Des pers­pec­tives in­té­res­santes dans le porc

La Terre de chez nous - - COUP DUR À LA FINANCIÈRE - PIERRE-YVON BÉGIN py­be­gin@la­terre.ca

Après l’eu­pho­rie de 2014, les pers­pec­tives 2015-2016 de­meurent re­la­ti­ve­ment in­té­res­santes pour les pro­duc­teurs de porcs du Qué­bec. Le prix moyen de­vrait se si­tuer à 170 $ pour les 100 kg, in­dice 100, se­lon le Centre de dé­ve­lop­pe­ment du porc du Qué­bec (CDPQ).

« Con­trai­re­ment à 2014 où le prix a été in­fluen­cé par un seul fac­teur, la diar­rhée épi­dé­mique por­cine [DEP] aux États-Unis, on a une mul­ti­tude de fac­teurs cette an­née qui peuvent dé­ter­mi­ner le prix fi­nal », es­time Michel Morin, agroé­co­no­miste au CDPQ. Ce­lui-ci dé­voi­lait ses prévisions mar­di der­nier à Saint-Aga­pit de Lot­bi­nière dans le cadre de l’as­sem­blée gé­né­rale d’information de l’or­ga­nisme.

Michel Morin note que le prix de 2015 au­rait pu tech­ni­que­ment être plus éle­vé, n’eut été de la grève des dé­bar­deurs dans les ports de la côte ouest amé­ri­caine en dé­but d’an­née. Sans ce conflit de tra­vail, croit-il, le prix au­rait sû­re­ment at­teint une moyenne de 175 $/100 kg. En ce mo­ment, le prix at­teint 188 $/100 kg et de­vrait par­ve­nir à son pic ha­bi­tuel en juillet et août pro­chains.

Par­mi les fac­teurs à sur­veiller, l’agroé­co­no­miste sou­ligne la si­tua­tion de la Chine, où les faillites et la ma­la­die ont en­traî­né une baisse im­por­tante de la pro­duc­tion. Le trou­peau de 477 mil­lions de porcs, dit-il, qui re­pré­sente la moi­tié du chep­tel mon­dial, au­rait su­bi une baisse de 6 à 8 %. Cer­tains ob­ser­va­teurs pensent même que la ré­duc­tion pour­rait se chif­frer à 11 %, ce qui au­rait eu pour ef­fet de ra­me­ner le chep­tel chi­nois à 420 mil­lions de têtes.

« C’est énorme et cette baisse équi­vaut pra­ti­que­ment à tout le chep­tel amé­ri­cain », ana­lyse-t-il, no­tant tou­te­fois le manque de fia­bi­li­té des sta­tis­tiques chi­noises.

Autre élé­ment d’im­por­tance, la né­go­cia­tion d’un trai­té de libre-échange dans la zone pa­ci­fique pour­rait jouer un rôle dé­ter­mi­nant en pro­duc­tion por­cine. Michel Morin croit qu’il est ca­pi­tal pour le Ca­na­da de se main­te­nir sur un pied d’éga­li­té avec les États-Unis pour l’ac­cès au lu­cra­tif marché du Ja­pon. La conclu­sion d’un trai­té, pense-t-il, au­ra pour ef­fet de re­pous­ser les Eu­ro­péens, qui sont par­ti­cu­liè­re­ment agres­sifs sur le marché asia­tique de­puis la perte du marché russe l’an der­nier.

« Le taux de change doit aus­si être pris en consi­dé­ra­tion, sou­ligne l’agroé­co­no­miste du CDPQ. Au­jourd’hui, ce taux a pour ef­fet de faire grim­per le prix de 30 $ par porc, ce qui n’est pas à né­gli­ger. »

Le pro­chain rap­port d’in­ven­taire du dé­par­te­ment de l’Agri­cul­ture des États-Unis (USDA) at­ten­du pour cette se­maine de­vrait aus­si don­ner une bonne idée de l’évo­lu­tion des prix pour le reste de l’an­née. Se­lon Michel Morin, l’an­nonce d’une baisse du chep­tel de­vait être bé­né­fique pour ceux-ci, le contraire étant aus­si vrai.

« Quand je me trompe dans mes prévisions, dit-il avec phi­lo­so­phie, c’est tou­jours à cause de la ma­la­die. Les pro­duc­teurs amé­ri­cains semblent avoir trou­vé le moyen de gar­der la DEP sous contrôle. Par contre, si la grippe aviaire de­vait tou­cher le pou­let, ça pour­rait être fa­vo­rable pour le porc. »

L’agroé­co­no­miste au CDPQ Michel Morin es­time que le prix moyen des porcs os­cil­le­ra au­tour de 170 $/100 kg en 2015-2016.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.