Re­don­ner à sa mai­son de jeunes

La Revue - - ACTUALITÉS - AN­TO­NY DA SIL­VA-CASIMIRO ada­sil­va­ca­si­mi­ro@lexis­me­dia.ca

PRIX. Au dé­but de l'ado­les­cence, Alex La­mi­rande est en­tré dans une mai­son de jeunes in­sou­ciant, dans l'idée de na­vi­guer sur le web. Il n'ima­gi­nait pas, lors­qu'il a fran­chi les portes de l'éta­blis­se­ment dans le sec­teur de Pointe-Ga­ti­neau que sa vie al­lait chan­ger.

Fraî­che­ment ar­ri­vé à l'école se­con­daire, le jeune Ga­ti­nois cher­chait des ac­ti­vi­tés à faire. «J'étais en­fant unique et je vi­vais seul avec ma mère. On n'était pas une fa­mille riche, ra­conte ce­lui qui de­vien­dra ma­jeur cet été. C'est un ami qui m'a par­lé de la mai­son de jeunes. Que je pou­vais y traî­ner et même al­ler jouer à l'or­di­na­teur.»

C'est là qu'il fe­ra la ren­contre de d'autres per­sonnes. Des ani­ma­teurs, d'autres ado­les­cents squat­tant les lieux après les cours. Si au dé­part, c'est l'In­ter­net qui avait at­ti­ré cet en­fant, c'est pour d'autres rai­sons qu'il a dé­ci­dé d'y re­tour­ner ré­gu­liè­re­ment.

Un peu pour l'en­ca­dre­ment. Une par­tie pour l'aide aux de­voirs. Une autre pour so­cia­li­ser. En fait, toutes les rai­sons étaient bonnes pour al­ler faire un tour à Pointe-aux-Jeunes. Pen­dant les an­nées qui ont sui­vi, Alex s'est po­sé plu­sieurs ques­tions.

Quand il avait un pro­blème, c'est à la mai­son de jeunes qu'il al­lait. Des sou­cis à l'école? Aus­si à l'édi­fice jeu­nesse de la rue Pointe-Ga­ti­neau. Idem pour des di­lemmes per­son­nels. Pointe-auxJeunes a été un en­droit à son épa­nouis­se­ment, son dé­ve­lop­pe­ment et même l'es­time de soi.

Et il y a deux ans, Alex a ré­flé­chi à la si­tua­tion. On l'avait sou­vent ai­dé par les an­nées pas­sées. Pour­quoi pas re­tour­ner l'as­cen­seur?

«Je me suis dit que c'était à mon tour d'ai­der, d'es­sayer d'ai­der plein de jeunes comme on m'a ai­dé moi, quand j'en avais be­soin», dit l'étu­diant en comp­ta­bi­li­té au Cé­gep de l'Ou­taouais qui conti­nue de s'im­pli­quer avec la mai­son de jeunes à titre de re­pré­sen­tant sur le con­seil d'ad­mi­nis­tra­tion.

Deux à trois par se­maine, il donne tou­jours un coup de main. Un mo­ment à l'aide aux de­voirs ou à l'ac­cueil du centre. Une autre fois, ça peut même du­rer tout un week-end dans le cadre d'une ac­ti­vi­té de fi­nan­ce­ment comme un tour­noi de mi­ni-putt. Ou en­core pour l'or­ga­ni­sa­tion de cer­tains pro­jets.

Tout ce­ci a me­né Alex à être re­con­nu. Le prix Hom­mage Bé­né­vo­lat-Qué­bec lui a été re­mis pour la ré­gion de l'Ou­taouais dans la ca­té­go­rie Jeune bé­né­vole, aux cô­tés de Gi­nette Mer­cier qui a aus­si ob­te­nu le prix dans la ca­té­go­rie Adultes. Il s'est même ren­du à Qué­bec pour re­ce­voir cette ré­com­pense.

«Je ne pen­sais pas que j'au­rais un prix pour ça. J'étais su­per éton­né quand je l'ai ap­pris. Je n'aide pas pour re­ce­voir des hon­neurs. Ce n'est pas mon but pre­mier. Je vou­lais seule­ment re­don­ner à la com­mu­nau­té.»

(Pho­to gra­cieu­se­té – Jean-Fran­çois Gra­vel)

Alex La­mi­rande au centre, aux cô­tés du mi­nistre Fran­çois Blais et de Phi­lippe Mas­son, fils de Claude Mas­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.