Ex­plo­rer les ori­gines par la len­tille de la ca­mé­ra

Es­pace Odys­sée

La Revue - - CULTURE - MA­RIE PIER LÉCUYER mple­cuyer@lexis­me­dia.ca

En dé­am­bu­lant à l’Es­pace Odys­sée, dix-huit pho­tos, dis­po­sées un peu par­tout sous forme de trip­tyque, sont lar­ge­ment vi­sibles pour l’oeil du vi­si­teur.

La toute nou­velle ex­po­si­tion Ori­gines prend place pour les trois pro­chains mois, entre les murs de l’édi­fice du bou­le­vard de la Gappe et met en lu­mière les oeuvres de trois ar­tistes de la ré­gion.

Outre la pre­mière lettre de leur pré­nom qui est iden­tique, Ri­chard Ro­bes­co, Ri­chard Per­ron et Ray­mond Au­bin ont aus­si en com­mun d’être pas­sion­né de pho­to­gra­phie.

Les deux Ri­chard se connais­saient dé­jà avant de prendre part au concept. Puis ils ont ren­con­tré Ray­mond.

Au ha­sard d’une ren­contre par la suite, le trio a dé­ci­dé de se lan­cer dans un pro­jet à plu­sieurs len­tilles. «Le plus grand dé­fi qui s’est po­sé à nous dès le dé­but, c’était comment tra­vailler à trois», confie Ray­mond d’en­trée de jeu.

Plu­tôt que d’al­ler avec un mo­dèle col­lec­tif ou bien avec le choix d’une thé­ma­tique tra­vaillé par la suite cha­cun de leurs cô­tés, le trio d’ar­tiste pho­to­graphe a choi­si de trou­ver un mo­dèle «entre les deux», avec le dé­sir d’avoir des oeuvres com­munes tout en gar­dant une iden­ti­té et une li­ber­té créa­trice propre à cha­cun.

«C’est là qu’on a abou­ti à cette no­tion-là de trip­tyque.»

Dans chaque sé­rie de trois pho­tos, une image a été cap­tée par l’ap­pa­reil de cha­cun des au­teurs. «On était presque en­tiè­re­ment libre de faire ce qu’on veut. La pre­mière image, c’était com­plè­te­ment libre, dé­taille-t-il .Mais la deuxième était liée par la pre­mière. Et ain­si de suite pour la troi­sième, très im­por­tante qui vient fer­mer et conclure le trip­tyque.»

Cha­cun des six trip­tyques pré­sen­tés a sa per­son­na­li­té. «Tu es dans l’im­pon­dé­rable, c’est de la créa­tion et en pho­to­gra­phie tout peut se pho­to­gra­phier.»

Est- ce que le ré­sul­tat est ce à quoi il s’y at­ten­dait? «On plon­geait dans l’in­con­nu, on était très mo­ti­vé à pous­ser la lo­gique de ce­la jus­qu’au bout pour voir où jusque ce­la nous mè­ne­rait » , confie ce­lui qui comme ces aco­lytes étaient cu­rieux du ré­sul­tat qu’ils ob­tien­draient.

La sé­rie d’oeuvres pho­to­gra­phiques s’at­tarde aux ori­gines, comme l’in­dique le nom de l’ex­po­si­tion. La thé­ma­tique tourne au­tour du com­men­ce­ment des choses. «C’est tout ce qui pour­rait être rat­ta­ché aux ori­gines de la ré­gion, aux traces lais­sées par des gestes ori­gi­naux po­sés par les êtres hu­mains sur le ter­ri­toire.»

Cette toute nou­velle ex­pé­rience de col­la­bo­ra­tion a aus­si ame­né Ray­mond Au­bin à sor­tir de sa zone de confort, no­tam­ment avec le choix du for­mat car­ré, qui dif­fère de la pra­tique ha­bi­tuelle de l’ar­tiste.

Les six trip­tyques sont dis­po­sés de part et d’autres de l’Es­pace Odys­sée, si­tués à la mez­za­nine de la Salle Odys­sée. Cha­cun a été fait sur du vi­nyle au­to­col­lant, un ma­té­riel qu’af­fec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment Ray­mond Au­bin. «Sur le mur, ça aug­mente l’ef­fet de fe­nêtre.»

En tout, 24 trip­tyques ont été réa­li­sés dans les deux der­nières an­nées. Les 18 autres pour­raient bien être pré­sen­tés éven­tuel­le­ment.

« On plon­geait dans l’in­con­nu, on était très mo­ti­vé à pous­ser la lo­gique de ce­la jus­qu’au bout pour voir où jusque ce­la nous mè­ne­rait.» - Ray­mond Au­bin

Jus­qu’au 25 août, à l’Es­pace Odys­sée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.