, 17 ans

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.