Vingt mi­nutes d’ef­forts phy­siques pour plus de concen­tra­tion à l’école

La Revue - - ARTS - YAN­NICK BOUR­SIER yan­nick.bour­sier@tc.tc

De­puis l’an der­nier, les jeunes de 3e et 4e an­née de l’école St-Paul font 20 mi­nutes d’exer­cice in­tense avant leur cours de fran­çais le ma­tin pour leur per­mettre de mieux se concen­trer en classe.

Le projet Dy­na­mo- Cer­veau a été mis en place par les en­sei­gnants et la di­rec­tion de l’école l’an­née der­nière pour faire face à une baisse des ré­sul­tats en fran­çais pour les élèves de 2e cycle.

Ain­si, chaque classe est sé­pa­rée en deux une fois par se­maine le ma­tin à 8h. Le pre­mier groupe se rend au gym­nase avec le pro­fes­seur d’édu­ca­tion phy­sique pour 20 mi­nutes d’ef­forts in­tenses. Pen­dant ce temps, l’autre groupe reste en classe avec le pro­fes­seur et voit la théo­rie en fran­çais.

Après une pause de 10 mi­nutes, les deux groupes s’échangent leur place pour une autre pé­riode. Au bout de la pre­mière heure de cours, tout le groupe a fait ses 20 mi­nutes d’exer­cices in­tenses et a vu la théo­rie. La deuxième heure sert à mettre en ap­pli­ca­tion la théo­rie, avec des exer­cices de fran­çais.

Ma­ryse Ber­nard est en­sei­gnante de la me­sure pro­bante et in­no­vante à l’école St-Paul. Elle se joint à un groupe en sup­port du pro­fes­seur pour la 2e heure. Un autre as­pect lié à ce projet.

«Les en­sei­gnants de 2e cycle trouvent des bé­né­fices im­por­tants à ce projet, note-t-elle. Les en­fants sont vrai­ment concen­trés pour la 2e heure. On fait ça à 8h du ma­tin et ils sont ca­pables d’al­ler jus­qu’à la ré­créa­tion sans pro­blème.»

MA­THÉ­MA­TIQUE

Le projet est bé­né­fique au ni­veau de l’ac­ti­vi­té phy­sique qui amène un ni­veau de concen­tra­tion plus im­por­tant, mais aus­si pour les élèves qui res­tent en classe. Pen­dant cette de­mi-heure, l’en­sei­gnant se re­trouve avec un pe­tit groupe, ce qui fa­ci­lite les re­la­tions et l’en­sei­gne­ment.

Le suc­cès est si in­té­res­sant de­puis la mise en place que les en­sei­gnants ont com­men­cé, il y a un mois, à faire le même pro­ces­sus avant les cours de ma­thé­ma­tique. Les jeunes font donc cet exer­cice deux fois par se­maine.

Mme Ber­nard es­père bien que ce projet lan­cé par les en­sei­gnants et la di­rec­tion de l’école St-Paul puisse faire des pe­tits dans d’autres écoles et même à d’autres ni­veaux. Même si ça si­gni­fie quelques mi­nutes de moins en fran­çais ou en ma­thé­ma­tique pour les jeunes, elle es­time que l’ap­pren­tis­sage en se­ra amé­lio­ré. «On en­lève un bout de classe pour faire ça, mais on le ré­cu­père d’un autre ma­nière.»

Pour le mo­ment, le projet est pour les élèves du 2e cycle de l’école St-Paul, mais il a quand même fait des pe­tits puisque l’école a aus­si mis en place des pauses-ac­tives. Il s’agit d’une pos­si­bi­li­té pour les en­sei­gnants de tous les ni­veaux de prendre quelques mi­nutes pour faire bou­ger les jeunes pen­dant la jour­née s’ils sentent le be­soin. Un lien vers une vi­déo pour faire bou­ger les jeunes est en­voyé chaque se­maine pour être uti­li­sé au be­soin.

« Les en­sei­gnants de 2e cycle trouvent des bé­né­fices im­por­tants à ce projet.» - Ma­ryse Ber­nard, en­sei­gnante à l'école St-Paul

Joi­gnez la conver­sa­tion sur Fa­ce­book!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.