En­traî­née par le jazz

La Revue - - ARTS ET SPECTACLES - AMAËLLE FAULTZ École se­con­daire de l’Île

J'ho­chais la tête au rythme des sons mé­lo­dieux qui en­va­his­saient la salle de spec­tacles, en ta­pant du pied avec en­train. Puis, pous­sée par un soup­çon de cu­rio­si­té, je re­gar­dai au­tour de moi et consta­tai que tous les autres spec­ta­teurs avaient, comme moi, un sou­rire ac­cro­ché au vi­sage, et sem­blaient gran­de­ment ap­pré­cier leur soi­rée mu­si­cale.

Je me trou­vais à Let’s Jazz, un spec­tacle de, vous l’avez sû­re­ment de­vi­né par son titre, jazz. Per­son­nel­le­ment, je n’ai ja­mais trip­pé sur le jazz, donc je n’ai ja­mais fré­quen­té les spec­tacles de ce genre mu­si­cal, mais il y a une pre­mière à tout! Et lais­sez-moi vous dire que je vais re­tour­ner à une pro­duc­tion de jazz quand j’en au­rai la chance. Let’s Jazz était pré­sen­té au Ca­ba­ret La Ba­soche, le centre cul­tu­rel d’Ayl­mer, le 4 novembre der­nier. La chan­teuse de jazz qué­bé­coise pré­sente sur scène, Mé­la­nie Clou­tier, nous a tous épous­tou­flés si­tôt la pre­mière chan­son com­men­cée. Un gui­ta­riste, un pia­niste, un bat­teur et un contre­bas­siste ac­com­pa­gnaient la chan­teuse. Il y avait une har­mo­nie ma­gni­fique entre la mu­sique pro­ve­nant des ins­tru­ments et les mots mé­lo­dieux pro­non­cés par Mé­la­nie. J’ai aus­si bien ai­mé que lors des so­los ins­tru­men­taux, la chan­teuse s'éclip­sait de la scène, en se met­tant un peu en re­trait, pour que toute l’at­ten­tion des spec­ta­teurs soit di­ri­gée vers la mu­sique jouée. Les chan­sons qui ont été choi­sies étaient pour la plu­part très joyeuses et don­naient de la vie au spec­tacle. Les éclai­rages et les ac­cla­ma­tions du pu­blic ajou­taient à l’am­biance fes­tive.

J’au­rais vou­lu dan­ser pen­dant que la mu­sique jouait. Par contre, consta­ter que les spec­ta­teurs sem­blaient cloués à leur chaise et pas du tout prêts à bon­dir de leur siège pour ve­nir dan­ser avec moi a bri­sé mon élan. Même si j’étais cap­ti­vée par la mu­sique, j’au­rais vrai­ment ai­mé pou­voir me le­ver de ma chaise et al­ler me tré­mous­ser sur une piste de danse.

Mal­gré tout, c’était un spec­tacle in­ou­bliable qui m’a don­né goût au jazz. Et, d’après les ap­plau­dis­se­ments qui fu­saient de par­tout dans la salle tout au long le spec­tacle, je suis cer­taine que les autres spec­ta­teurs ne sont, eux non plus, pas près d’ou­blier cette soi­rée ma­gique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.