Les ob­jec­tifs loin d’être at­teints pour les dons de plas­ma

La Revue - - ACTUALITÉS -

SAN­TÉ. Avec en­vi­ron un mois à faire dans l’an­née de ré­fé­rence, Hé­ma- Qué­bec est en­core loin de son ob­jec­tif de dons de plas­ma au sa­lon Plas­ma­vie, ou­vert à Ga­ti­neau en 2016.

Après avoir re­çu plus de 8200 dons lors de la der­nière an­née ( mars 2016 à mars 2017), Hé­ma- Qué­bec es­pé­rait pour­suivre la crois­sance et at­teindre les 13 000 dons d’ici le 31 mars 2018. « On est pré­sen­te­ment à 63% de notre ob­jec­tif » , in­dique Va­nes­sa Jour­dain d’Hé­ma- Qué­bec.

L’or­ga­nisme vient tout juste de re­joindre le nombre de don­neurs ac­cueillis l’an der­nier. « On est en pro­gres­sion, mais pas au­tant qu’on l’au­rait sou­hai­té, in­dique- t- elle. On est réa­liste. On n’at­tein­dra pas nos ob­jec­tifs. »

Mal­gré tout, l’or­ga­nisme ne lance pas la ser­viette et lance un ap­pel à la gé­né­ro­si­té des gens de l’Ou­taouais. « On sait que les gens de l’Ou­taouais sont gé­né­reux. Quand on lance un ap­pel pour des dons de sang, on a de nom­breux don­neurs le len­de­main. »

Hé­ma- Qué­bec es­père que le ré­sul­tat se­ra le même avec les dons de plas­ma. Pré­sen­te­ment, l’or­ga­nisme ac­cueille en­vi­ron 35 per­sonnes par jours à son sa­lon. L’ob­jec­tif est de le dou­bler.

L’UTI­LI­TÉ D’UN DON

Faire un don de plas­ma est dif­fé­rent du don de sang nor­mal. Dans le cas d’un don de sang com­plet, une per­sonne doit at­tendre 56 jours avant de faire un nou­veau don, pour s’as­su­rer que les dif­fé­rents élé­ments qui se re­trouvent dans le sang puissent se ré­gé­né­rer.

Mais le plas­ma, qui est la com­po­sante li­quide du sang, se ré­gé­nère en moins d’une se­maine. Il est donc pos­sible de faire des dons de plas­ma tous les six jours. Lors du don, le sang est trai­té pour sé­pa­rer les com­po­santes et gar­der que le plas­ma. Le reste est re­tour­né dans le sang du don­neur.

Un pro­ces­sus qui est plus long que le don de sang com­plète. C’est pour­quoi il est fait, en grande par­tie, sur ren­dez- vous au sa­lon Plas­ma­vie.

Le pro­duit est en­suite en­voyé en la­bo­ra­toire où il se­ra uti­li­sé pour réa­li­ser dif­fé­rents pro­duits plas­ma­tiques qui ser­vi­ront dans la lutte à plu­sieurs ma­la­dies, comme les dé­fi­cits im­mu­ni­taires ou des pro­blèmes de coa­gu­la­tion.

AM­BAS­SA­DRICE

Pour mous­ser le don de plas­ma, Hé­maQué­bec a choi­si la no­taire ga­ti­noise, Hei­di Ro­bin­son comme nou­velle am­bas­sa­drice en Ou­taouais, elle qui compte plus de 80 dons à son ac­tif.

Dé­jà don­neuse de sang de­puis des an­nées, elle a fait le trans­fert aux dons de plas­ma à l’ou­ver­ture du Sa­lon Plas­ma­vie. « Quand le sa­lon a ou­vert, j’ai en­ten­du un re­por­tage qui di­sait que le Ca­na­da four­nis­sait juste 25% de la de­mande. Et le reste était ache­té aux États- Unis. J’ai vu que les be­soins étaient im­por­tants, alors j’ai chan­gé. »

Elle es­père pou­voir in­fluen­cer d’autres per­sonnes à faire ce geste. Dé­jà, elle voit l’im­pact que ses mes­sages Fa­ce­book ont quand elle in­dique avoir été faire un don de plas­ma. Elle sou­haite avoir la même in­fluence comme am­bas­sa­drice d’Hé­ma- Qué­bec.

(Pho­to La Re­vue – Yan­nick Bour­sier)

La nou­velle am­bas­sa­drice d’Hé­ma-Qué­bec en Ou­taouais, Hei­di Ro­bin­son, en com­pa­gnie de Va­nes­sa St-Jacques qui ve­nait faire son pre­mier don de plas­ma.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.