Vingt-cinq an­nées de belles pa­roles

La Revue - - SPORTS -

« Sans le Pa­ro­lier, il y a des dé­fis pro­fes­sion­nels que je n’au­rais pas réa­li­sés.»

Des pro­pos du genre, Ca­role Ga­gnon en en­tend sou­vent. La pré­si­dente du Pa­ro­lier peut elle-même en té­moi­gner. Cette étu­diante crai­gnait ne pas pou­voir bien for­mu­ler sa pen­sée. Lors­qu’elle avait joint l’or­ga­nisme, qui est is­su du pro­gramme in­ter­na­tio­nal Toast­mas­ter, c’était en pré­pa­ra­tion pour un exa­men syn­thèse à l’oral.

Elle est loin d’être la seule. Se­lon une étude, une per­sonne sur trois va re­non­cer à s’ex­pri­mer de­vant un groupe et plus de la moi­tié ap­pré­hende de par­ler en pu­blic.

C’est pour cette rai­son que le Pa­ro­lier a été fon­dé il y a 25 ans. Afin de vaincre cette peur et par le même coup de­ve­nir un com­mu­ni­ca­teur ef­fi­cace.

«Sou­vent, on a peur d’être ju­gé ou de ne pas ar­ri­ver à dire adé­qua­te­ment ce qu’on pense. Ça n’a pas be­soin d’être de­vant un gros pu­blic. Même de­vant un pe­tit groupe peut être ef­frayant pour cer­taines per­sonnes » , a men­tion­né Ca­role Ga­gnon.

L’or­ga­nisme d’art ora­toire a cé­lé­bré à la fin novembre ses 25 ans au bar- ca­fé To­nik de l’Uni­ver­si­té du Qué­bec en Ou­taouais.

De­puis un quart de siècle, une fois par se­maine, les membres – tous âgés de 18 ans ou plus – se ren­contrent à l’éta­blis­se­ment uni­ver­si­taire. On leur offre l’oc­ca­sion de prendre la pa­role en pu­blic afin d’amé­lio­rer leurs com­pé­tences en com­mu­ni­ca­tions ain­si que de dé­ve­lop­per des qua­li­tés de lea­der.

Et c’est ou­vert à tous. Au­tant pour les per­sonnes ter­ro­ri­sés à par­ler que pour les étu­diants qui stressent pour une pré­sen­ta­tion orale ou même les gens d’af­faires qui sou­haitent être plus élo­quents de­vant leurs clients.

Ça com­mence de ma­nière simple: on donne aux nou­veaux des pe­tits rôles en pré­sen­tant soit une pen­sée du jour ou por­ter un toast ou conter une blague. Pas plus qu’une mi­nute. Et pe­tit à pe­tit, le de­gré de dif­fi­cul­té aug­mente. «On a même un sys­tème de men­to­rat pour ai­der les nou­veaux. Le pre­mier conseil qu’on leur donne est de se fixer des ob­jec­tifs réa­listes » , a conclu Mme Ga­gnon.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.