So­phie Bi­j­ja­ni, la chan­teuse bo­hème

Un pre­mier al­bum ori­gi­nal

La Revue - - CULTURE - MA­RIE PIER LÉCUYER mple­cuyer@lexis­me­dia.ca

Aven­tu­rière, bo­hème, fille de na­ture et d’aven­ture, la Ga­ti­noise So­phie Bi­j­ja­ni signe un tout pre­mier al­bum, fruit d’un tra­vail réa­li­sé au gré du vent qui la pous­sait d’un en­droit à un autre.

Feu d’grand vent vient tout juste d’être lan­cé et compte sept chan­sons teintes de jazz, où elle mêle tant sa pas­sion du théâtre mu­si­cal que de la grande chan­son fran­çaise et son amour du swing. Un al­bum tein­té des cou­leurs de l’ar­tiste aven­tu­rière.

La mu­sique a tou­jours fait par­tie de sa vie. Jeune, elle vou­lait plu­tôt faire du théâtre mu­si­cal. Mais après un an d’étude au Col­lège Lio­nelG­roulx, elle bi­furque en chant jazz, au Cé­gep St-Laurent. «Ça m’a vrai­ment re­con­nec­té avec l’amour du swing que j’avais, des big band et des di­vas, comme Li­sa Min­nel­li ou Ju­dy Gar­land», confie-t-elle.

Après quelque temps à faire des spec­tacles en so­lo dans les res­tau­rants et les bars, elle res­sen­tait le dé­sir de faire quelque chose de nou­veau. La com­po­si­tion s’est im­po­sée. D’abord en sur­veillant la mai­son de ses pa­rents, par­tie en voyage et mo­ment où l’idée a vrai­ment ger­mé dans son es­prit.

C’est au Lac Meech, un en­droit qu’elle af­fec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment, que la pre­mière pièce, de­ve­nue titre de l’al­bum, Feu d’grand vent, s’est im­po­sée dans son es­prit. Son re­père en Ou­taouais au­ra été la pre­mière braise de l’opus de sept chan­sons.

Au gré de la route et des aven­tures, elle s’est re­trou­vée en Ca­li­for­nie, là où elle a ter­mi­né l’en­re­gis­tre­ment. Un lieu où elle se sent bien, confie-t-elle au pas­sage. «Tra­vailler un al­bum, je peux faire ça de n’im­porte où, note l’ar­tiste. Je pré­fé­rais le ter­mi­ner là-bas.»

C’est donc près des mon­tagnes tout comme à Ga­ti­neau, dans un ca­fé ou même à Ta­dous­sac que cet al­bum a pris forme.

En mar­chant, en se je­tant dans l’eau très froide d’un lac en Ou­taouais ou en cam­pant dans le dé­sert, la mu­sique, les mé­lo­dies et les pa­roles ont ger­mé dans l’es­prit de l’ar­tiste aven­tu­rière, tan­tôt dans la langue de Mo­lière, tan­tôt dans la langue de Sha­kes­peare, au gré de l’ins­pi­ra­tion.

Au­to­nome dans sa créa­tion, trim­ba­lant son équi­pe­ment pour me­ner à bien son pro­jet, il était fa­cile pour l’ar­tiste de créer ici ou ailleurs. Et ce tra­vail de pro­duc­tion d’un al­bum de A à Z lui a per­mis d’en ap­prendre beau­coup.

«Ça me fait ap­pré­cier le tra­vail d’une équipe de pro­duc­tion et ça per­met qu’éven­tuel­le­ment pour mes tra­vaux fu­turs que je ne veux pas né­ces­sai­re­ment réa­li­ser en so­lo.»

Mais du moins, elle sau­ra comment échan­ger, dis­cu­ter, créer aux cô­tés de col­la­bo­ra­teurs.

RA­CON­TER DES HIS­TOIRES

Main­te­nant qu’elle a ce pre­mier al­bum dont elle est bien fière en poche, So­phie Bi­j­ja­ni a aus­si d’autres rêves, d’autres ob­jec­tifs mu­si­caux. «J’ai­me­rais vrai­ment faire du ca­ba­ret, du mu­si­chall, confie-t-elle. C’est de ra­con­ter des his­toires à tra­vers les chan­sons, c’est un peu théâ­tral. C’est un de mes rêves pour les deux pro­chaines an­nées.»

Elle rêve aus­si de l’Eu­rope, elle qui aime l’aven­ture et de dé­sta­bi­li­ser, ques­tion de ne pas «s’em­bour­ber dans le quo­ti­dien.» «Si je reste sur un beat d’aven­ture, je peux ren­con­trer plus de mu­si­ciens, je suis ame­né à faire plus de pro­jets et je suis plus ou­verte à ce qui m’en­toure», conclut-elle. Al­bums dis­po­nibles au so­phie­bi­j­ja­ni.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.