Hen­drix La­pierre, un pre­mier de classe pas­sion­né

La Revue - - SPORTS - AN­TO­NY DA SIL­VA-CASIMIRO ada­sil­va­ca­si­mi­ro@lexis­me­dia.ca

Ses pa­rents ont pleu­ré. Lui, il était ner­veux, fé­brile à l’idée que son rêve al­lait se réa­li­ser dans quelques ins­tants. Quand il a en­ten­du son nom être le tout pre­mier ap­pe­lé, un mé­lange d’émo­tions s’est em­pa­ré de Hen­drix La­pierre.

Ex­ci­ta­tion, sou­la­ge­ment, fier­té. Le na­tif d’Ayl­mer a pas­sé par toute la gamme lorsque les Sa­gue­néens de Chi­cou­ti­mi ont sé­lec­tion­né le centre de l’In­tré­pide de Ga­ti­neau.

Car il a beau être né en Ou­taouais, son père, lui, a gran­di au Sa­gue­nay. D’ici quelques mois, il pas­se­ra de la pa­ti­noire du parc Bel­mont, si­tuée à quelques jets de pierre de la ré­si­dence fa­mi­liale, à la pa­ti­noire olym­pique du centre Georges-Vé­zi­na.

«C’est vrai­ment spé­cial de tom­ber dans une or­ga­ni­sa­tion comme celle- ci. Il y a un at­ta­che­ment avec mon père. Mes grands-pa­rents, mes oncles, mes tantes. Ils ha­bitent tous là. C’est vrai­ment une jour­née ma­gique.»

Et ce n’est pas tout. Ad­joint avec les Sags, Claude Bou­chard a di­ri­gé le pa­ter­nel de La­pierre par le pas­sé. Ils ont dis­cu­té en­semble une di­zaine de mi­nutes où l’ins­truc­teur lui a confié qu’il lui res­sem­blait et qu’il avait hâte de le di­ri­ger.

Le prin­ci­pal in­té­res­sé l’ad­met ce­pen­dant: il était ner­veux. La nuit a été courte, s’ima­gi­nant la jour­née. Et un quart d’heure avant, le coeur a pom­pé da­van­tage.

«Je me fai­sais des scé­na­rios. Je n’ai presque pas dor­mi. En­tendre mon nom en pre­mier, c’est in­croyable. J’au­rais pu sor­tir deuxième ou troi­sième, ça ne m’au­rait pas dé­ran­gé, mais il y a une fier­té à pou­voir dire que je suis le pre­mier.»

C’était écrit dans le ciel que l’at­ta­quant de 5’11 et 161 lbs n’at­ten­drait pas bien long­temps. Grâce à ses 57 points en 35 ren­contres, il a ter­mi­né au cin­quième éche­lon des meilleurs poin­teurs de la Ligue mid­get AAA.

Mais avant les buts et les points, La­pierre est un pas­sion­né de ho­ckey. Dans les en­tre­vues, on a pu l’en­tendre dans le ton de sa voix. Du ho­ckey, il en mange de­puis qu’il est tout pe­tit et c’est exac­te­ment ce que les Sags ont no­té en lui. Avant le re­pê­chage, il avait ra­con­té pas­ser ses jour­nées, plus jeune, à ma­nier le pa­let, soit sur la pa­ti­noire ex­té­rieure ou dans la rue chez lui à «slap­per» des ron­delles sur une plaque, qui a eu la vie dure.

Dans l’his­toire du ho­ckey ou­taouais, on n’avait seule­ment vu une seule fois un pro­duit lo­cal être le pre­mier de classe. C’était il y a deux ans pas­sés avec Be­noit-Oli­vier Groulx.

UN DUO FRAP­PANT

La se­maine avant le re­pê­chage à Shawinigan, Théo Ro­chette est ve­nu brouiller les cartes. Ajou­té sur la liste à la toute der­nière mi­nute, l’at­ta­quant ca­na­do-suisse s’est im­po­sé dans le cir­cuit ju­nior en Suisse. Si cer­tains le voyaient dé­lo­ger La­pierre, Ro­chette au­ra fi­na­le­ment at­ten­du au sep­tième éche­lon pour être choi­si.

Et le ha­sard fait drô­le­ment bien les choses: ce sont les Sa­gue­néens qui l’ont re­pê­ché. Avec deux joueurs aus­si me­na­çants sur le plan of­fen­sif, la for­ma­tion de Chi­cou­ti­mi dé­marre une nou­velle ère.

L’his­toire entre ces deux joueurs ne re­monte pas à quelques jours seule­ment. Ils se connaissent bien. Lors du pas­sage de quatre ans de Ro­chette en sol qué­bé­cois, ils se sont af­fron­tés à quelques re­prises, dis­pu­tant même un tour­noi en­semble à 11 ans.

«Avant, c’était la grosse ri­va­li­té entre nous. Ça fait un peu bi­zarre de se re­trou­ver dix ans plus tard et d’abou­tir dans la même équipe», a in­di­qué La­pierre qui ai­me­rait bien être ju­me­lé à son an­cien Né­mé­sis dans le maillot des Bleuets.

(Pho­to La Re­vue – An­to­ny Da Sil­va-Casimiro)

Hen­drix La­pierre a été le tout pre­mier choix du re­pê­chage 2018 de la LHJMQ.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.