Dé­voi­ler le se­cret

La Revue - - ACTUALITÉS - MA­RIE PIER LÉCUYER ma­rie­pier.le­cuyer@tc.tc

C’est un évé­ne­ment mal­heu­reux qui au­ra fi­na­le­ment été le dé­clen­cheur pour qu’An­dré Gau­thier dé­cide de sor­tir cette his­toire du ti­roir, après l’avoir gar­dé pour lui pen­dant tant d’an­nées.

D’abord le di­vorce d’avec sa conjointe a été un coup dur. Un mo­ment dif­fi­cile pour An­dré Gau­thier qui a pas­sé à tra­vers une dé­pres­sion puis une ten­ta­tive de sui­cide. Il a dû être hos­pi­ta­li­sé 21 jours à la suite des évé­ne­ments, ra­conte-t-il, émo­tif en se rap­pe­lant de cette époque. C’est à la psy­chiatre qu’il ren­con­trait alors qu’il était à l’hô­pi­tal qu’il s’est d’abord ou­vert, quand elle lui a de­man­dé s’il avait été vic­time d’abus.

En 2009, il dé­cide de por­ter plainte à la po­lice. «Je me couche, je me lève et c’est juste ça que j’ai en tête», lance-t-il à ce mo­ment, les larmes aux yeux.

«Plu­sieurs fois j’ai pas­sé proche de lâ­cher tout», lance-t-il évo­quant les pro­cé­dures ju­di­ciaires, qui se sont conclues en 2015 par un ac­quit­te­ment. Mais par la suite, la cause a été por­tée en ap­pel. Deux juges ont in­va­li­dé le verdict ren­du en 2015. Le pro­ces­sus a donc re­com­men­cé pour An­dré Gau­thier. Mal­gré la dif­fi­cul­té de re­pas­ser en­core au tra­vers de ce­la, il a dé­ci­dé d’al­ler de l’avant. «C’était plus fort que moi.»

La cause a été re­mise à plu­sieurs re­prises au cours des der­niers mois, jus­qu’à ce que l’ac­cu­sé plaide cou­pable à des ac­cu­sa­tions ré­duites de gros­sière in­dé­cence. Il a re­çu une peine de 18 mois avec sur­sis, avec un an de pro­ba­tion et dix ans au re­gistre na­tio­nal des dé­lin­quants sexuels. «Ça m’a fait du bien sur le coup, confie l’homme. (…) Mais la peine se­ra ja­mais as­sez grande pour moi.»

En té­moi­gnant, An­dré Gau­thier vou­lait que la peine de l’ac­cu­sé dans cette his­toire soit connue. Mais aus­si du même coup dé­mon­tré aux autres vic­times de tels actes qu’il faut en par­ler. «On est consi­dé­ré (les gars) ca­pable de se dé­fendre, de ne pas se lais­ser faire. Mais quand tu es dans un âge vul­né­rable, que tu sois une fille, que tu sois un gars…», lance-t-il.

SE RE­CONS­TRUIRE

Vivre de tels évé­ne­ments a ses im­pacts. «Quand tu as eu une vie comme ce­la, il y a des dom­mages col­la­té­raux», confie An­dré Gau­thier. De son cô­té, il croit qu’il au­ra be­soin de s’af­fir­mer da­van­tage dans le fu­tur. «Des fois je de­vrais dire non.»

«Je veux me re­cons­truire, il faut que je trouve un moyen», en­chaîne-t-il. Pour se faire, An­dré Gau­thier par­ti­cipe no­tam­ment au tout nou­veau groupe de sou­tien Mo­men­tum, du Centre d’in­ter­ven­tion en abus sexuel pour la fa­mille (CIASF), qui s’adresse à des hommes qui ont vé­cu des abus sexuels.

Après avoir cher­ché une thé­ra­pie, il a eu vent de ce pro­jet-pi­lote, une pre­mière dans la ré­gion. Et il sou­haite que ce ser­vice soit connu. Pour que d’autres hommes parlent. Pour que d’autres vic­times dé­noncent. «Si ja­mais un autre pe­tit gars, un autre homme m’en­tend, il va peut-être por­ter plainte. Si ça peut ame­ner d’autres gens à dire non.... je ne sou­haite pas ça à per­sonne», conclut-il. Pour re­joindre le CIASF: 819 595-1905 ou mo­narque0I@ciasf.org. In­fos au ciasf.org

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.